1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quinze ans après, Casino a conquis le Brésil
Le Revenu25/09/2013 à 14:41

Casino

(lerevenu.com) - Le 9 octobre, l'assemblée générale extraordinaire de GPA doit nommer Jean-Charles Naouri président du conseil d'administration du premier distributeur au Brésil. Cette nomination prend des allures de consécration.

Quinze ans. C'est peu ou prou le temps qu'il aura fallu à Jean-Charles Naouri pour s'installer aux commandes de GPA, premier distributeur au Brésil grâce à ses enseignes Pão de Açúcar, Extra, Viavarejo ou encore Assaí.

Le 9 octobre prochain, le PDG et premier actionnaire de Casino, via une cascade de holdings coiffée par Euris, sera en effet nommé président du conseil d'administration de GPA par l'assemblée générale extraordinaire. Le distributeur stéphanois avait profité des déboires de GPA pour acquérir une part de son capital en 1999, avant de se renforcer en 2005.

Cette nomination est tout sauf une surprise, étant donné que Jean-Charles et Abilio Diniz ont récemment mis fin à tous leurs contentieux, qui constituaient une menace pour la pérennité de l'activité de Casino au Brésil. Début septembre, l'homme d'affaires pauliste, fils du fondateur de GPA, a ainsi abandonné la présidence du distributeur brésilien et cédé ses dernières actions Wilkes. Casino est donc devenu le seul maître à bord du holding qui contrôle GPA avec 38,1% du capital, 100% des droits de vote. En outre, Jean-Charles Naouri en assure la présidence depuis juin 2012.

L'opération prend des allures de consécration. Casino obtient enfin les coudées franches dans un pays très stratégique pour le distributeur. Au premier semestre, ses ventes dans l'alimentaire ont affiché une croissance organique de 11,8% dans le pays, cumulant à 5,5 milliards d'euros. C'est 23% du chiffre d'affaires du groupe à fin juin. Une part qui pourrait encore augmenter.

On peut encore acheter une action qui gagne 37% depuis notre conseil d'achat d'août 2011.  

Cette analyse a été élaborée par Le Revenu et diffusée par BOURSORAMA le 25/09/2013 à 14:41:33.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer