1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Réforme de l'UE-Merkel promet un accord avec Paris d'ici juin

Reuters17/04/2018 à 20:05
 (Actualisé avec déclarations de Bruno Le Maire)
    BERLIN, 17 avril (Reuters) - L'Allemagne et la France vont
se mettre d'accord d'ici juin sur les réformes européennes à
mettre en oeuvre, a promis mardi Angela Merkel.
    "La base de travail du gouvernement est l'accord de
coalition", a précisé la chancelière, évoquant le programme sur
lequel conservateurs et sociaux-démocrates se sont entendus pour
poursuivre leur cohabitation.
    S'adressant à la presse, la chancelière a déclaré que
l'union bancaire - l'une des idées de réforme visant à renforcer
la zone euro - était une priorité à ses yeux et que Berlin était
disposé à aller de l'avant.
    "Je pense que l'Allemagne peut apporter sa propre
contribution et que nous trouverons d'ici juin des solutions
conjointes, avec la France; à ce titre j'attends avec impatience
la visite de jeudi, parce que ce sera un pas de plus vers
l'élaboration d'une position commune", a dit la chancelière,
évoquant sa prochaine rencontre avec le président français.
    Priée de dire si Berlin freinait la réforme de la zone euro,
Angela Merkel s'est déclarée convaincue de la solidité des
mesures qui seront prises.
    A Paris, le ministre français de l'Economie et des Finances
Bruno Le Maire a abondé dans le même sens.
    "Le travail de fourmi que nous faisons en silence avec nos
partenaires allemands (...) donnera d'ici le mois de juin (...)
de vrais résultats sur la zone euro, sur l'union bancaire, sur
l'union des marchés de capitaux, sur la convergence fiscale et
je l'espère sur la taxation des Gafa", a-t-il déclaré mardi soir
sur LCI.     
    Devant le Parlement de Strasbourg, Emmanuel Macron avait
auparavant invité les Etats membres à refuser "l'Europe de
l'habitude".      
    Les partenaires du bloc conservateur au sein de la
coalition, les sociaux-démocrates (SPD), ont pressé la
chancelière, mardi, de ne plus traîner les pieds et de soutenir
les réformes de la zone euro.
    Les conservateurs et le SPD se sont entendus dans leur
accord de coalition pour renforcer et réformer la zone euro en
coopération étroite avec la France, mais les deux blocs
divergent sur les détails des mesures à prendre.
    Au coeur des dissensions, l'insistance des conservateurs
allemands pour que chaque pays de la zone euro assume la
responsabilité des risques économiques qu'il court, alors
qu'Emmanuel Macron préconise davantage de solidarité - ou une
mise en commun des risques - entre Etats membres.
    Les projets de réforme du président français sont considérés
avec scepticisme par le bloc conservateur d'Angela Merkel, dont
bon nombre de responsables voient d'un mauvais oeil toute mesure
qui conduirait les contribuables allemands à assumer la
responsabilité des dettes de pays tiers, ce qui reviendrait,
pour la CDU/CSU, à financer les Etats dépensiers.

 (Madeline Chambers et Michelle Martin, avec Myriam Rivet à
Paris, Jean-Philippe Lefief et Eric Faye pour le service
français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

117.085 -16.47%
4806.2 +1.35%
CGG
1.132 +5.01%
1.13275 +0.06%
1.967 +8.67%

Les Risques en Bourse

Fermer