1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

PSA : Thierry Peugeot débarqué du Conseil de surveillance

Le Parisien04/07/2014 à 00:33

PSA : Thierry Peugeot débarqué du Conseil de surveillance

Ses divergences d'opinion sur la stratégie du groupe lui ont certainement coûté sa place. Thierry Peugeot, critique envers l'alliance de PSA Peugeot Citroën avec l'Etat et le chinois Dongfeng, a été débarqué du conseil de surveillance du constructeur automobile.

Il sera remplacé en son sein par sa soeur Marie-Hélène Roncoroni, qui reprendra également la vice-présidence qu'il occupait. «La société Etablissements Peugeot Frères (EPF) a informé Peugeot S.A. de sa décision, avec effet ce jour, de changer son représentant au Conseil de Surveillance de Peugeot S.A.», indique un communiqué du groupe jeudi soir.

Par ailleurs, poursuit le communiqué, «Frédéric Banzet sera proposé pour remplacer Monsieur Jean-Philippe Peugeot comme censeur».

Il était hostile à l'arrivée des Chinois au capital

Thierry Peugeot, 58 ans, avait longtemps freiné des quatre fers contre la stratégie ménageant l'entrée de l'Etat français et du chinois Dongfeng au capital de PSA Peugeot Citroën, validée en avril par les actionnaires.

Après le vote, il avait estimé devant les actionnaires que «ces opérations ouvriront une nouvelle page de l'histoire du groupe» en lui permettant de «financer un plan stratégique ambitieux» et de «consolider (sa) situation financière». Mais il avait depuis renouvelé ses critiques contre cette stratégie, jugeant dans un entretien le 23 juin au quotidien Les Echos «qu'i y avait d'autres options possibles».

L'actionnaire historique fragilisé par l'alliance selon lui

Il regrettait notamment que la participation de la famille soit «passée à 14%, au même niveau que les deux autres actionnaires», Dongfeng et l'Etat. «Je veux bien entendre ceux qui disent que l'on ne se désengage pas. Mais, lorsqu'on est premier actionnaire depuis deux cents ans, on ne peut pas avaler ce discours sans réagir» ajoutait-il.

L'entrée de Dongfeng et de l'Etat au capital de PSA est intervenue fin avril au terme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Le_chino
    04 juillet04:32

    ca va se terminer dans l'alvool tout ca!

    Signaler un abus

  • mxlib
    03 juillet23:41

    C'est une honte : c'est lui qui avait raison, le redressement rapide de PSA le prouve !

    Signaler un abus

  • brinon1
    03 juillet22:53

    tel est le lot en pareille situation frère ou soeur le résultat sera le meme au fil des ans, l'ère des Peugeot chez Peugeot va vers sa fin annoncée.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer