Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

« Quelle stratégie économique pour la France ? » par Christian Saint-Etienne (Cercle des économistes)

Boursorama29/09/2014 à 12:15

Le taux de marge des entreprises françaises est inférieur d'un tiers à celui des entreprises des pays qui sont nos principaux concurrents selon Christian Saint-Etienne.

Les détails du budget 2015 de la France seront annoncés mercredi 1er octobre. Budget de la dernière chance pour le gouvernement dans le contexte économique actuel ? Pour Christian Saint-Etienne, Matignon doit faire son aggiornamento, notamment sur la politique fiscale.

La situation économique du pays est catastrophique. Nos échanges extérieurs sont déficitaires depuis 2005 et le déficit de la balance courante a atteint près de 2% du PIB en 2011-2013. La production industrielle est tombée en 2014 au niveau de 1994, le déficit public est au-dessus de 4% du PIB et la dette publique continue de dériver. Sur la base de ce premier diagnostic, on peut se demander, comme Manuel Valls, comment combiner croissance et économies budgétaires ? 

Quelle est la gravité de la situation ? Le dernier point haut de l'économie française a été atteint en 1999. Au cours des quinze années suivantes, la part de la production industrielle dans le PIB a baissé de 30%, la part des exportations françaises dans les exportations mondiales a chuté de plus de 40%, et surtout, le taux de marge de nos entreprises est inférieur d'un tiers à celui des entreprises des pays qui sont nos principaux concurrents. Financièrement exsangues, trop spécialisées dans des productions de moyenne gamme, nos entreprises sont incapables de garder leurs parts de marché dans la zone euro et de profiter de la croissance mondiale hors zone euro.

La situation était déjà difficile en 2012 lorsque François Hollande a été élu. Mais par la loi de Finances de 2013 votée à l'automne 2012, le gouvernement  a augmenté massivement la fiscalité sur le capital et les entrepreneurs, alors que la troisième révolution industrielle est hyper-capitalistique et hyper-entrepreneuriale. Il a ensuite changé d'approche en mettant en place le CICE et le pacte de responsabilité.

Que peut-on faire de plus pour relancer la croissance tout en réduisant les déficits ? Il n'est pas souhaitable d'augmenter les impôts et des coupes trop fortes dans les dépenses immédiates pourraient fragiliser les perspectives de reprise. C'est la dépense publique future qu'il faut réduire en mettant en œuvre une vraie réforme des retraites (âge de départ portée à 64 ans et durée de cotisation à 44 ans d'ici 2014) et en revenant à la dégressivité des allocations chômage. Ces mesures ont en outre l'effet d'augmenter la croissance potentielle.

Mais pour stimuler cette dernière, il faut également signaler plus vivement le changement de politique aux investisseurs internationaux en ramenant le taux d'impôt sur les sociétés à 20% pour les bénéfices mis en réserve, et en instaurant un amortissement accéléré sur la période octobre 2014 - décembre 2015. La mesure doit être annoncée dès le 1er octobre.

Il faut consolider le tout en effaçant la réforme néfaste de la fiscalité du capital de l'automne 2012. Il faut adopter, comme en Suède, un prélèvement forfaitaire de 30% sur tous les revenus du capital. Mais Manuel Valls osera-t-il aller aussi loin ? Il y a une voie pour sortir le pays de la nasse. Souhaitons que Manuel Valls la trouve, et vite.

Christian Saint-Etienne

Christian Saint-Etienne est professeur titulaire de la Chaire Jean-Baptiste Say d'économie industrielle au Conservatoire national des Arts et Métiers, président de l'Institut France stratégie. Docteur d'Etat es Sciences économiques il a été économiste au FMI et à l'OCDE.

Ses principaux domaines d'expertise sont : Politique monétaire et financière ; finances publiques et fiscalité ; stratégie et compétitivité des Etats et des entreprises.

Le Cercle des économistes a été créé en 1992 avec pour objectif ambitieux de nourrir le débat économique. Grâce à la diversité des opinions de ses 30 membres, tous universitaires assurant ou ayant assuré des fonctions publiques ou privées, le Cercle des économistes est aujourd'hui un acteur reconnu du monde économique. Le succès de l'initiative repose sur une conviction commune : l'importance d'un débat ouvert, attentif aux faits et à la rigueur des analyses. Retrouvez tous les rendez-vous du Cercle des économistes sur leur site.

Mes listes

valeur

dernier

var.

25.78 -2.20%
115 +0.88%
0.2 +33.33%
0.62 +26.53%
21 +2.44%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.