Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Rebond en vue à Wall Street comme en Europe, la peur reflue
information fournie par Reuters21/09/2021 à 13:09

LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE

LES BOURSES EUROPÉENNES PROGRESSENT À MI-SÉANCE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en nette hausse et les Bourses européennes progressent de plus de 1% à mi-séance mardi, effaçant la majeure partie des pertes subies la veille en raison des craintes de voir la débâcle du géant immobilier Evergrande déclencher une crise financière en Chine et du risque d'une paralysie des administrations fédérales aux Etats-Unis.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent un rebond de 0,9% pour le Dow Jones, de 0,85% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,78% pour le Nasdaq.

Le S&P-500 a perdu 1,7% lundi, sa plus forte baisse sur une séance depuis mai, portant à près de 4% son repli par rapport à son record de clôture du 2 septembre.

L'indice Vix de volatilité du CBOE, qui avait pris jusqu'à plus de huit points à 28,79 lundi pour atteindre son plus haut niveau depuis mai, retombe sous 23.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,43% à 6547,87 points à 10h55 GMT. A Londres, le FTSE 100 prend 1,19% et à Francfort, le Dax avance de 1,46%. L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 1,3%, le FTSEurofirst 300 de 1,25% et le Stoxx 600 de 1,09%.

En attendant de savoir si Evergrande est officiellement déclaré en défaut sur ses engagements financiers, ce qui prendra au moins un mois à partir des échéances de coupons obligataires de jeudi, plusieurs analystes commencent à relativiser le risque de contagion qui a saisi les marchés lundi.

"Un défaut éventuel d'Evergrande pourrait peser lourdement sur le secteur immobilier mais nous pensons que ce serait loin d'être le 'Lehman' chinois", estiment ainsi les stratèges macro de Barclays en référence à la faillite en 2008 de la banque Lehman Brothers, détonateur de la crise financière mondiale.

Bank of America évoque aussi "des répercussions faibles" mais a néanmoins abaissé ses prévisions de croissance pour la Chine pour cette année et les deux suivantes en arguant de l'impact de la pandémie de COVID-19 et du resserrement de l'encadrement par les autorités de plusieurs secteurs, dont l'immobilier.

La prudence pourrait limiter le rebond des marchés puisque la Fed américaine entame ce mardi sa réunion de politique monétaire, dont elle publiera les conclusions mercredi à 18h00 GMT, et que le suspense reste entier sur le plafond de la dette américaine, qui risque d'être atteint dès le mois prochain en l'absence d'accord au Congrès pour le relever.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

VALEURS EN EUROPE

Tous les grands secteurs de la cote européenne évoluent dans le vert mais les hausses les plus marquées profitent à ceux qui avaient le plus souffert lundi, celui des matières premières, qui regagne 2,06%, et celui de l'énergie (+2,17%).

À Paris, TotalEnergies (+3,01%) et ArcelorMittal (+2,52%) figurent parmi les meilleures performances du CAC 40.

La plus forte hausse de l'indice parisien est pour Vivendi, qui s'envole de 77,55% par rapport à la clôture de lundi corrigée du détachement des actions d'Universal Music Group. Ce dernier prend 35,57% à Amsterdam pour sa première séance de cotation.

A la baisse, Kingfisher abandonne 6,14%, la perspective de difficultés d'approvisionnement occultant des résultats semestriels en forte hausse.

TAUX

Le rendement des bons du Trésor américain à dix ans, qui avait reculé de plus de cinq points de base lundi avec le repli sur les emprunts souverains, remonte de deux points à 1,3294%, les investisseurs ajustant leurs positions à la veille des annonces de la Fed.

Sur le marché européen, les rendements de référence sont pratiquement inchangés, à -0,314% pour le Bund allemand à dix ans et 0,025% pour son équivalent français.

CHANGES Le dollar recule et s'éloigne du plus haut d'un mois atteint lundi face aux autres grandes devises et s'éloigne, ce qui permet à l'euro de remonter au-dessus de 1,1733 au lendemain d'un bref passage sous 1,17.

Le yen, autre monnaie refuge en cas de tension, reste toutefois orienté à la hausse et le yuan chinois peine à rebondir et reste très proche de ses récents plus bas sur le marché "offshore".

PÉTROLE

Le marché pétrolier rebondit en profitant à la fois du regain général d'optimisme des investisseurs et des tensions persistantes sur l'offre aux Etats-Unis après le passage des ouragans Ida et Nicholas.

Le Brent gagne 0,99% à 74,65 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,18% à 71,12 dollars.

(Reportage Marc Angrand, édité par Sophie Louet)

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.