Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Renault veut un accord de réduction des coûts

Reuters27/09/2012 à 18:59

RENAULT VA DISCUTER DE L'AMÉLIORATION DE SA COMPÉTITIVITÉ EN FRANCE

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Renault discutera dès le mois prochain avec les syndicats des moyens d'améliorer la compétitivité de ses usines françaises pour faire face à la dégradation du marché européen et éviter les suppressions de postes massives annoncées par PSA, a-t-on appris jeudi de source syndicale.

"Deux réunions viennent d'être programmées le 8 et le 23 octobre dans le cadre d'un groupe de réflexion paritaire, structure ad-hoc sur la compétitivité", a ajouté la source.

Carlos Tavares, directeur général délégué de Renault, a indiqué de son côté dans une interview à Reuters en marge du mondial de l'automobile qu'il aimerait conclure dans les prochains mois un accord de compétitivité dans l'ensemble de ses usines françaises.

"Si nous étions en mesure de conclure quelque chose dans les prochains mois, ce serait bien, mais je ne pense pas qu'il faille non plus ajouter trop de contraintes dans le système", a -t-il dit.

"Nous demandons aux salariés de travailler avec nous sur une feuille de route pour amener telle ou telle usine à un niveau de performance identique aux meilleurs benchmarks de la région", a-t-il ajouté, citant l'usine Nissan de Sunderland et le site Renault de Palencia, en Espagne.

Parmi les pistes qu'il entend proposer à la négociation, le directeur général délégué de Renault a cité la qualité, le coût de l'assemblage et le coût du travail.

Plusieurs constructeurs automobiles ont tenu des propos alarmistes sur la dégradation du marché automobile européen, pour lequel ils n'attendent désormais pas de reprise en 2013.

EFFET DE CONTRASTE AVEC PSA

PSA, qui a annoncé en juillet 8.000 nouvelles suppressions d'emplois en France et la fermeture d'une usine, a conclu un accord de compétitivité sur son site de Sevelnord, prévoyant un gel des salaires et une flexibilité accrue en échange de l'attribution d'un nouveau modèle et du maintien des emplois.

Carlos Tavares suggère que le choc provoqué par les annonces de PSA est susceptible de faciliter les discussions avec les syndicats.

"Le contraste avec notre concurrent français les aide à penser qu'il vaut mieux discuter maintenant des remèdes à la situation actuelle (...) Le sentiment d'urgence est partagé des deux côtés", a-t-il dit.

Carlos Ghosn, le PDG de Renault, a une nouvelle fois estimé sur BFM TV qu'une baisse des capacités de productions des constructeurs en Europe était "inéluctable".

"Un constructeur ne peut pas continuer à maintenir un outil de production pour lequel il n'y a pas de demande", a-t-il observé, précisant toutefois que rien n'était prévu à ce stade chez Renault en la matière.

La source syndicale déjà citée a souligné que la "négociation à venir délicate et sûrement difficile".

"On sait très bien qu'il faudra négocier quelque chose dans le contexte actuel, ça ne peut pas tenir ainsi. Il y aura des concessions, notamment sur la flexibilité, mais en échange il faudra des garanties sur l'emploi et le 'made in France'", a ajouté la source.

Vers 15h40, le titre Renault reculait de 1,34% à 36,75 euros alors que l'indice regroupant les valeurs automobiles européennes cédait 0,82%.

Avec la contribution de Benoit Van Overstraeten, édité par Jean-Michel Bélot

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.