1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Professions réglementées : le rapport choc de l'IGF
Boursorama15/07/2014 à 19:30

Professions réglementées : le rapport choc de l'IGF

L'Inspection générale des finances (IGF) passe au crible 37 professions bénéficiant de situations de rentes et propose des réformes ciblées visant à faire baisser les prix jusqu'à 20%.

Après l'offensive verbale d'Arnaud Montebourg promettant de redonner 6 milliards d'euros de pouvoir d'achat aux Français, le rapport qui accuse ! En ligne de mire, les professions réglementées, encore et toujours. Trente-sept plus précisément, scrutées à la loupe par l'Inspection générale des finances (IGF) dans un rapport commandé par Pierre Moscovici et dévoilé par Les Echos. Un rapport qui pourrait embarrasser le gouvernement actuel. En auscultant la rentabilité nette des huissiers, notaires, chirurgiens-dentistes, agents immobiliers ou architectes, les rapporteurs ont constaté que ces 37 professions généraient un bénéfice net avant impôts correspondant à 19% de leur chiffre d'affaires, soit 2,4 fois la rentabilité constatée dans les autres secteurs de l'économie.

D'autant que l'écart entre les professions réglementées et le reste de la population n'a cessé de s'accroître au cours des dernières années. Sur la décennie 2000-2010, leur bénéfice a progressé de 46% (de 27,9 à 40,7 milliards d'euros) alors que sur la même période le PIB n'a progressé que de 34,6%. Mieux, ces professions réglementées qui ne sont guère touchées par la compétition internationale ont réussi l'an dernier à capter 1,7 milliard d'euros au titre du Crédit impôt compétitivité ! Une situation qui amène l'IGF à proposer des réformes ciblées qui pourraient entraîner des baisses de prix de 10 à 20%. Des ventes de médicaments sans prescription autorisées en dehors des pharmacies à la libéralisation de certains actes notariés en passant par la fin du monopole des écoles de conduite, l'IGF ne manquera pas de se faire des ennemis. Même si de telles réformes pourraient générer un surcroît d'activité équivalent à environ 0,3 point du PIB. Dans une période de faible reprise, ce regain de croissance n'aurait rien d'anecdotique...

Professions réglementées : le rapport choc de l'IGF

Julien Gautier

38 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M4358281
    28 août10:47

    rien sur les trésoriers payeurs généraux ..?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer