Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

RBS en perte au 4e trimestre

Reuters23/02/2012 à 14:51

RBS EN PERTE AU 4E TRIMESTRE

par Sudip Kar-Gupta

LONDRES (Reuters) - Royal Bank of Scotland a payé près d'un milliard de livre de bonus en 2011 en dépit d'une perte de près de 2 milliards au quatrième trimestre due à des coûts de restructurations et à des dépréciations sur l'Irlande et la Grèce.

La banque, dont l'Etat britannique détient 82% du capital depuis son renflouement après la crise du crédit de 2008, a perdu 1,8 milliard de livres (2,12 milliards d'euros) sur les trois derniers mois de 2011, passant dans le rouge sur l'ensemble de l'exercice pour la quatrième année consécutive.

RBS a toutefois payé 390 millions de livres de bonus aux collaborateurs de sa banque de financement et d'investissement (BFI) au quatrième trimestre, un montant en baisse de 58% par rapport à la période correspondante de 2010 et qui représente 22.900 livres en moyenne pour chacun d'entre eux.

Le directeur général de la banque Stephen Hester a souligné que le montant des bonus était sensiblement inférieur à celui versé par des concurrents comme Barclays et que RBS devait pouvoir attirer et retenir les talents pour mener à bien son redressement.

L'opinion publique britannique, confrontée à une sévère cure d'austérité, est très critique des bonus que s'octroient des banquiers dont les établissements ont été renfloués sur les deniers publics.

"Le tapage autour de RBS est préjudiciable aux perspectives de réalisation des objectifs nécessaires pour tous", a déclaré Stephen Hester à des journalistes. "Au cours des trois dernières années, nous sommes parvenus à surmonter ce tapage et nous allons continuer d'essayer de le faire, mais personne ne doit se faire d'illusion et penser qu'on peut avoir le beurre et l'argent du beurre", a-t-il ajouté.

LE SYNDICAT UNITE CRITIQUE LES BONUS VERSÉS

RBS a payé au total 785 millions en bonus et autres avantages, regroupés sous le terme de rémunération variable, une fois déduit les versements différés, en baisse de 43% par rapport à 2010.

Les frais de personnel de la BFI, où des milliers d'emplois sont supprimés, sont ressortis à 2,45 milliards de livres, en baisse de 9% par rapport à l'année précédente.

Le président de la banque Philip Hampton et Stephen Hester ont été contraints de renoncer à leur bonus sous la pression unanime de la classe politique britannique.

Le Premier ministre George Osborne a approuvé la décision de RBS de réduire les bonus versés et le directeur général de la banque déclaré que le plan de redressement sur cinq ans était sur les rails.

Le syndicat Unite a toutefois critiqué les bonus versés appelant RBS à revaloriser les salaires des employés de la banque de détail moins bien payés et qui, pour beaucoup d'entre eux, ont dû se contenter de faibles augmentations.

RBS a dû bénéficier de 45 milliards de livres d'injection de fonds publics après les pertes provoquées par la crise financière et sa participation au rachat du hollandais ABN Amro en 2007.

Les progrès réalisés par les divisions bénéficiaires de la banque de détail et de la banque d'investissement ont été salués par certains analystes.

"Nous considérons que RBS reste une histoire de réhabilitation et que les raisons d'y investir demeurent intactes", écrivent les analystes de Bank of America Merrill Lynch dans une note de recherche.

"Nous continuons d'être impressionnés par l'ampleur de la réduction de l'effet de levier et la réduction des risques au niveau du bilan au cours des trois dernières années", renchérit Michael Symonds, analyste chez Daiwa Capital Markets.

L'action RBS est en hausse de 3,48% à 28,28 pence vers 11h45 GMT, encore nettement en dessous du cours de 49,90 pence retenu pour l'entrée de l'Etat dans son tour de table, conduisant à une perte latente pour les contribuables britanniques de plus de 20 milliards de sterling.

RBS a comme objectif de réaliser les deux tiers de ses revenus dans les activités de banque de détail et de financement des entreprises à l'horizon 2013, seul le tiers restant provenant des activités de marchés. Depuis son arrivée à la tête de la banque en 2008, Stephen Hester a supprimé 34.000 postes et la banque a annoncé en janvier 3.500 suppressions d'emploi supplémentaires dans la BFI.

Marc Joanny pour la version française, édité par Wilfrid Exbrayat


Mes listes

valeur

dernier

var.

5.01 -0.79%
22 +1.15%
16.475 +0.06%
EDF
11.28 -1.61%
3513.06 +0.54%
1.22 -0.02%
1.285 +0.05%
18.947 +0.01%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.