1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Réformes : Angela Merkel juge la France «en bonne voie»
Le Parisien04/03/2015 à 17:39

Réformes : Angela Merkel juge la France «en bonne voie»

Un bon point pour la France. La chancelière allemande a décerné mercredi à Bruxelles un satisfecit à la politique économique française.  «La France est en bonne voie», a-t-elle déclaré à l'issue d'une rencontre avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Angela Merkel était interrogée sur le nouveau délai de deux ans accordé par Bruxelles pour que la France revienne sous le seuil de 3% de PIB de déficit public, soit en 2017.

«J'ai pris bonne note de ce qui a été décidé par la Commission», a-t-elle dit. «Je retiens de mes discussions qu'il y a un processus de réformes très intensif en cours», et «je travaille en étroite collaboration avec le président Hollande», a poursuivi la chancelière. «Nous allons tout faire pour accompagner cet effort de réformes», a-t-elle dit. Merkel a assuré que son pays ne voulait faire «aucune ingérence», mais «nous avons une interprétation commune des opportunités en termes de croissance et d'emploi», a-t-elle souligné.

Pas de régime de faveur,  selon Bruxelles

La Commission, tout en accordant un délai de deux ans à la France --le troisième consécutif-- pour ramener son déficit dans les clous européens, lui a fixé néanmoins un calendrier exigeant et l'a placée sous surveillance. Le pays, abonné aux dérapages budgétaires, irrite de plus en plus ses partenaires européens, qui soupçonnent un traitement de faveur à son égard.

Le président luxembourgeois de la Commission s'en est implicitement défendu mercredi. «Oui, nous donnons deux ans de plus à la France pour rentrer dans les clous du pacte. Mais la décision elle-même renferme toute une série de mesures que la France devra prendre», a-t-il rappelé.

Paris «devra réduire son déficit 2015 de 0,2%», ce qui équivaut à environ 4 milliards d'euros, mais «les ajustements ultérieurs, 2016 et 2017, seront autrement plus importants», a-t-il averti. Le déficit ne devra pas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

8 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • simeoi.j
    04 mars19:05

    Trop beau pour être honnête! La montée de Marine, y est pour beaucoup.

    Signaler un abus

  • frk987
    04 mars18:25

    En bonne voie pour la faillite style Grèce...là nous sommes d'accord !!!!!

    Signaler un abus

  • vivian15
    04 mars18:08

    Chère Angela, le salon parisien de l'agriculture est terminé, inutile -pour une fois- de caresser le veau dans le sens du poil.

    Signaler un abus

  • brenot
    04 mars17:49

    Quelle langue de bois. Il est clair que la France est laxiste est subit un régime de faveur contraieremnt au Portugal, Espagne, Irlande et Grèce. Quand va-t-on arrêter de mettre la poussière sous le paillasson?

    Signaler un abus

  • mfouche2
    04 mars17:36

    On en reparle dans 6 mois.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer