Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (22/05)

Reuters22/05/2017 à 04:00
    RYAD - Au deuxième jour de sa tournée diplomatique 
inaugurale, Donald Trump a invité hier les dirigeants du monde 
arabe à lutter tous ensemble contre "l'extrémisme islamiste", 
présentant le combat contre le terrorisme comme une bataille 
entre le Bien et le Mal. 
    Le président des Etats-Unis a prononcé à Ryad, la capitale 
de l'Arabie saoudite, un discours sur "une vision pacifique" de 
l'islam qui était très attendu, car venant d'un homme qui n'a eu 
de cesse de proférer des invectives contre le monde musulman 
lors de la campagne présidentielle américaine l'an dernier. 
    Dans cette allocution, devant une cinquantaine de dirigeants 
du monde arabo-musulman, il a exhorté les musulmans à s'unir 
contre le radicalisme tout en ciblant l'Iran.  
    L'Arabie saoudite était la première escale d'une tournée de 
neuf jours de Donald Trump, son premier déplacement à 
l'étranger, qui le conduira en Israël et en Cisjordanie (22-23 
mai), au Vatican (le 24), en Belgique pour un sommet de l'Otan, 
et une rencontre avec Emmanuel Macron (le 25), puis en Sicile, 
pour le sommet du G7, les 26 et 27 mai. 
    Israël a accordé dimanche plusieurs concessions économiques 
aux Palestiniens, à la veille de la visite du président 
américain, qui espère relancer dans la région un processus de 
paix gelé depuis trois ans. 
    La tournée à l'étranger de Donald Trump lui apporte un répit 
 dans la crise politique à Washington, où les révélations 
s'enchaînent depuis le renvoi du directeur du FBI James Comey le 
9 mai, alors qu'il enquêtait sur une possible ingérence de la 
Russie dans la campagne présidentielle. 
     --- 
    HOMS, Syrie - Les derniers rebelles syriens encore présents 
dans la ville de Homs l'ont évacuée dans la journée, la 
replaçant de fait sous contrôle des forces gouvernementales pour 
la première fois depuis le début du conflit il y a six ans. 
    Des autocars ont emmené hors de l'ultime secteur de la ville 
qui était encore tenu par les insurgés des combattants rebelles 
et leurs familles. Environ 1.700 personnes, dont 700 
combattants, devaient partir dans la journée. 
    Au total, plus de 14.000 personnes auront été évacuées d'Al 
Waer, en plusieurs vagues depuis mars, dans le cadre d'un accord 
d'évacuation, l'un des plus importants du genre. 
     --- 
    ANKARA - Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a 
retrouvé hier la présidence du Parti de la justice et du 
développement (AKP, islamo-conservateur), a promis de lutter 
contre les ennemis de la nation turque, sur son territoire comme 
à l'étranger. 
    Erdogan, qui a fondé le parti en 2001 avant de l'amener au 
pouvoir par les urnes l'année suivante, avait été contraint d'en 
quitter la direction il y a près de trois ans quand il a été élu 
président. La Constitution ne permettait pas alors que le chef 
de l'Etat soit aussi membre d'un parti.  
    La situation a changé avec la modification de la 
Constitution votée par référendum le 16 avril qui crée un 
système présidentiel accordant plus de pouvoirs au chef de 
l'Etat et l'autorise à être membre d'un parti et à le diriger. 
     --- 
    SEOUL - La Corée du Nord a testé avec succès un missile 
balistique de portée intermédiaire qui a confirmé la fiabilité 
du guidage du missile dans sa dernière phase, rapporte l'agence 
de presse nord-coréenne KCNA. 
    Cette information laisserait entendre que le pays a 
enregistré de nouveaux progrès dans sa capacité à viser des 
cibles en territoire américain. 
    Le tir avait été annoncé dès hier par la Corée du Sud.  
    Le test s'est déroulé dimanche après-midi en présence du 
numéro un nord-coréen Kim Jong-un, qui a jugé que le missile 
Pukguksong-2 était opérationnel et ordonné qu'il soit déployé 
sur le terrain, ajoute KCNA. 
    Le Conseil de sécurité se réunira demain à huis clos pour 
examiner la situation.      
     ---   
    ZURICH - Les Suisses ont approuvé hier par référendum une 
nouvelle loi sur l'énergie qui vise à remplacer progressivement 
le nucléaire par des énergies renouvelables. 
    Plus de 58,2% des électeurs, selon des résultats 
provisoires, ont approuvé cette loi qui cherche à promouvoir et 
à financer par le biais de subventions les énergies 
renouvelables comme l'hydraulique, le solaire, la géothermie et 
la biomasse. 
    Elle vise en outre à fermer progressivement les cinq 
centrales nucléaires que compte la Suisse, à partir de 2019. 
Elles fournissent aujourd'hui 35% de la production d'électricité 
du pays, contre moins de 5% pour le solaire et l'éolien. 
     --- 
    BRUXELLES - Les ministres des Finances de la zone euro et le 
Fonds monétaire international se réunissent aujourd'hui à 
Bruxelles pour tenter de trouver un compromis sur un allègement 
de la dette grecque, prélude au déblocage d'une nouvelle tranche 
d'aide. 
    Les deux parties devront trouver un équilibre entre les 
exigences du FMI, qui réclame un calendrier et des modalités 
clairs, et l'Allemagne qui préférerait un accord "seulement si 
nécessaire", en remettant les détails à plus tard. 
    Faute d'accord, aucun nouveau prêt ne pourra être déboursé à 
Athènes, même si le plan de renflouement du pays n'est géré que 
par les gouvernements de la zone euro. La Grèce a besoin de 
nouveaux crédits pour rembourser 7,3 milliards d'euros qui 
arrivent à échéance en juillet. 
     --- 
    PARIS - Emmanuel Macron rencontrera les partenaires sociaux 
mardi, a-t-on appris auprès de la présidence de la République, 
l'occasion pour le nouveau président d'aborder avec eux la 
réforme du droit du travail qu'il veut mener très rapidement. 
    Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a d'ores 
et déjà prévenu qu'il refuserait une loi El Khomri "XXL". 
    Emmanuel Macron souhaite présenter durant l'été un projet de 
loi d'habilitation pour simplifier le droit du travail par 
ordonnances et décentraliser la négociation sociale en donnant 
davantage de place aux accords d'entreprises et de branches. 
    Il entend en outre encadrer les décisions des prud'hommes, 
une hypothèse combattue par les syndicats, réformer l'assurance 
chômage pour que tous les travailleurs en bénéficient, et donner 
plus de place à l'Etat dans son pilotage.     
     --- 
    PARIS - Les constructeurs automobiles Renault et PSA se sont 
engagés à accroître leurs commandes auprès de l'équipementier 
GM&S Industry  de La Souterraine, dans la Creuse, menacé de 
liquidation judiciaire, a annoncé en fin d'après-midi le 
ministère de l'Economie. 
    Renault va doubler ses commandes, les faisant passer à 10 
millions d'euros; PSA va les porter de 10 à 12 millions d'euros. 
    Ces engagements rendent possible la continuité de 
l'exploitation et la poursuite des discussions sur la reprise de 
l'usine, ajoute le ministère. 
    Le tribunal de commerce de Poitiers doit se prononcer mardi 
sur une éventuelle liquidation. Les 277 salariés espèrent que le 
tribunal repoussera sa décision pour laisser aux repreneurs 
potentiels le temps de formuler une offre. 
     --- 
    PARIS - Un ancien conseiller diplomatique et protégé de 
Nicolas Sarkozy, Boris Boillon, répond aujourd'hui et demain 
d'accusations de faux et usage de faux, blanchiment de fraude 
fiscale et abus de biens sociaux devant le tribunal 
correctionnel de Paris. 
    Cet arabophone de 47 ans a fait figure d'étoile montante de 
la diplomatie française au début du quinquennat Sarkozy. Mais 
l'étoile a pâli après un passage contesté au poste d'ambassadeur 
en Irak (2009-2011), puis en Tunisie (2011-2012), suivi par une 
tentative de reconversion dans le privé, avec la création d'une 
société de conseil en affaires, Spartago.  
    Il a été interpellé le 31 juillet 2013 à la gare du Nord, à 
Paris, alors qu'il partait pour Bruxelles en possession de 
350.000 euros et 40.000 dollars en liquide. 
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.