Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (22/10)

Reuters 22/10/2015 à 04:00

PARIS - Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, et le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, ont convenu de saisir conjointement le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) pour protester contre la venue de Marine Le Pen sur France 2, ce soir en prime time, a-t-on appris auprès du Parti socialiste. Les deux dirigeants se sont parlé au téléphone et "ont convenu de saisir le CSA le plus vite possible", a-t-on précisé. La présidente du Front national, également candidate à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, sera ce soir la principale invitée de "Des paroles et des actes" pour la cinquième fois depuis la création de l'émission, un record. Jean-Christophe Cambadélis s'insurge contre sa présence à cette heure de grande écoute, privilège que n'auront peut-être pas les rivaux de Marine Le Pen, Pierre de Saintignon (PS) et Xavier Bertrand (Les Républicains, LR). --- PARIS - Christiane Taubira a renoncé hier à financer l'augmentation de l'aide juridictionnelle en prélevant des fonds placés dans une caisse gérée par les avocats, dont la grève depuis le début de la semaine menace les tribunaux de paralysie. La ministre de la Justice a précisé à l'issue d'une réunion avec les représentants des avocats qu'un amendement en ce sens serait déposé au Sénat sur le financement de cette aide qui permet aux plus démunis d'accéder aux services d'un avocat. Mais le président du Conseil national des barreaux (CNB), Pascal Eydoux, a dit attendre que les propositions de la ministre soient précisées avant l'assemblée générale prévue vendredi, qui décidera de l'arrêt ou de la poursuite de la grève. --- PARIS - Une vive polémique oppose le gouvernement et l'opposition de droite, qui voit dans les violences survenues hier à Moirans (Isère) un symptôme de la "faiblesse", voire de la "décomposition" de l'Etat. Le gouvernement a jugé les incidents "inacceptables" et a promis, par la voix du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, "la plus grande fermeté" à la suite des scènes d'émeutes déclenchées par des gens du voyage. Mardi, plusieurs dizaines de personnes ont mis le feu à des carcasses de voitures à Moirans pour réclamer une permission de sortie de prison de l'un des leurs, incarcéré à Aiton (Savoie), afin qu'il puisse assister aux obsèques de son frère tué lors d'un accident, dans une voiture qu'il avait volée. Celle-ci lui a été une nouvelle fois refusée hier par la justice. --- PARIS - François Hollande espère une démonstration d'amitié du Premier ministre grec, Alexis Tsipras, lors de sa visite à Athènes, qui débute ce soir, pour aider une gauche à la peine avant les élections régionales de décembre. A Paris, on nie toute arrière pensée, en soulignant que la France a été aux côtés des Grecs pendant les difficiles négociations de l'été et que le président français répond à une invitation du président et du Premier ministre grecs. Il s'agit de "montrer que la Grèce a les ressources pour surmonter la crise, mettre en oeuvre les réformes et retrouver le chemin du redressement" et de "réaffirmer l'engagement de la France à fournir son aide et son assistance", explique-t-on. Selon un haut responsable grec, la visite du président français, qui s'achèvera demain, s'explique aussi par son besoin de ressouder la gauche, dont une partie a vu dans le leader de Syriza, Alexis Tsipras, un héros de la lutte contre les politiques d'austérité. "Hollande a son propre agenda préélectoral", explique ce responsable sous couvert de l'anonymat. "En serrant contre lui Tsipras, l'icône de la gauche radicale, Hollande veut envoyer le message à la gauche française qu'elle devrait s'unir derrière lui." --- BRUXELLES - Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé plusieurs dirigeants européens à se réunir dimanche à Bruxelles pour un sommet consacré à la situation des migrants dans les Balkans. Il a invité les chefs d'Etat ou de gouvernement d'Autriche, de Bulgarie, de Croatie, de Macédoine, d'Allemagne, de Grèce, de Hongrie, de Roumanie, de Serbie et de Slovénie. Le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Antonio Guterres, et des représentants du Bureau européen d'appui en matière d'asile et de l'agence européenne Frontex, chargée de la coordination de la surveillance aux frontières extérieures de l'Union, sont également conviés. --- MOSCOU - Trois semaines après l'engagement militaire de la Russie en Syrie, le président Vladimir Poutine a reçu à Moscou Bachar al Assad, une occasion de souligner le rôle que pourrait jouer Moscou dans un règlement politique du conflit syrien. Le président Assad s'est rendu mardi en Russie afin de remercier personnellement Vladimir Poutine pour son soutien militaire, une visite surprise tenue secrète jusqu'à mercredi matin et que la presse russe salue comme un coup de maître diplomatique. C'était la première visite officielle d'Assad à l'étranger depuis le début du conflit en 2011. Les détails de l'entretien ne peuvent "évidemment" pas être révélés, a déclaré hier soir à Reuters le porte-parole du Kremlin, qui a refusé de dire si l'avenir politique d'Assad avait été abordé. Selon une transcription des discussions diffusée par Moscou, le président russe a dit à son homologue syrien qu'il espérait que les progrès de l'armée gouvernementale sur le terrain, grâce notamment à l'appui aérien russe, seraient suivis de nouvelles initiatives en vue de trouver une solution politique à la crise. A Washington, le porte-parole de la Maison blanche s'est montré dubitatif, estimant que "dérouler le tapis rouge pour Assad, qui a utilisé des armes chimiques contre son peuple, cadre mal avec l'objectif affiché par les Russes de rechercher une transition politique en Syrie". --- WASHINGTON - Le vice-président américain Joe Biden a mis fin au suspense qui entourait sa possible candidature à l'élection présidentielle de 2016 aux Etats-Unis en annonçant qu'il ne serait pas candidat à l'investiture du Parti démocrate. Le vice-président, qui s'exprimait hier dans la roseraie de la Maison blanche avec Barack Obama et sa femme Jill à ses côtés, a déclaré: "je ne serai pas candidat mais je ne resterai pas silencieux". Âgé de 72 ans, Joe Biden a expliqué que le deuil de son fils avait pesé dans sa décision de ne pas se présenter et qu'il ne se sentait pas prêt à mener une campagne présidentielle éprouvante dans de telles circonstances douloureuses pour lui et pour sa famille. --- LONDRES - Le président chinois, Xi Jinping, a conclu hier à Londres une série d'accords, notamment dans le domaine du nucléaire, point d'orgue d'une visite d'Etat de quatre jours qui, pour le Premier ministre britannique David Cameron, favorisera les investissements chinois sur le sol britannique. Au lendemain d'une journée de pompe en compagnie de la reine Elisabeth, le numéro un chinois a été reçu au 10, Downing Street. David Cameron a annoncé que Londres et Pékin avaient signé pour 40 milliards de livres (54 milliards d'euros) de contrats avec la Chine lors de cette visite. Sur ce montant, plus de 12 milliards de livres (16,5 milliards d'euros) concernent le secteur des hydrocarbures, et notamment la compagnie BP. Dans le cadre du premier investissement majeur de la Chine dans un projet nucléaire en Occident, CGN (China's General Nuclear) prendra une part d'un tiers dans le projet de centrale nucléaire d'Hinkley Point, dont EDF sera propriétaire.

Mes listes

valeur

dernier

var.

DAX
12210.55 -0.22%
122.85 -0.08%
1.13905 0.00%
0.898 -0.01%
63.62 +0.10%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.