Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Publicis et Omnicom fusionnent pour créer le n°1 de la publicité

Reuters28/07/2013 à 21:15

PUBLICIS ET OMNICOM FUSIONNENT

par Leila Abboud et Jean-Michel Belot

PARIS (Reuters) - Les champions français et américain de la publicité Publicis et Omnicom ont annoncé dimanche un projet de fusion permettant de créer le numéro un mondial du secteur devant le britannique WPP.

Doté d'une force de frappe considérable, à la fois en Europe, aux Etats-Unis mais également sur les marchés émergents, ce nouveau géant pourra négocier des tarifs publicitaires plus avantageux dans la presse et la télévision et mieux résister aux géants d'internet comme Google et Facebook, dont le modèle économique repose sur la publicité numérique.

Publicis Omnicom Group, qui représente un chiffre d'affaires combiné de 17,7 milliards d'euros (22,7 milliards de dollars) et une capitalisation boursière de 26,5 milliards d'euros (35,1 milliards de dollars), sera dans un premier temps co-dirigé par John Wren, le directeur général d'Omnicom, et Maurice Lévy, président du directoire de Publicis.

A l'issue d'une période de 30 mois, Maurice Lévy laissera la direction exécutive du nouveau groupe à John Wren (CEO) et deviendra président du conseil d'administration, non-exécutif (chairman).

Cette fusion "entre égaux" - qui devrait générer 500 millions de dollars (377 millions d'euros) de synergies, améliorer les marges du groupe, sa capacité bénéficiaire et permettre, selon Maurice Lévy, de maintenir la notation de la dette à BBB+ - pourrait inciter ses concurrents à réagir.

WPP, désormais relégué à la deuxième place avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 12 milliards d'euros et une capitalisation boursière de 18,1 milliards d'euros, pourrait tenter de se rapprocher de l'américain Interpublic, du français Havas ou du japonais Dentsu, observe dans une note Brian Weiser, analyste chez Pivotal Research.

UNE NOUVELLE CONSOLIDATION "INÉVITABLE"

Le directeur général de WPP, Martin Sorell, a lui-même reconnu dans une interview à Reuters qu'une nouvelle consolidation du secteur était désormais inévitable. (voir

Les anciens actionnaires des deux groupes détiendront chacun environ 50% du capital de Publicis Omnicom Group, qui sera cotée à Paris et New York, où les deux sièges opérationnels seront maintenus même si la nouvelle société est de droit néerlandais.

Les actionnaires de Publicis recevront une action ordinaire nouvelle Publicis Omnicom Group pour chaque action Publicis, ainsi qu'un dividende exceptionnel de 1,00 euro par action tandis que ceux d'Omnicom recevront 0,813 action pour chaque action Omnicom, ainsi qu'un dividende exceptionnel de 2,00 dollars par action.

Parmi les agences les plus connues du nouveau groupe figurent BBDO, Saatchi & Saatchi, DDB, Leo Burnett, TBWA, Razorfish, Publicis Worldwide, Ketchum ou encore ZenithOptimedia.

Les deux groupes se sont dits confiants sur l'approbation par les autorités compétentes de cette opération, qui devrait être finalisée au 4e trimestre 2013 ou au 1er trimestre 2014.

Le gouvernement français, toujours très vigilant lorsqu'il juge les intérêts français menacés, devrait soutenir cette opération, a estimé Maurice Lévy, soulignant qu'elle ne se traduirait pas a priori par des réductions d'effectifs.

"Je pense que si nous faisons bien notre travail, nous serons plutôt créateurs d'emplois qu'autre chose, même si nous passons par une petite phase d'ajustement", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Dans un communiqué, la CGT pointe toutefois les risques de ce projet en terme d'emploi et dénonce la création d'un monopole en France et aux Etats-Unis qui risque de fragiliser encore un peu plus les médias, qui dépendent fortement de la publicité.

Avant même son annonce officielle, Le PDG d'Havas, David Jones, a également critiqué le projet, jugeant qu'il n'était ni favorable aux clients, ni aux salariés.

"Aujourd'hui nos clients attendent de nous que nous soyons plus rapide, plus agiles, plus entreprenants et pas plus gros, plus bureaucratiques et plus complexes", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Publicis a été créé en 1926 à Paris par Marcel Bleustein-Blanchet, dont une des filles, Elisabeth Badinter, est toujours présente au capital du groupe et a soutenu le projet de fusion, dont les négociations ont été lancées dans le plus grand secret il y a six mois.

Avec la contribution de James Regan, édité par Nicolas Delame

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.