Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Publicis Groupe, plus forte baisse du CAC 40 à la mi-séance du mardi 5 juillet 2022 -
information fournie par AOF05/07/2022 à 11:43

(AOF) - Publicis Groupe (-4,02% à 41,970 euros)

Le titre du groupe de communication accuse la plus forte baisse du principal indice parisien. La valeur fait les frais de l'abaissement de la recommandation de Goldman Sachs, qui serait passé d'Achat à Neutre en visant 53,10 euros, selon une source de marché.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- Numéro 3 mondial du marketing, de la communication et de la transformation digitale des entreprises, créé en 1926 ;

- Chiffre d’affaires de 10,5 Mds€ réparti entre 4 « Solutions Hub » : Publicis Communications (réseaux créatifs), Publicis Media, Publicis Sapient (digital et consulting) et Publicis Health ;

- Position forte dans les Amérique (63 % des revenus), devant l’Europe (24 %) et l’Asie-Pacifique (10 %) ;

- Modèle d’affaires décliné en 4 forces : les solutions personnalisées via les données, la créativité, les ciblages à grande échelle pour les médias et les canaux digitaux propriétaires ;

- Capital ouvert (Elisabeth Badinter détenant 6,74 % du capital et 12,36 % des droits de vote), Maurice Lévy étant président du conseil de surveillance de 12 membres, Elisabeth Badinter vice-présidente et Arthur Sadoun président du directoire ;

- Bilan sain, avec une dette nette de 1,5 Md€ et un autofinancement libre de 1,2 Md€.

Défis

- Attente d’un nouveau plan stratégique après la réalisation de “Sprint for the future“ ;

- Stratégie d’innovation axée sur : l’analyse des comportements des consommateurs : solutions mathématiques et statistiques de media-planning, gestion numérique des données au sein de MarketForward, organisation du forum annuel Viva Technology, offre aux clients de plateformes technlogiques… / plateforme Marcel d’intelligence artificielle de réorganisation du travail;

- Stratégie environnementale « Consommer moins et mieux » : objectifs 2030 par rapport à 2009 dépassés pour l'usage des énergies renouvelables (33,5 %) et l'efficacité énergétique (1,95 Mwh par salarié) et en route pour l'intensité carbone (3,78) / plateforme ouverte CSR Smart Data ;

­- Renforcement de l’offre de transformation digitale des clients via des acquisitions de sociétés intégrées dans Sapiens ou Epsilon et attendues autour de 500 M€ pour 2022 ;

- Poursuite des gains de gros budgets et de la forte demande en first-party data et digital-first media.

Défis

­- Sensibilité des ventes et résultats à la parité de l’euro (15 % des revenus) contre le dollar (52 %) et le sterling (10 %) ;

- Impact de la guerre Russie-Ukraine : marginal, avec cession du contrôle des agences locales à leurs dirigeants et aide logistique aux 300 collaborateurs ukrainiens ;

- Objectif 2022, confirmé après un début d’exercice dynamique, d’un chiffre d’affaires en hausse de 4 à 5 %, d’une marge opérationnelle de 17,5 % et d’’un autofinancement libre de 1,4 Mds€ ;

- Dividende 2021 de 2,4 €, soit 45 % du taux de distribution, attendu entre 45 et 50 % en 2022.

Coup de frein pour la croissance de la publicité en ligne

Après une année record en 2021, les annonceurs sont désormais plus prudents. Au premier trimestre, la publicité en ligne a enregistré une croissance limitée à 7 % pour Meta, le niveau le plus faible depuis son entrée en Bourse en 2012. L'ex-Facebook est particulièrement impacté par le nouveau système d'Apple qui restreint le ciblage publicitaire. En effet, les applications dans les iPhone doivent désormais demander à leurs utilisateurs si leurs données peuvent être partagées avec des tiers à des fins publicitaires. Selon un spécialiste du secteur, le manque à gagner pour Facebook, YouTube, Twitter et Snapchat pourrait avoisiner 16 milliards de dollars en 2022.

Valeurs associées

Euronext Paris -0.82%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 05/07/2022 à 11:43:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.