Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Rebond des entrées en Bourse en France, essai à transformer

Reuters09/11/2013 à 12:35

REBOND DES IPO EN FRANCE

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Les débuts de cotation réussis de Numericable et Blue Solutions ont ranimé un marché français des introductions en Bourse qui était en berne depuis 2010 du fait de la crise financière, mais les prochaines opérations devront transformer l'essai pour confirmer une reprise durable des introductions en Bourse.

Les taux de sursouscription atteints par le câblo-opérateur et la filiale de batteries électriques du groupe Bolloré -respectivement supérieurs à 10 et 15 fois- illustrent le retour de la confiance des investisseurs, échaudés ces dernières années par la crise de la dette souveraine dans la zone euro.

D'après les données de Thomson Reuters, actualisées avec Numericable, les fonds levés lors des IPO en France atteignent 1,31 milliard de dollars (980 millions d'euros) depuis le début de l'année et renouent ainsi avec les montants levés en 2009 (1,4 milliard de dollars). Pour 2013, cela représente déjà plus de quatre fois les capitaux levés en 2012 (329 millions de dollars).

La reprise économique tarde pourtant toujours en France et la nouvelle dégradation, vendredi, de la note de la France par l'agence Standard & Poor's sonne comme un énième avertissement.

"Des niveaux de sursouscription à plus de 10 fois et des 'pricing' dans le haut des fourchettes montrent bien que l'esprit des investisseurs a changé", remarque Virginie Lazès, directrice associée de la banque d'affaires Bryan, Garnier & Co.

"Attention toutefois au retour de bâton au second semestre 2014", prend-elle soin d'ajouter. "Il y a une fenêtre de tir qui n'est pas en phase avec la réalité économique même si la situation tend à se stabiliser et que la situation économique a cessé de se détériorer."

TOURNÉES VERS LA CROISSANCE

Pour l'heure, les spécialistes de la finance ne boudent pas leur plaisir et espèrent que les investisseurs réserveront un aussi bon accueil aux prochaines introductions en Bourse comme celle de la société Tarkett, leader mondial du sol en vinyle qui prévoit de faire ses premiers pas en Bourse à Paris d'ici à la fin de l'année.

"Pour les IPO, la fenêtre est ouverte durablement. Il y a de nombreux projets pour 2014", souligne Marc Lefèvre, directeur du développement commercial et des relations émetteurs chez NYSE Euronext. "Les dernières opérations marquent une vraie accélération avec une véritable reprise des introductions en Bourse."

D'autres groupes, comme l'entreprise de restauration collective Elior, pourraient lui emboîter le pas. Tout comme l'opérateur télécoms SFR, dans le cadre de sa scission de sa maison mère Vivendi.

"On aura en 2014 des dossiers d'introductions en Bourse véritablement tournés vers la croissance et qui ne seront pas des mises sur le marché destinées à apporter de la liquidité aux actionnaires", estime Thibaut de Smedt, directeur associé chez Bryan, Garnier & Co.

Si la stabilisation des marchés en Europe depuis la mi-2012, à l'image de l'indice CAC 40 en hausse de 25% sur douze mois, favorise le retour des investisseurs en Europe, leur enthousiasme n'atteint pas l'euphorie réservée à Twitter dont l'action s'est envolée jeudi de plus de 70% pour son premier jour à Wall Street.

"La peur des investisseurs sur l'Europe est nettement moindre qu'il y a deux ans", remarque Thibaut de Smedt. "Les investisseurs veulent maintenant parier sur un rebond de l'Europe même s'il sera plus lent et moins fort qu'aux Etats-Unis."

Pour Marc Lefèvre, le contexte d'une volatilité maîtrisée sur les marchés et la bonne tenue des indices ont favorisé le retour de l'appétit des investisseurs pour le risque, "ce qui encourage les chefs d'entreprise à envisager réellement une mise en Bourse".

Ces trois dernières années, la crise financière, la forte volatilité des marchés d'actions et le manque d'intérêt des investisseurs pour les actifs européens avaient contraint plusieurs entreprises à abandonner leurs projets de cotation.

En 2012, en pleine crise de la dette et alors que les investisseurs étrangers redoutaient un éclatement de la zone euro, le lunetier Alain Afflelou avait ainsi renoncé à revenir en Bourse. En 2010, Accor avait aussi mis de côté son projet d'introduire en Bourse le groupe d'hôtels et de casinos Lucien Barrière.

Edité par Dominique Rodriguez

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.