Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PSA et Renault prêts à revenir en Iran, sur de nouvelles bases

Reuters15/07/2015 à 13:25

PSA ET RENAULT PRÊTS À REVENIR EN IRAN

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Les grands constructeurs automobiles internationaux, PSA Peugeot Citroën et Renault en tête, préparent leur retour en Iran après l'accord historique de Vienne, mais dans des conditions sans doute assez différentes d'avant la rupture de 2012-2013.

L'Iran, marché stratégique pour l'industrie automobile, a signé mardi un accord sur son programme nucléaire qui augure une levée des sanctions économiques qui frappent Téhéran.

"L'accord conclu à Vienne (...) devrait permettre une avancée significative de nos discussions en cours", a déclaré dans un courriel à Reuters Jean-Christophe Quémard, directeur de la région Afrique Moyen-Orient de PSA Peugeot Citroën. "PSA est un acteur historique du marché automobile iranien et notre intention est de mettre en oeuvre un projet, sur la base d'une JV avec transfert de technologie et intégration locale supérieure à 70%."

Un porte-parole de PSA a précisé que les discussions en cours sur la JV se tenaient avec le partenaire historique du groupe en Iran, le constructeur public Iran Khodro.

Renault, associé également à Iran Khodro, mais aussi à l'autre grand constructeur iranien Saipa (Pars Khodro), a estimé qu'il était encore trop tôt pour faire des commentaires.

Contrairement à l'ancien partenariat entre PSA et Iran Khodro, en vertu duquel le groupe iranien assemblait des voitures à partir de composants en kit expédiés depuis la France, la nouvelle JV fabriquerait un plus grand nombre de véhicules et produirait des modèles plus récents, répondant ainsi à une attente du pouvoir iranien et de la population.

"Ce projet permettra de créer un saut de génération avec des produits conçus sur les plateformes les plus récentes de PSA", a souligné Jean-Christophe Quémard, précisant que le nouveau dispositif industriel permettait aussi d'exporter des véhicules.

NE PAS REGARDER DANS LE RÉTROVISEUR

En marge du lancement en juin d'un projet de nouvelle usine au Maroc, le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, avait déjà prévenu qu'un retour sur le marché iranien se ferait forcément sur un "business model" différent.

"Pour reconquérir la confiance de notre partenaire, voire la confiance de tout un pays, il faut venir avec un modèle qui leur donne une perspective d'avenir qui soit plus valorisante pour eux. C'est la raison pour laquelle nous sommes dans une approche de type chinoise", avait-il dit.

Interrogé sur un renforcement de ses JV selon le modèle imposé en Chine par les autorités, Jérôme Stoll, directeur commercial de Renault, a répondu la semaine dernière en marge des résultats commerciaux du groupe que tout était ouvert.

"Je peux vous dire qu'on n'est pas parti d'Iran, et c'est très apprécié", a-t-il ajouté, précisant lui aussi que l'Iran souhaite désormais un taux de fabrication locale accru afin de développer son industrie automobile.

Si l'activité en propre de PSA est aujourd'hui totalement arrêtée, le groupe a toléré l'an dernier une production parallèle de 350.000 modèles Peugeot - des 206 et 405 qui ne sont plus commercialisés en Europe - permettant de maintenir la marque vivante en Iran. Renault est parvenu pour sa part à conserver au premier semestre un flux limité de 10.00 Tondar, un dérivé de la Logan, assemblées à partir de composants importés ou produits sur place.

"Dans le travail qu'on fera sur ce pays, il faudra qu'on regarde comment on répond à la vraie demande du client, et pas à la demande du client vue avec des rétroviseurs", poursuit Jérôme Stoll. "L'Iran, c'est 80 millions d'habitants, c'est (...) une population qui aspire à la modernité. Ceux qui réussiront sont ceux qui auront compris ça."

SEMINAIRE GERMANO-IRANIEN EN SEPTEMBRE

L'Iran intéresse d'autant plus les constructeurs qu'il leur donnera un nouveau levier d'internationalisation à un moment où les marchés d'Amérique latine et de Russie sont en crise, et où l'eldorado chinois donne des signes de ralentissement.

Avant qu'il suspende son activité en Iran en février 2012, PSA avait commercialisé 458.000 véhicules sur place en 2011. Le pays ne pesait alors que 1,5% à 2% de son chiffre d'affaires mais constituait son deuxième marché en volume derrière la France, avec une part de marché de l'ordre de 30%.

Renault, qui a poursuivi une activité normale jusqu'à la mi-2013, avait écoulé plus de 100.000 véhicules sur le marché iranien, des Logan et des Mégane la dernière année pleine en 2012.

Les deux constructeurs français espèrent que leurs liens historiques leur donneront un avantage, mais tous les groupes automobiles lorgnent un marché qui pesait encore 1,6 million de véhicules neufs par an en 2011: les Asiatiques, les Américains, même s'ils sont absents depuis la révolution islamique de 1979, ou encore les Allemands.

Volkswagen, qui a construit la Gol avec Kerman Automotive Industries avant les dernières sanctions, ou Ford ont simplement répété mardi qu'il n'avaient pas aujourd'hui d'activité en Iran.

Plusieurs fédérations industrielles allemandes ont toutefois estimé que les exportations du pays vers l'Iran pourraient jusqu'à quadrupler au cours des prochaines années, tirées par l'automobile, mais aussi par la chimie, la santé ou les énergies renouvelables.

Le cabinet de conseil basé à Hambourg, Germela, a ainsi ouvert un bureau à Téhéran en avril et organisera en septembre un séminaire pour mettre en contact 30 entreprises automobiles iraniennes avec autant de leurs homologues allemandes.

(Avec Andreas à Berlin, édité par Jean-Michel Bélot)

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.