1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Référendum aux Comores pour élargir les pouvoirs présidentiels
Reuters30/07/2018 à 12:21

    MORONI, 30 juillet (Reuters) - Les électeurs comoriens sont
invités à se prononcer ce lundi par référendum sur une révision
constitutionnelle qui pourrait, entre autres, permettre au
président Azali Assoumani de se maintenir au pouvoir au-delà de
ce que prévoient les règles actuelles.
    En cas de victoire du "oui", il serait ainsi autorisé à se
présenter à deux reprises à compter de l'année prochaine alors
que la constitution en vigueur lui interdit de se présenter à sa
propre succession.
    Ce référendum propose également d'en finir avec le système
de rotation des élections. Ce dernier, censé garantir une
meilleure représentativité des différentes composantes de
l'archipel, prévoit que chacune des trois grandes îles des
Comores désigne à tour de rôle dans le cadre de primaires les
candidats soumis ensuite à un vote de l'ensemble des Comoriens.
    Azali Assoumani a mené campagne en faveur du "oui",
expliquant que la réforme qu'il prône favorisera le principe de
"la continuité de l'Etat pour les prochains dirigeants".
    L'opposition dénonce le scrutin qu'elle juge illégal et
qu'elle qualifie de "coup de force" présidentiel.
    Ancien militaire, Azali Assoumani s'est une première fois
emparé du pouvoir en 1999 par les armes avant d'occuper la
présidence de 2002 à 2006 et d'être une nouvelle fois élu en
2016. Si le oui l'emporte, une élection présidentielle anticipée
sera organisée en 2019.

 (Ali Amir Ahmed, Nicolas Delame pour le service français)
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

10.562 +0.67%
1.13415 +0.19%
66.97 +0.04%
25.335 +1.42%
2.138 -0.65%

Les Risques en Bourse

Fermer