Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (31/03)

Reuters31/03/2017 à 04:00
    NEW YORK - La priorité de la politique syrienne des 
Etats-Unis avec Donald Trump n'est plus d'obtenir le départ du 
président Bachar al Assad, a déclaré hier l'ambassadrice des 
Etats-Unis auprès des Nations unies, Nikki Haley. 
    Cette déclaration marque une rupture par rapport à la 
position officielle de l'ancien président américain Barack 
Obama, même si ce dernier a progressivement mis l'accent sur la 
lutte contre l'organisation Etat islamique face à la progression 
territoriale des djihadistes depuis 2014 en Syrie mais aussi en 
Irak. 
    "Notre priorité n'est plus de nous asseoir ici et de nous 
focaliser sur les moyens de faire partir Assad. Notre priorité 
est de regarder vraiment comment nous pouvons faire progresser 
les choses, avec qui nous devons travailler pour améliorer 
véritablement le sort des gens en Syrie", a-t-elle dit devant un 
petit groupe de journalistes. 
    Lors de la campagne électorale qui l'a porté au pouvoir, 
Donald Trump a souligné, concernant le dossier syrien, qu'il 
fallait établir des priorités et qu'il s'agirait d'abord d'en 
finir avec l'organisation djihadiste Etat islamique (EI) avant 
de se pencher sur l'avenir du président syrien. 
     --- 
    WASHINGTON - Donald Trump a posé les bases d'une première 
rencontre tendue avec Xi Jinping la semaine prochaine en 
écrivant hier sur Twitter que les Etats-Unis ne pouvaient pas 
tolérer plus longemps des déficits commerciaux massifs et des 
pertes d'emplois. 
    Washington et Pékin ont annoncé que le président américain 
recevrait son homologue chinois les 6 et 7 avril dans sa 
résidence de Mar-a-Lago en Floride. 
    Cette rencontre fortement attendue entre les dirigeants des 
deux premières économies du monde devrait permettre d'aborder, 
outre les questions commerciales, les ambitions nucléaires de la 
Corée du Nord et l'attitude de Pékin en mer de Chine 
méridionale. 
    Donald Trump a prévenu hier sur Twitter qu'elle serait "très 
difficile". 
     --- 
    WASHINGTON - La Maison blanche a annoncé hier que 
l'administration Trump réexaminait l'accord de Paris sur le 
climat et elle a dit s'attendre à ce que la décision de rester 
ou non partie prenante à cet accord soit prise d'ici au sommet 
du G7 prévu fin mai. 
     --- 
    JERUSALEM - Le cabinet de sécurité du gouvernement israélien 
a approuvé hier soir à l'unanimité la création d'une nouvelle 
implantation juive en Cisjordanie, une première depuis 1999. 
    Cette colonie sera implantée dans le secteur d'Emek Shilo. 
     --- 
    BRUXELLES - Plusieurs personnes ont été blessées hier devant 
le consulat de Turquie à Bruxelles lors d'affrontements entre 
partisans et adversaires du gouvernement, rapporte la police 
belge. Certains blessés ont dû être hospitalisés. 
    Ces incidents surviennent alors que la Turquie est en 
campagne en vue du référendum du 16 avril au cours duquel les 
électeurs auront à se prononcer sur une modification majeure de 
la Constitution qui prévoit de remplacer le système 
parlementaire par un régime présidentiel. 
    Les Turcs vivant en Belgique ont depuis lundi la 
possibilité, comme dans d'autres pays étrangers, de participer 
de manière anticipée au référendum. 
     --- 
    ROME - La police italienne a arrêté hier trois Kosovars 
soupçonnés d'avoir envisagé un attentat contre le pont du Rialto 
à Venise au nom du groupe Etat islamique, a annoncé le procureur 
de Venise, Adelchi D'Ippolito. 
    Le groupe était surveillé par la police depuis l'an dernier. 
Leurs téléphones et appartements étaient placés sur écoute et 
leurs communications sur internet étaient également suivies. Ce 
qui en est ressorti est "perturbant et inquiétant", a déclaré le 
procureur D'Ippolito.  
     --- 
    CARACAS - L'opposition vénézuélienne a accusé hier le 
président Nicolas Maduro d'être un "dictateur" et d'avoir commis 
un "coup d'Etat" après la décision de la Cour suprême d'assumer 
les pouvoirs de l'Assemblée nationale, où l'opposition est 
majoritaire. 
    Au lendemain de la levée de l'immunité parlementaire dont 
jouissaient les députés, les juges de la Cour suprême ont fait 
savoir qu'ils assumeraient les fonctions de l'Assemblée 
nationale "tant que durera la situation de mépris" des 
institutions dans laquelle elle se trouve. 
     --- 
    SEOUL - L'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-hye, 
destituée pour trafic d'influence et abus de pouvoir, a été 
placée en détention ce matin, a confirmé la justice 
sud-coréenne. 
    La cour du district central de Séoul a émis un mandat 
d'arrêt contre l'ancienne présidente, qui est accusée de 
corruption, d'abus de pouvoir, de coercition et de divulgation 
de secrets d'Etat. 
    Sa détention peut durer 30 jours. Si elle est reconnue 
coupable, Park risque jusqu'à dix ans de prison. 
     --- 
    CAYENNE - Les négociations entre un collectif de Guyanais et 
les ministres de l'Intérieur et de l'Outre-mer, Matthias Fekl et 
Ericka Bareigts, qui visent à sortir la Guyane de plus de dix 
jours de conflit social, ont repris hier après un démarrage 
difficile, a constaté un journaliste de Reuters TV. 
    Les collectifs, qui exigeaient que la presse puisse assister 
aux négociations, avaient en effet essuyé une fin de 
non-recevoir et étaient alors sortis de la préfecture, où 
devaient se tenir les discussions. Ils ont finalement obtenu 
gain de cause. 
    Les discussions se déroulent en présence, à l'extérieur de 
la préfecture, de centaines de manifestants venus soutenir leurs 
représentants sous une pluie battante. 
     --- 
    BREST, Finistère - Marine Le Pen, dont la popularité croît 
chez les agriculteurs, a fustigé hier l'Europe et promis de 
"franciser" les aides agricoles devant le 71e congrès de la 
FNSEA, où François Fillon s'est engagé à lutter contre les 
"excès" de charges et normes et Emmanuel Macron a défendu un 
"plan Marshall" de cinq milliards d'euros. 
    Sept des onze candidats à l'élection présidentielle des 23 
avril et 7 mai se sont succédé devant les représentants des 
agriculteurs afin d'exposer leur projet pour un secteur en 
crise. 
    Selon une enquête Cevipof publiée le mois dernier dans Le 
Monde, les agriculteurs français, traditionnellement ancrés à 
droite, se détournent de François Fillon, crédité alors de 20% 
d'intentions de vote, à égalité avec Emmanuel Macron. Marine Le 
Pen recueille elle 35% d'intentions de vote. 
     --- 
    CAP CANAVERAL, Floride - La société américaine SpaceX a 
lancé hier une fusée déjà utilisée, une première dans l'histoire 
de l'industrie spatiale, et elle est parvenue une nouvelle fois 
à en récupérer le premier étage, ouvrant ainsi la voie à une 
possible troisième utilisation. 
    Cette double réussite permet au milliardaire Elon Musk de 
franchir une nouvelle étape dans son ambition de révolutionner 
les voyages dans l'espace en réduisant drastiquement les coûts, 
avec l'objectif ultime d'organiser des liaisons commerciales 
vers Mars. 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.