Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« Quelles politiques économiques au lendemain du second tour des départementales ? » par Hippolyte d'Albis

Boursorama30/03/2015 à 17:12

Ces résultats électoraux sont la conséquence d'une situation économique désastreuse.

La France s'est réveillée lundi 30 mars avec une nouvelle carte politique départementale. Le vote de ce dernier scrutin traduit notamment le besoin d'un changement de politique économique. Hippolyte d'Albis dresse quelques pistes de réformes possibles et, à ses yeux, souhaitables.

En recueillant 22% des suffrages, le Front National a réalisé un score qu'il n'avait jamais atteint au second tour d'une élection départementale. C'est notamment la conséquence d'une situation économique désastreuse : le chômage et l'accroissement des inégalités entraînent une insécurité économique, qui partout où elle se développe favorise les partis d'extrême droite. Faut-il pour autant reprocher au gouvernement son action économique ? Les représentants des diverses oppositions sont évidemment rentrés dans la brèche et y voient la preuve que la politique menée depuis près de trois ans est soit trop libérale soit pas assez.

Faire de la politique économique n'a jamais été simple, mais il faut reconnaitre que c'est aujourd'hui particulièrement difficile. Au ralentissement engendré par la crise financière, s'ajoute le vieillissement de la population mondiale qui pèse sur le dynamisme économique de la plupart des pays développés. Et, pour certains, dès le début du mandat de François Hollande, la messe semblait être dite. Les analystes de The Economist n'hésitaient pas, en novembre 2012, à qualifier la France de « bombe à retardement au cœur de l'Europe » ; celle qui devait faire exploser l'euro. On est aujourd'hui bien loin d'un tel pessimisme et de nombreux signaux encourageants sont en rendez-vous.

Les indicateurs du climat des affaires et de la confiance des ménages de l'INSEE sont en hausse, et le CAC40 signe une belle progression depuis le début de l'année. La France bénéficie certes d'une conjoncture internationale plus clémente - baisses de l'euro et du prix du pétrole ; dynamisme de certains partenaires - et d'une politique favorable de la BCE. Mais il faut également mettre à son crédit sa maîtrise progressive des déficits publics et des réformes structurelles sur le marché du travail, la concurrence, les métropoles, qui devraient selon l'OCDE entraîner un bonus de 3,7% de croissance sur 10 ans.

Cette inflexion n'est pas suffisante. Il est nécessaire d'accélérer les réformes afin de redonner de la croissance, de l'emploi et, au total, de la confiance dans l'avenir, seul véritable rempart contre le FN. Parmi les chantiers prioritaires, l'immobilier est en tête. Même s'ils baissent depuis plus d'un an, les prix restent à des niveaux stratosphériques. Ceci détourne l'épargne des ménages du financement des entreprises, grève la consommation, freine la mobilité et alourdit considérablement les charges des entreprises.

Il faut accompagner la baisse et veiller à ce que le quantitative easing de la BCE ne conduise pas à regonfler la bulle. Il est également nécessaire de réformer la fiscalité et de retrouver des marges de manœuvre en s'attaquant aux quotients conjugal et familial, une niche fiscale à 2% du PIB. Ces réformes ne sont pas populaires et il y a fort à parier que se développeront de féroces oppositions. Mais l'avantage du président et de son gouvernement, c'est qu'en matière de popularité, ils n'ont plus grand-chose à perdre.

Hippolyte d'Albis

Hippolyte d'Albis est professeur d'économie à l'université Paris 1. Il est également chercheur associé à l'Ecole d'économie de Paris.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

 

 

 


Mes listes

valeur

dernier

var.

5.09 -7.79%
1.048 +0.77%
5438.55 +0.48%
0.315 +0.64%
0.942 +2.39%
5.23 +0.58%
281.05 +0.64%
104.2 -0.38%
44.57 +1.28%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.