1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Référendum grec : le non l'emporte à 61,31%, Tsipras veut renégocier la dette

Le Parisien06/07/2015 à 01:40

Référendum grec : le non l'emporte à 61,31%, Tsipras veut renégocier la dette

C'est un jour historique pour l'Europe et pour la Grèce  dont les habitants ont massivement voté «non» aux créanciers du pays. Dès lundi, le gouvernement grec entend œuvrer pour «trouver un terrain d'entente» avec l'UE et le FMI, selon le ministre des Finances, Yanis Varoufakis. Un sommet de la zone euro se tiendra dès mardi, après une réunion des ministres des Finances des 19 pays de la zone euro. Mais, premier à régir de Berlin, le ministre allemand de l'Economie, Sigmar Gabriel, a toutefois jugé «difficilement imaginables» de nouvelles discussions. Grexit ou pas, telle est désormais la question pour l'UE face à ce «non» massif.

Après un énième échec des discussions avec la Commission européenne, le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé le 27 juin, en pleine nuit, ce référendum qui pose une question d'autant plus complexe que la Grèce ne bénéficie plus d'aucun programme d'aide depuis le 30 au soir et que les banques sont fermées : « Faut-il accepter le plan d'accord soumis par la Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) lors de l'Eurogroupe du 25 juin ? ». Les électeurs n'ont pu consulter ce plan financier, très technique, que sur des sites internet montés en urgence par les deux camps.

La campagne pour le « oui – validation du plan » ou pour le « non », l'invalidation que demande le gouvernement aux Grecs, aura duré six jours. Six jours de grande dramatisation politique à l'échelle de toute l'Europe et six jours fébriles pendant lesquels les Grecs ont dû quotidiennement rationner leurs dépenses, plus encore que depuis le début de la crise, faute de banques ouvertes.

QUESTION DU JOUR. Après le non grec, l'Europe doit-elle revoir ses exigences ?

>> Suivez en direct le déroulement de la journée de scrutin >>

0h30.  Le non l'emporte avec 61,31%, selon des résultats quasi-définitifs. Le non aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

147 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • stmaster
    07 juillet00:28

    Et voila, comme annoncé, Papa Obama veut siffler la fin de la partie ! les petits amis Européens, maintenant que vous vous êtes bien amusés, il est temps de vous remettre en rang, et qu'aucune tête ne dépasse !

    Signaler un abus

  • f5gbi
    06 juillet17:55

    Si la Grèce sort de l'Europe, vous croyez qu'un autre pays va prendre à sa charge ce boulet qui ne veut pas faire les réformes élémentaires : TVA, Cadastre, Retraites, Fonctionnaires ?

    Signaler un abus

  • ben2906
    06 juillet16:31

    stmaster ... Une Europe non désirée ne peut par definition être unie...

    Signaler un abus

  • stmaster
    06 juillet12:54

    Quelle belle image de l'Europe unie et solidaire on donne au monde entier ! Et quel respect pour un peuple qui a donné Aristote, Socrate et Platon ! Continuons à compter nos billets ......

    Signaler un abus

  • stmaster
    06 juillet12:23

    Si l'Europe vire la Grèce, la Russie et la Chine l'aideront, et adios l'Otan et les alliances économiques transatlantiques.Mais Obama ne l'acceptera pas, il y a des bases navales. Je ne serais pas étonné qu'il passe un petit coup de fil à Angela et François.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4909.45 +2.15%
CGG
1.195 +5.57%
0.063 -1.41%
56.31 +1.90%
2.076 +5.54%

Les Risques en Bourse

Fermer