Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Prudence en vue en Europe après l'emploi US et avant la BCE
information fournie par Reuters06/09/2021 à 08:35

LES BOURSES EUROPÉENNES DEVRAIENT OUVRIR SANS GRAND CHANGEMENT

LES BOURSES EUROPÉENNES DEVRAIENT OUVRIR SANS GRAND CHANGEMENT

par Blandine Henault

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sans grand changement lundi à l'ouverture, la prudence l'emportant après la publication d'un rapport sur l'emploi américain contrasté et à quelques jours de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

La fermeture de Wall Street et du marché obligataire américain pour la journée fériée du "Labor day" devrait également limiter les prises d'initiatives.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,03% pour le Dax à Francfort, de 0,05% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,06% pour l'EuroStoxx 50.

De premières indications disponibles donnent par ailleurs le CAC 40 à Paris en recul de 0,03%.

Les indices européens ont fini en net repli vendredi après l'annonce d'un nombre de créations d'emplois bien plus faible que prévu en août aux Etats-Unis (235.000 contre 750.000 attendus), qui confirme une détérioration de la dynamique de reprise économique.

Mais le rapport a aussi fait état d'une hausse plus forte que prévu des salaires, susceptible d'alimenter l'inflation et de compliquer la tâche de la Réserve fédérale au moment où ses responsables débattent de l'opportunité de réduire son soutien à l'économie.

En Europe, la BCE tiendra jeudi sa réunion de politique monétaire au cours de laquelle elle pourrait relever ses prévisions économiques et débattre de la réduction progressive de ses achats d'actifs mensuels dans le cadre de son programme d'urgence contre la pandémie, PEPP.

"La BCE a la possibilité de présenter des perspectives positives afin de préparer les marchés à l'inévitable réduction des achats d'actifs l'année prochaine", estime Klaus Baader, économiste chez Société générale. "Nous nous attendons à ce qu'elle opte pour une réduction progressive des achats dans le cadre du PEPP au quatrième trimestre, étant donné les conditions de financement très favorables".

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini vendredi en ordre dispersé après la publication du rapport sur l'emploi.

Si les doutes sur la vigueur de la reprise économique ont pesé sur le Dow et dans une moindre mesure sur le S&P, la perspective de la prolongation d'un environnement de taux d'intérêt bas a soutenu les valeurs technologiques et donc le Nasdaq.

L'indice Dow Jones a cédé 0,21%, à 35.369,09 points, le S&P-500 a fini quasiment stable (-0,03%), à 4.535,43 points et le Nasdaq Composite a gagné de son côté 0,21% à 15.363,52 points, un record de clôture.

Sur la semaine, le Dow a reculé de 0,24% alors que le S&P-500 a pris 0,58% et le Nasdaq 1,55%.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei poursuit sur sa lancée et gagne 1,81% à moins d'une heure de la clôture. Vendredi, il a gagné plus de 2% après l'annonce du départ prochain du Premier ministre Yoshihide Suga.

Le Topix, plus large, évolue à un plus haut depuis août 1990.

En Chine, les indices sont aussi orientés en hausse: le SSE Composite de Shanghai prend 0,96% et le CSI 300 avance de 1,8%.

CHANGES/TAUX

Le dollar reprend 0,2% face à un panier de devises de référence après avoir touché vendredi un plus bas d'un mois, les faibles créations d'emplois aux Etats-Unis ayant éloigné la perspective d'un prochain resserrement monétaire de la Fed.

Il profite notamment de la remontée des taux longs américains, avec les perspectives d'inflation, le rendement des Treasuries à dix ans ayant pris vendredi quatre point de base, pour finir à 1,3257%.

L'euro perd 0,1% face au dollar et retombe à 1,1866 après un pic à 1,1908 vendredi.

PÉTROLE

Les cours du brut évoluent en nette baisse après la décision, annoncée dimanche, de l'Arabie saoudite de réduire ses prix de vente pour ses clients en Asie, signalant des craintes pour la demande.

Le baril de Brent recule de 1,12% à 71,8 dollars et celui du brut léger américain (WTI) abandonne 1,07% à 68,55 dollars.

(Reportage Blandine Hénault, édité par Nicolas Delame)

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.