1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

REPORTAGE-Les corps s'entassent dans la morgue de Mossoul

Reuters21/07/2017 à 17:53
    par Isabel Coles 
    MOSSOUL, Irak, 21 juillet (Reuters) - Les réfrigérateurs de 
la morgue de Mossoul, en Irak, sont presque saturés, remplis des 
dépouilles de victimes de la guerre contre l'organisation Etat 
islamique. 
    Les employés de la morgue doivent quotidiennement identifier 
les victimes, toujours plus vite, pour faire place à des 
nouveaux cadavres amenés par des habitants, chargés de nettoyer 
les rues de la ville après neuf mois de guerre.  
    La bataille de Mossoul est terminée, mais celles du 
nettoyage et des identifications ne font que commencer.  
    "Beaucoup trop de sang a coulé", raconte une employée de la 
morgue, qui préfère rester anonyme. "Normalement, l'Irak a deux 
fleuves: le Tigre et l'Euphrate. Aujourd'hui il y en a un 
troisième, un fleuve de sang." 
    On ne connaîtra sans doute jamais le bilan total des 
victimes au cours de cette bataille. La morgue et les sauveteurs 
disent recevoir actuellement en moyenne 30 à 40 corps par jour.  
la plupart sont ceux de personnes tuées dans les bombardements 
visant à déloger les djihadistes. 
    "Il y a plus de victimes que ce nous attendions", constate 
le docteur Modhar al Omary, directeur de la morgue, située dans 
la partie orientale de Mossoul. "Nous espérons que les flux vont 
se tarir, mais pour l'instant rien n'y fait." 
     
    RETROUVER LES CORPS 
    La protection civile est chargée de retrouver les corps 
parmi les décombres.  
    "Cette odeur, je n'en peux plus", soupire le lieutenant 
colonel Rabia.  
    La recherche des corps peut parfois être mortelle.  
    La semaine dernière, une bombe ensevelie sous les ruines a 
explosé, tuant un membre de la protection civile qui tentait 
d'extraire un corps.  
    Leur misère ne s'arrête pas là : ils ne sont pas rémunérés 
depuis que le gouvernement a gelé les salaires des personnes 
travaillant dans les régions contrôlées par l'EI.  
    "Si personne ne le fait, qui le fera ?", explique Ahmed 
Abdoulkader. Pourquoi travailler s'ils ne sont pas payés ? "Nous 
le faisons pour notre pays", rétorque-t-il.  
    Un corps non identifié est conservé pendant un certain temps 
à la morgue. Si personne ne le réclame, la dépouille est prise 
en photo avant d'être enterrée avec un numéro, afin d'être 
retrouvée facilement si un proche vient plus tard.  
     
    CERTIFICATS DE DÉCÈS 
    Le statut des personnes tuées au cours des trois années de 
terreur de l'organisation Etat islamique reste ambigu.  
    La plupart d'entre elles ont été enterrées de manière 
informelle. D'autres ont reçu des certificats de décès délivrés 
par l'EI, qui ne sont pas reconnus par les autorités irakiennes. 
    Sans un certificat officiel, les proches des victimes n'ont 
pas droit à une indemnisation de l'Etat. Pour en obtenir une, le 
corps doit être exhumé pour qu'on puisse vérifier son identité.  
    Le frère de Yassin Adboullah est mort en février. Une 
voiture a explosé devant chez lui, dans les quartiers ouest. Il 
a été enterré dans la cour d'une école près de chez lui, car le 
chemin jusqu'au cimetière est trop risqué.  
    L'école a rouvert aujourd'hui, mais Abdoullah n'a pas encore 
reçu une autorisation de la justice pour déterrer son frère.  
    "Comment vais-je garantir les droits de mon frère et ceux de 
ses enfants ?", se demande-t-il.  
    Les autorités veulent vérifier que les victimes ne sont pas 
d'anciens djihadistes, à qui elles ne délivreront aucun 
certificat.  
    Les cadavres des membres de l'EI sont mis de côté, afin 
qu'ils pourrissent au soleil, déclare Aymad Abdelhammad, un 
membre de la protection civile. "Il y a des animaux affamés dans 
les environs, ils peuvent les manger." 
 
 (Arthur Connan pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

0.165 0.00%
1.14015 -0.13%
355 0.00%
2.58 0.00%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.