Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Renault-L'année 2021 débute difficilement, perte record en 2020
Reuters19/02/2021 à 12:40

* Coronavirus et pénurie de puces assombrissent le S1

* Perte nette historique de E8 mds en 2020

* La restructuration avance bien plus vite que prévu

* Signes de redressement déjà visibles au S2 de l'an passé

(Actualisé avec précisions, conférence de presse, cours)

par Gilles Guillaume et Sarah White

19 février (Reuters) - Le directeur général de Renault

RENA.PA , Luca de Meo, a prévenu jeudi que l'année 2021 s'annonçait encore difficile, notamment dans sa première partie avec l'épidémie de coronavirus et la pénurie de puces, après une année 2020 qui s'est soldée par la plus lourde perte nette du constructeur automobile français.

"On est en pleine bataille pour essayer de gérer une année difficile en terme d'approvisionnement, sur les composants électroniques, ce sont tous les effets collatéraux de la pandémie du Covid (...) nous allons vivre une année assez volatile", a déclaré Luca de Meo, qui a pris les rênes du groupe au losange en juillet dernier.

Renault estime que le plus dur de la crise des composants devrait être passé après l'été, mais que l'impact total sur sa production de l'année pourrait atteindre environ 100.000 véhicules.

Ce ton prudent au seuil d'une année riche en espoirs, et l'annonce d'une perte nette, part du groupe, plus lourde que prévu au titre de 2020, ont éclipsé les progrès réalisés par le constructeur pour redresser ses marges.

Vers 12h40, l'action Renault reculait de 4,8% à 37,87 euros, accusant la plus forte baisse du CAC 40 .FCHI , en hausse de 0,51% au même moment.

Le groupe a accusé l'an dernier une perte nette historique de 8,008 milliards d'euros imputable à la baisse de ses ventes sur fond d'épidémie de coronavirus et aux propres difficultés de son partenaire Nissan 7201.T . C'est la deuxième année qu'il est dans le rouge, après un trou de 141 millions en 2019.

Le consensus des analystes interrogés par Refinitiv donnait une perte de 7,4 milliards d'euros pour 2020.

LE LEVIER DES PRIX EST ACTIONNÉ

Luca de Meo a donné un grand coup de volant stratégique, tournant le dos à l'ambitieuse croissance géographique engagée sous la houlette de son prédécesseur Carlos Ghosn pour donner la priorité aux modèles et aux pays les plus rémunérateurs.

Cette stratégie, conjuguée à une vaste restructuration pour réduire les coûts, a commencé à porter ses fruits au second semestre. Si Renault n'a pas donné de prévisions pour l'année en cours, il a indiqué qu'il pourrait atteindre son objectif d'économies de deux milliards d'euros dès la fin 2021, soit bien en avance sur l'objectif initial.

La contribution des entreprises associées, longtemps une des recettes du succès passé de Renault, a pesé pour 5,14 milliards d'euros, reflet pour l'essentiel des pertes du partenaire japonais Nissan.

En revanche, au second semestre, cet impact a été de seulement -253 millions d'euros.

Levier central dans la stratégie de redressement du groupe, Renault est également parvenu à améliorer de cinq points son mix prix et produit, l'une des meilleures performances en la matière affichée par le constructeur.

En concentrant ses efforts sur les silhouettes dérivées des SUV à la mode et sur le segment compact - celui de la VW Golf - et moins sur les petites voitures, le constructeur entend redresser sa marge opérationnelle en la portant à plus de 3% d'ici 2023, après une marge négative de 0,8% en 2020 mais positive de 3,5% sur le seul second semestre de l'année passée.

Il vise aussi aussi un free cash flow opérationnel de l'automobile de l'ordre de trois milliards d'euros en cumul sur la période 2021-2023.

L'an dernier, le free cash flow a été négatif de 4,5 milliards d'euros, mais positif de 1,8 milliard sur le seul second semestre.

La directrice financière Clotilde Delbos a déclaré espérer un free cash flow positif cette année, à condition que la Banque centrale européenne relève les plafonds instaurés pour le dividende des banques, et donc pour celui que la filière bancaire de Renault, RCI, pourra lui reverser.

(Gilles Guillaume et Sarah White, avec Nick Carey à Londres, édité par Blandine Hénault)

Valeurs associées

Tradegate +1.44%
Euronext Paris +0.20%
Euronext Paris +0.80%

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer