Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

ORANGE (ex: FRANCE TELECOM)

14.9350EUR
-0.37% 
Ouverture théorique 14.9350
indice de référence CAC 40

FR0000133308 ORA

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    15.0150

  • clôture veille

    14.9900

  • + haut

    15.0550

  • + bas

    14.8800

  • volume

    6 260 091

  • valorisation

    39 728 MEUR

  • capital échangé

    0.24%

  • dernier échange

    25.05.18 / 17:37:24

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    14.0400

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    15.8300

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter ORANGE (ex: FRANCE TELECOM) à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter ORANGE (ex: FRANCE TELECOM) à mes listes

    Fermer

RESUME DE L'ACTUALITE A 02h00 GMT (04/04)

Reuters04/04/2016 à 04:00
PARIS - Le Consortium international des journalistes 
d'investigation (ICIJ) et une centaine de médias internationaux 
ont commencé hier soir à divulguer des informations sur des 
avoirs cachés dans des paradis fiscaux par des dirigeants 
politiques, des personnalités sportives, voire des organisations 
criminelles. 
    "Il s'agit de la plus grosse fuite d'informations jamais 
exploitée par des médias", peut-on lire sur le site internet du 
Monde, qui a participé à cette enquête pour la France. 
    Baptisée "Panama Papers", cette enquête menée pendant un an 
par 378 journalistes dans 77 pays a porté sur 11,5 millions de 
documents provenant de la firme panaméenne Mossack Fonseca, 
spécialisée dans le montage de sociétés offshore. 
    Ces documents, remis au journal allemand Süddeutzsche 
Zeitung par un lanceur d'alerte dont l'identité n'a pas été 
révélée, ont permis d'analyser dans le détail près de 214.500 
entités offshore créées par ce cabinet entre 1977 et 2015 dans 
une vingtaine de paradis fiscaux, pour le compte de clients 
issus de plus de 200 pays. 
    L'analyse de ce que Le Monde décrit comme une "immense 
caverne d'Ali Baba de l'évasion fiscale" a révélé qu'un millier 
de ressortissants français auraient eu recours aux sociétés 
écrans mises en place par Mossack Fonseca. 
     --- 
    BERLIN - Selon l'agence de presse Athens News, deux bateaux 
turcs affrétés par Frontex, l'agence européenne chargée de la 
sécurité des frontières, doivent appareiller aujourd'hui de 
Lesbos pour Dikili, sur la côte turque, où 250 personnes seront 
reconduites quotidiennement jusqu'à mercredi. 
    Plus de 5.600 arrivées ont été enregistrées depuis le 20 
mars à Lesbos, date de l'entrée en vigueur de l'accord contesté 
sur ces renvois, que l'Union européenne a conclu avec Ankara. 
    A la veille du début des renvois vers la Turquie de migrants 
et réfugiés arrivés en Grèce, le ministre allemand de 
l'Intérieur, Thomas de Maizière, a estimé que la crise 
migratoire en Europe pourrait avoir atteint son pic. 
    "C'est avec une grande prudence que je dis que le point haut 
de cette crise migratoire est derrière nous", a-t-il dit dans un 
entretien au Tagesspiegel. 
    Selon le ministre, le nombre de migrants arrivés d'Autriche 
en Allemagne est tombé à 140 environ par jour au mois de mars, 
contre plusieurs milliers il y a quelques mois encore. Mais 
cette baisse est largement due aux contrôles frontaliers 
rétablis par les pays figurant sur la route migratoire des 
Balkans, Autriche comprise. 
     --- 
    BRUXELLES - L'aéroport de Bruxelles-Zaventem a partiellement 
rouvert hier, douze jours après les attentats suicides du 22 
mars qui ont détruit le hall des départs, faisant 16 morts. 
    Le premier aéroport de Belgique n'a plus accueilli de vol 
passager depuis le double attentat qui l'a visé et qui, couplé à 
celui commis une heure plus tard dans le métro bruxellois, a 
fait au total 32 morts, sans compter les trois kamikazes. 
    Le premier vol programmé hier a décollé en début 
d'après-midi à destination de Faro, dans le sud du Portugal, 
avec environ 80 passagers à bord. L'avion, repeint avec des 
dessins d'oiseaux et de nuages inspirés par le peintre 
surréaliste René Magritte, a traversé une haie d'honneur formée 
par le personnel de l'aéroport avant de décoller. 
    Les contrôles de sécurité et l'enregistrement des bagages 
s'effectuent provisoirement sous un grand chapiteau. Les 
passagers étaient invités à venir avec trois heures d'avance et 
en voiture, car les services de bus et de train pour Zaventem 
sont suspendus. Ils étaient fouillés dès leur arrivée, ainsi que 
leurs bagages. Des contrôles de véhicules inopinés ont également 
été annoncés et la zone pour les arrêts de courte durée a été 
supprimée. 
    Aujourd'hui, l'aéroport desservira une palette plus large de 
destinations, parmi lesquelles des vols longue distance pour New 
York, le Cameroun, la Gambie et le Sénégal. 
     --- 
    ATHENES - La directrice générale du Fonds monétaire 
international (FMI), Christine Lagarde, a écrit hier à Alexis 
Tsipras pour le prévenir qu'un accord sur la dette grecque 
demeurait "éloigné", en réponse à une lettre du Premier ministre 
grec qui l'interrogeait sur la position du FMI dans les 
négociations. 
    Cet échange de courriers fait suite à la divulgation par le 
site WikiLeaks d'une conversation suggérant que le FMI pourrait 
menacer de ne pas participer au troisième plan de sauvetage de 
la Grèce afin de contraindre les pays de la zone euro à accepter 
un allègement plus fort de la dette grecque. 
    Les services d'Alexis Tsipras ont indiqué que le chef du 
gouvernement avait écrit à Christine Lagarde pour "clarifier la 
position officielle du Fonds dans les négociations".* 
    Les créanciers de la Grèce (Union européenne, Banque 
centrale européenne, FMI) doivent reprendre lundi à Athènes 
l'examen des mesures prises en application du dernier plan de 
renflouement du pays, que la Grèce veut boucler rapidement pour 
pouvoir entamer des discussions sur un allègement de sa dette. 
     ---     
    EREVAN - L'Azerbaïdjan a annoncé hier qu'il cessait ses 
opérations contre les séparatistes arméniens du Haut-Karabakh 
après deux jours de combats qui ont fait plusieurs dizaines de 
morts et suscitent l'inquiétude des grandes puissances. 
    Le Haut-Karabakh, enclavé en territoire azerbaïdjanais, est 
géré par une administration fermement soutenue militairement et 
financièrement par l'Arménie depuis le conflit séparatiste de 
1991, qui a fait 30.000 morts. 
    La situation, toujours tendue malgré le cessez-le-feu conclu 
en 1994, se détériorait depuis plusieurs semaines et les deux 
camps s'imputent mutuellement la responsabilité de la reprise 
des affrontements, les plus graves depuis l'accord de trêve. 
    "L'Arménie a violé toutes les règles du droit international. 
Nous ne renoncerons pas à notre principale position. Mais dans 
le même temps, nous observerons le cessez-le-feu et ensuite, 
nous tâcherons de résoudre ce conflit par la voie pacifique", a 
déclaré le président azebaïdjanais Ilham Aliev lors d'une 
réunion du conseil de sécurité nationale retransmise à la 
télévision publique. 
    Selon les responsables arméniens et ceux du Haut-Karabakh, 
les affrontements n'ont pas cessé pour autant. Les agences de 
presse russes ont signalé des tirs d'artillerie en provenance 
des deux camps près de Mardakert, dans le nord de l'enclave. 
     --- 
    AMMAN - Le porte-parole du Front al Nosra, le plus puissant 
mouvement islamiste syrien, et une vingtaine d'autres 
combattants ont été tués dans un raid aérien dans la province 
