1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Rémunération de Carlos Ghosn : l'audit de Renault conclut à "l'absence de fraude"
Boursorama avec AFP11/01/2019 à 10:42

L'audit lancée en interne sur la rémunération des principaux dirigeants du groupe Renault ne portait que sur 2017 et 2018. Elle doit se poursuivre pour les exercices antérieurs.

( AFP / JOHANNES EISELE )

Pas de fraude selon Renault. L'audit interne lancé sur les éléments de rémunération des principaux dirigeants du groupe Renault, dont son PDG Carlos Ghosn, a conclu "à l'absence de fraude" concernant les années 2017 et 2018, a indiqué jeudi 10 janvier le groupe automobile dans un communiqué. "La mission a examiné les éléments de rémunération des membres actuels du comité exécutif du groupe Renault pour les exercices 2017 et 2018 et a conclu à leur conformité et à l'absence de fraude", a assuré le groupe à l'issue d'une réunion des administrateurs de la marque au losange.

UNE MISSION MENÉE PAR LES MEMBRES DE LA DIRECTION DE L'ÉTHIQUE DE L'ENTREPRISE

"Conformément à la saisine initiale, la mission se poursuivra sur les exercices antérieurs", a toutefois précisé le constructeur français. "Il en sera rendu compte de la même manière dès la prochaine séance du conseil d'administration", a-t-il assuré.

Cette réunion d'administrateurs, organisée au siège de Renault à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), visait, selon Renault, à faire un "point d'avancement de la mission de vérification des éléments de rémunération des membres du Comité exécutif du groupe". Cette mission, menée selon Renault "par des experts internes issus de la Direction de l'éthique" de l'entreprise "assistés d'experts externes indépendants", avait été annoncée fin novembre par le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

DES POSSIBLES ABUS DE BIENS SOCIAUX ÉGALEMENT

Elle portera "à la fois sur les questions de rémunération et les questions d'abus de bien social, pour vérifier qu'il n'y a rien eu de difficile, de délicat que nous puissions trouver", avait indiqué Bruno Le Maire.

Le constructeur français avait déjà conclu, à la mi-décembre mais "de manière préliminaire", "à la conformité des éléments de rémunération" de Carlos Ghosn et "des conditions de leur approbation au regard des dispositions légales", faisant référence à des vérifications initiées après l'arrestation de M. Ghosn au Japon.

La réunion des administrateurs de Renault est intervenue alors que Carlos Ghosn était frappé vendredi de deux nouvelles inculpations au Japon.

Valeurs associées

+1.11%

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Pic.Adum
    11 janvier11:53

    Et dans quelques années, Mediapart ou le Canard Enchaîné vont nous sortir un méga dossier chez Renault.....

    Signaler un abus

  • jmmerle
    11 janvier11:36

    "Absence de fraude" : chez Renault, on a bien intégré la législation européenne. Notre "résident fiscal néerlandais" aussi, d'ailleurs : c'est un premier de cordée débrouillard et respectueux de la légalité. Il a bien intégré que l'UE a été créée avec une blanchisserie à chaque coin de rue pour légaliser la grande délinquance. Quand il va à l'hosto, ça lui convient qu'il y ait des services publics, mais quand il s'agit de le financer, il laisse ça à ceux qui n sont rien du tout. Merci Juncker !

    Signaler un abus

  • M3155433
    11 janvier11:18

    Le Japon a le niveau de corruption de la France au classement Transparency International (20e place environ) donc sa justice n'inculpe pas ( autant) Gohn , sans avoir des faits reels ! Ca me rappelle aussi DSK,au depart blanc comme neige , et les USA des mechants.

    Signaler un abus

  • M3155433
    11 janvier11:18

    Au Pays Bas il y a un equivalent de l'ISF , Frenchto. LOL sur l'audit 2017 2018 de renault ....ça me rappelle la banque suisse de Cahuzac qui disait qu'elle n'avait pas de compte secret Cahuzac ....sans préciser que c'etait sur les annees ou il en etait parti.

    Signaler un abus

  • Xophe3
    11 janvier11:16

    Mais Bien Sûr ! il ne fraude qu'au Japon, c'est évident.allez hop circulez ya rien à voir

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer