Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Renault prend une participation de 21% dans la start-up Whylot
information fournie par AOF23/11/2021 à 10:42

(AOF) - Renault Group a réalisé le 30 septembre dernier une opération de prise de participation minoritaire à hauteur de 21% au capital de Whylot, une start-up basée dans le Lot qui a développé une technologie unique dans le secteur porteur des moteurs électriques innovants. Cette entrée au capital de la start-up française vient renforcer le partenariat stratégique existant entre les deux acteurs.

Annoncé en juin dernier, Renault a précédemment signé un partenariat avec Whylot afin de développer et d'industrialiser à grande échelle un e-moteur automobile innovant à flux axial.

Cette technologie sera appliquée aux groupes motopropulseurs électrifiés et électriques, avec notamment pour objectif en groupes motopropulseurs hybrides une réduction des coûts tout en économisant les émissions de CO2 de 2,5 g/km de CO2 selon la norme WLTP (pour les voitures particulières des segments B/C).

Renault Group affirme qu'il sera le premier constructeur généraliste à produire un moteur électrique à flux axial à grande échelle à partir de 2025.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Automobile – Constructeurs : Un secteur en convalescence

Le marché automobile français n'est pas encore rétabli du Covid. Seules 141.041 immatriculations de véhicules particuliers ont été enregistrées en mai, selon le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). C’est 27,3% de moins que le niveau de mai 2019.

Né en janvier de la fusion entre PSA et Fiat Chrysler, Stellantis est devenu le premier constructeur automobile en Europe au premier trimestre, devançant ainsi le groupe Volkswagen (Volkswagen, Audi, Seat, Skoda, Porsche, Lamborghini…).

Une reprise qui se fait attendre

Sur les cinq premiers mois de l'année, les immatriculations enregistrées en cumul s'élèvent à 723.258 pour les voitures particulières, soit 22,7% de moins que leur niveau de 2019, avant la crise sanitaire.

Stellantis a commercialisé en mai 2021 environ 44.000 véhicules neufs, soit près de 40%  en moins comparé à mai 2019. Le groupe a pâti d’un manque de composants, qui pénalise tous les constructeurs dans le monde. Stellantis n’a ainsi pu produire 190.000 véhicules au premier trimestre et mi-mars le groupe Volkswagen estimait que 100.000 véhicules n'avaient pas pu être produits.

A 36.000 unités, les ventes du groupe Renault en mai 2021 ont reculé de 27,8 % par rapport à leur niveau d'avant pandémie.

Les voitures électriques poursuivent leur développement en France et affichent un maintien de leur part de marché à 8% en mai, avec 11.562 immatriculations.

Un secteur pénalisé par la pénurie de semi-conducteurs

Cette pénurie est principalement liée aux conséquences de la pandémie de Covid-19. Le fabricant allemand de semi-conducteurs Infineon évalue à environ 2,5 millions le nombre de voitures qui ne pourront être produites au premier semestre 2021 dans le monde. Il prévoit que le déséquilibre entre l'offre et la demande persistera et pourrait durer jusqu'en 2022.

Néanmoins, les industriels de l'automobile ne subissent pas de la même façon cette pénurie de composants électroniques. Ceux qui ont développé des relations étroites avec leurs fournisseurs sont moins touchés. C’est le cas de Toyota. En revanche Ford a annoncé que sa production serait réduite de 50 % au deuxième trimestre et de 1,1 million de véhicules sur l'ensemble de l'année.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.60%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.