1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Renzi pourrait changer les patrons de grands groupes publics

Reuters08/04/2014 à 15:11

MATTEO RENZI POURRAIT CHANGER LES PATRONS DE GRANDS GROUPES PUBLICS ITALIENS

par Stephen Jewkes

MILAN (Reuters) - Le gouvernement de Matteo Renzi pourrait nommer de nouveaux dirigeants à la tête de plusieurs grands groupes dont l'Etat italien est actionnaire, y compris le géant pétrolier Eni, a-t-on appris de plusieurs sources gouvernementales, politiques et industrielles.

Depuis son arrivée à la présidence du Conseil en février, Matteo Renzi, 39 ans, et son équipe affichent leur volonté d'insuffler un nouvel élan dans la gestion du secteur public, d'intensifier la lutte contre la corruption et d'améliorer la gouvernance des entreprises.

Le chef du gouvernement a ainsi appelé les entreprises contrôlées par l'Etat à exclure de leur instances dirigeantes tout administrateur inculpé de délit financier.

Les conseils d'administration et les principaux dirigeants exécutifs de ces entreprises sont renouvelés tous les trois ans lors d'assemblées générales qui ont généralement lieu en mai. Le gouvernement, en tant que premier actionnaire, doit présenter la liste des nouveaux administrateurs qu'il souhaite voir intégrer le conseil au moins 25 jours avant l'AG.

Une source gouvernementale a déclaré à Reuters que les administrateurs délégués d'Eni, Paolo Scaroni, et d'Enel, Fulvio Conti, semblaient particulièrement menacés et des sources politiques ont dit que Matteo Renzi souhaiter promouvoir de nouveaux dirigeants.

Aucune des grandes entreprises publiques italiennes n'est dirigée par un étranger et aucune par une femme. Les femmes sont en outre peu présentes dans les conseils d'administration.

Paolo Scaroni, à la tête d'Eni depuis 2005, achève son troisième mandat et s'est déclaré prêt pour un quatrième.

En neuf ans, cet ancien dirigeant d'Enel, âgé aujourd'hui de 67 ans, a cédé des actifs jugés non-stratégiques pour réduire la dette et financer la croissance de la compagnie dans l'amont.

Mais des revers en Afrique et au Kazakhstan ont ralenti la croissance de la production et les bénéfices et le cours de Bourse d'Eni sont aujourd'hui plus bas qu'à son arrivée.

Le nom de Paolo Scaroni a en outre été cité l'an dernier dans un dossier de soupçons de corruption touchant la filiale Saipem en Algérie. L'administrateur délégué a par ailleurs été condamné pour violation des règles environnementales à l'époque où il dirigeait Enel.

Il nie tout délit dans ces deux dossiers et a fait appel de sa condamnation.

ENI, ENEL ET FINMECCANICA EN TÊTE DE LISTE

"J'apprécie ce qu'a fait Scaroni. J'aimerais qu'il soit reconduit mais je m'attends à des difficultés avec l'enquête Saipem et le changement de génération de Renzi", explique Roberto Lottici, gérant de fonds d'Ifigest, un actionnaire d'Eni.

Le gouvernement Renzi souhaite aussi voir diminuer les salaires des dirigeants des entreprises publiques. Paolo Scaroni, l'un des mieux payés d'entre eux, a touché 4,55 millions d'euros au total en 2013.

Parmi les noms cités comme de possibles successeurs de Paolo Scaroni figurent ceux de Vittorio Colao, le directeur général de Vodafone et d'Andrea Guerra, celui de Luxottica. Le directeur financier d'Eni, Claudio Descalzi, est aussi un candidat, a dit une source financière.

Les prochaines semaines pourraient aussi être inconfortables pour d'autres dirigeants d'entreprises publiques comme Fulvio Conti, 66 ans, nommé à la tête du géant de l'électricité Enel par Silvio Berlusconi et lui aussi en quête d'un quatrième mandat d'administrateur délégué.

Fulvio Conti a notamment piloté le rachat de l'espagnol Endesa, qui a fait d'Enel un acteur de taille européenne du marché de l'énergie mais qui a aussi plombé la dette du groupe. Le cours de Bourse d'Enel a chuté de 33% environ depuis 2005.

Une source ministérielle italienne a déclaré que Francesco Starace, le patron de la filiale d'énergies renouvelables Enel Green Power et le directeur financier d'Enel, Luigi Ferraris, tous deux favoris des marchés, pourraient succéder à Fulvio Conti.

Chez Finmeccanica, Alessandro Pansa, dans le groupe depuis 2001, a été promu l'an dernier au poste d'administrateur délégué après l'arrestation du numéro un d'alors, Giuseppe Orsi, dans un dossier de corruption présumée.

Le groupe de défense étant affaibli par divers scandales et une lourde dette, les jours d'Alessandro Pansa pourraient être comptés. Giuseppe Giordo, qui dirige pour l'instant la filiale Alenia, et Franco Bernabe, ex-administrateur délégué de Telecom Italia, sont cités comme de possibles successeurs.

(avec Paolo Biondi et Danilo Massoni; Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

14.27 -0.24%
1.15045 +0.77%
178.23 -0.69%
67.06 +0.65%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.