Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Recul en trompe l'oeil des faillites début 2013

Reuters21/03/2013 à 20:03

LÉGER RECUL DES DÉFAILLANCES D'ENTREPRISES EN JANVIER ET FÉVRIER

PARIS (Reuters) - Les défaillances d'entreprises ont légèrement reculé sur les deux premiers mois de 2013 mais une demande interne au mieux atone et les effets de quatre années de crise ne permettront pas de repasser cette année sous le seuil des 60.000 qui prévaut depuis 2009, selon des données publiées jeudi par Deloitte et Altares.

Le nombre de procédures collectives ouvertes sur les deux premiers mois de 2013 est en recul de 2% par rapport à la période correspondante de l'année précédente.

"Avec un peu plus de 11.000 procédures ouvertes sur janvier et février, il y a peu de chance qu'on termine l'année sous les 60.000", a relevé Thierry Millon, directeur des études du spécialiste du renseignement commercial Altares alors que le compteur des défaillances est bloqué à ce niveau depuis l'automne 2009.

"Le début d'année n'est pas aussi mauvais que ce que l'on pouvait craindre", a-t-il même relativisé, la fin 2012 ayant été marquée par une brusque accélération.

Si le niveau de défaillances n'a progressé que de 3% sur l'ensemble de l'année dernière avec 59.780 dossiers, la hausse avait été de 13% sur le seul quatrième trimestre, selon les données compilées dans le cadre de l'étude annuelle sur les entreprises en difficulté réalisée par Deloitte et Altares.

La tendance sur le début de l'année fait ressortir une baisse du nombre des procédures de sauvegarde et de redressement judiciaire tandis que celui des liquidations est stable.

DE MOINS EN MOINS DE MARGES DE MANOEUVRES

Cette évolution n'est guère rassurante, selon Thierry Millon, car elle montre que les entreprises en difficulté n'ont souvent plus de marges de manoeuvre.

Ce diagnostic est partagé par Vincent Battle, en charge du département spécialisé dans la prévention et le traitement de l'entreprise en difficulté chez Deloitte.

"Pour préserver leur capacité de rebond après la crise de 2009, beaucoup d'entreprises ont effectué des adaptations relativement limitées de leur dispositif de production", note-t-il.

"En 2012, le prolongement du ralentissement économique a touché tous les secteurs d'activité et a fortement contribué à la dégradation des marges", poursuit-il.

Pour faire face aux tensions de trésorerie, "les sociétés en difficulté ont cherché à monétiser leurs actifs afin de tenir le temps d'une crise qui se prolonge", recourant à l'affacturage, aux financements sur stocks ou encore à la cession-bail (lease-back).

Si le nombre de défaillances recule nettement sur les deux premiers mois de l'année pour les entreprises sans salarié (-13% à 4.074), reflet de la faiblesse de leur coûts fixes, il augmente pour celles qui comptent de 1 à 5 salariés (+7% à 5.059) et croit encore pour les entreprises de 100 salariés et plus (avec 39 dossiers contre 36 sur les deux premiers mois de 2012).

Les disparités sont aussi très marquées selon les régions avec une forte poussée des défaillances début 2013 dans les Pays de Loire, le Languedoc-Roussillon, l'Auvergne et dans une moindre mesure en Rhône-Alpes et Haute-Normandie.

Parallèlement, on enregistre des reculs marqués dans des zones fortement éprouvées dans les années antérieures comme la Picardie, le Nord-Pas-de-Calais, la Basse Normadie, la Franche-Comté ou Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Elles sont relativement stables en Ile-de-France, Aquitaine, Midi-Pyrénées et Bretagne.

Marc Joanny, édité par Yann Le Guernigou


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.