Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Récession en vue en Grande-Bretagne

Reuters27/02/2013 à 14:37

LE PIB BRITANNIQUE A RECULÉ DE 0,3% AU 4E TRIMESTRE 2012

par Olesya Dmitracova et Li-mei Hoang

LONDRES (Reuters) - L'économie britannique s'est contractée de 0,3% au quatrième trimestre 2012, a confirmé mercredi l'Office national des statistiques (ONS), ce qui laisse entrevoir une troisième récession depuis la crise financière de 2008.

Ces chiffres n'apporteront guère de réconfort au ministre des Finances George Osborne, qui doit présenter le mois prochain son projet de budget pour l'exercice 2013-2014.

L'agence Moody's a privé vendredi Londres de sa note Aaa en arguant de la faiblesse des perspectives de croissance, qui compromet selon elle les objectifs du gouvernement en matière d'assainissement des finances publiques.

"Cela souligne vraiment que la trajectoire de la croissance est, dans le meilleur des cas, mauvaise et qu'elle pourrait même chuter", a déclaré David Tinsley, économiste de BNP Paribas.

"Le fait que l'investissement des entreprises soit si faible et qu'il ait en plus été révisé à la baisse pour le troisième trimestre, est également décevant", a-t-il ajouté.

Au quatrième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 0,3% par rapport aux trois mois précédents, un chiffre conforme à la première estimation.

SOUTENIR LA CROISSANCE

Par rapport aux trois derniers mois de 2011, le PIB a toutefois augmenté de 0,3% alors que l'estimation initiale le donnait inchangé.

La consommation des ménages s'est améliorée de 0,2% d'un trimestre sur l'autre alors que les exportations reculaient de 1,5% et les importations de 1,2%.

"Avec la montée des tensions politiques dans la zone euro en raison du résultat des élections italiennes, une confiance des consommateurs en berne en Grande-Bretagne, les signes d'un maintien de la faiblesse de l'activité bancaire et la réticence des entreprises à investir (...) aucune des principales explications de la faiblesse de la croissance n'a été surmontée", a de son côté commenté Chris Williamson, de Markit.

La fragilité de l'économie britannique est au coeur des préoccupations des responsables monétaires britanniques.

L'un d'entre eux, Paul Fisher, a déclaré mardi que la Banque d'Angleterre (BoE) pourrait devoir acheter de la dette publique britannique en quantité modérée mais pour une période prolongée afin de soutenir la production.

Son collègue Charles Bean a de son côté jugé mercredi que la banque devait s'ouvrir à de nouvelles idées pour surmonter des difficultés économiques qui viennent s'ajouter à une inflation qui demeure supérieure aux objectifs.

Dans le secteur des services, qui représente près des trois quarts du PIB britannique, la production a diminué de 0,1% au quatrième trimestre après avoir progressé de 1,2% lors des trois précédents mois.

Les économistes interrogés par Reuters prévoient pour l'instant une croissance de 0,2% sur les trois premiers mois de cette année, ce qui permettrait en théorie d'éviter une récession, définie comme deux trimestres consécutifs de baisse du PIB.

Les enquêtes auprès des directeurs d'achats menées en janvier ont reflété une croissance de l'activité du secteur des services, qui regroupe les trois quarts de l'activité économique, ainsi qu'un redressement dans le secteur manufacturier et une baisse de l'activité de la construction.

Marc Angrand et Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.