d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, a rapporté hier 
l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). 
    Outre Abou Firas, "le Syrien", plusieurs djihadistes 
étrangers sont au nombre des victimes du bombardement sur un 
village situé au nord-ouest de la ville d'Idlib, précise l'OSDH. 
    Selon cette organisation, proche de l'opposition, ce raid a 
sans doute été mené par l'aviation syrienne ou russe. 
    Deux sources proches des combattants djihadistes ont affirmé 
pour leur part que l'opération présentait toutes les 
caractéristiques d'une attaque de drone de l'armée américaine. 
     --- 
    BEYROUTH - L'armée syrienne et ses milices supplétives 
appuyées par l'aviation russe ont repris hier le contrôle de la 
ville de Qaryatain, tenue depuis août par les djihadistes de 
l'Etat islamique (EI), rapporte la télévision publique syrienne. 
La ville se trouve à une centaine de kilomètres à l'ouest de 
Palmyre, que les forces gouvernementales ont reprise dimanche 
dernier à l'EI. 
     --- 
    PARIS - Manuel Valls réaffirme dans le Journal du Dimanche 
son franc soutien au chef de l'Etat dans la perspective de la 
présidentielle de 2017, estimant qu'il n'y a "pas d'alternative 
à François Hollande à gauche." 
    Alors que la pression s'intensifie à gauche pour 
l'organisation d'une primaire, pour le Premier ministre, 
"François Hollande est la voix de l'intérêt général (...) La 
logique, c'est qu'il soit candidat puisqu'il est président". 
    "Ce qui manque, c'est l'explication, car les choix qui ont 
été les siens sont les bons", concède-t-il cependant, alors que 
les manifestations de jeudi contre le projet de réforme du Code 
du travail ont été marquées par un regain de mobilisation.  
     --- 
    PARIS - Le ministre des Finances Michel Sapin a défendu hier 
l'attitude de l'Etat lors des discussions portant sur la vente 
de Bouygues Telecom à Orange  ORAN.PA , qui se sont soldées 
vendredi par un échec. 
    Interrogé dans la soirée lors de l'émission "C politique" 
sur France 5 sur une éventuelle responsabilité du ministre de 
l'Economie Emmanuel Macron dans cet échec, en raison d'exigences 
trop importantes, Michel Sapin a répondu que son collègue à 
Bercy s'était contenté de défendre les intérêts de l'Etat. 
    "L'Etat, il est là pour défendre les intérêts de l'Etat. Il 
n'est pas là pour faciliter le gain de tel ou tel dans une 
opération de cette nature et donc l'Etat a défendu ses intérêts, 
là, comme il les avait défendus chez Renault et comme il les 
défendra toujours", a-t-il déclaré. 
    "Nous ne sommes pas là pour accepter (...) n'importe quelle 
valorisation, c'est-à-dire qu'une entreprise se mette à gagner 
plus d'argent qu'elle ne mérite dans une fusion de cette 
nature", a ajouté le ministre des Finances, alors qu'un montant 
d'environ 10 milliards d'euros - en titres Orange et en 
numéraire - avait été évoqué pour le rachat de Bouygues Telecom. 
     --- 
    LONDRES - L'agence britannique de lutte contre le dopage 
(Ukad) se dit "profondément préoccupée et choquée" par les 
confessions d'un médecin qui affirme avoir prescrit des 
substances interdites à 150 sportifs de haut niveau. 
    Parmi eux figurent des footballeurs évoluant en Premier 
League, des joueurs de cricket, des cyclistes britanniques ayant 
participé au Tour de France, un boxeur britannique et des 
joueurs de tennis, a précisé le Dr Mark Bonar, selon le Sunday 
Times. Il dit leur avoir prescrit de l'érythropoïétine (EPO), 
des stéroïdes et de l'hormone de croissance, ce qui a selon lui 
amélioré leurs performances de façon "phénoménale". 
 
 

Valeurs associées

Mes listes

valeur

dernier

var.

6.85 -1.44%
3.7 -2.37%
0.919 +0.16%
1.168 +0.20%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.