Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Processus d'investissement et positionnement du portefeuille de Covéa Ruptures : interview de Vincent Haderer
Partenaire05/12/2019 à 17:14

Covéa Ruptures : Processus d'investissement et positionnement du portefeuille (Crédit photo: Laurent Mauger)

Covéa Ruptures : Processus d'investissement et positionnement du portefeuille (Crédit photo: Laurent Mauger)

Interview de Vincent Haderer, Responsable du pôle Gestion Actions Amérique et Monde, sur le processus d'investissement et l'allocation de Covéa Ruptures.

Covéa Ruptures est un fonds actions internationales investissant dans des sociétés qui contribuent ou participent à des ruptures majeures impactant les modes de production, distribution et consommation. Il est géré au sein d'un univers mondial, comptant plus de 2000 sociétés, comment faites-vous pour identifier celles qui sont en amont du changement, celles qui en bénéficient ?

Vincent Haderer :
Compte tenu de la richesse de notre univers, et pour éviter une analyse trop parcellaire fondée uniquement sur notre perception d'une entreprise qui nous semblerait participer aux ruptures, nous sommes partis d'un constat et d'un postulat fort : pour pouvoir participer aux ruptures, une entreprise doit d'abord s'en donner les moyens. Notre premier travail consiste donc à analyser les sociétés qui, dans chaque zone et dans chaque secteur, investissent le plus. Nous sommes pleinement conscients que le niveau d'investissement n'est pas une garantie de résultats mais nous considérons que c'est une présomption de participation aux ruptures. Dans la mesure où nous cherchons autant des sociétés innovantes que des bénéficiaires naturels, notre démarche passe par une analyse des dépenses de Recherche & Développement mais également des dépenses d'investissements plus lourdes. Ainsi, une entreprise de transport qui mobilise des capitaux importants pour adapter ses centres logistiques aux nouvelles technologies fait partie de notre univers d'investissement.

Conscients du caractère limitatif d'une analyse axée uniquement sur la Recherche & Développement ou les dépenses d'investissement, nous regardons d'autres paramètres comme par exemple la croissance par acquisitions, le positionnement marketing et les dépôts de brevets afin d'identifier des sociétés qui s'adaptent grâce des stratégies innovantes et différenciantes. 

Cela participe à notre recherche de sociétés agiles et visionnaires.

Les sociétés sélectionnées font ensuite l'objet d'une analyse financière approfondie, intégrant les spécificités de la gestion de Covéa Finance et ses scénarios macroéconomiques définis lors de ses Perspectives Economiques et Financières établies trois fois par an.

Comment est réalisée la sélection de titres, et quelle est l'allocation actuelle du fonds ?

Vincent Haderer :

Nous analysons la structure de ce fonds  avec un regard très différent, sous 3 axes. 

Le premier axe concerne les typologies d'entreprise. A fin novembre 2019, 58%* des sociétés que nous détenons sont des sociétés innovantes ou initiatrices de rupture. Mais nous détenons également 34%* de sociétés que nous considérons être des bénéficiaires naturels. A ce titre, la deuxième ligne du portefeuille est Cellnex, une valeur en hausse de plus de 50% depuis le début de l'année. Cette société exploite des tours télécoms en Europe, c'est un bénéficiaire naturel des tendances en matière d'explosion des données, mais en même temps une société qui se donne les moyens de sa croissance future en participant très activement à la consolidation du secteur via le rachat de portefeuilles de tours auprès des opérateurs télécoms historiques. En complément de participer aux ruptures, Cellnex nous donne également la possibilité de préserver le portefeuille d'un environnement globalement complexe en ayant une très large base d'actifs générant des  revenus récurrents. Enfin, les valeurs qui subissent mais qui s'adaptent représentent 8%* du portefeuille. Notre exemple type est Disney qui est en train de repenser son modèle de distribution pour s'ajuster à la concurrence de Netflix. Cela passe par deux éléments majeurs : la réappropriation de son contenu et la création d'un point de contact direct avec le client final via sa nouvelle plateforme de streaming (Disney+). Dans ce cas précis, on ne parle pas d'innovation, ni de bénéficiaire naturel, mais bien d'un acteur historique qui voit les bouleversements majeurs s'opérer dans son industrie et qui s'y adapte. 

Deuxième axe d'analyse du portefeuille, la répartition en termes de mode de rupture. Nous répartissons le portefeuille en regardant les sociétés qui participent plus à des ruptures des modes de distribution, de consommation ou de production, cette dernière étant largement représentée dans ce fonds, notamment sur tous les axes autour de la modernisation des outils de production et du thème de l'analyse prédictive plutôt que préventive. 


Troisième axe plus classique d'analyse, la répartition sectorielle et géographique du portefeuille, avec une forte exposition principalement orientée vers la santé, la technologie et l'industrie.


*Au 29/11/2019

Quels sont les risques associés à ce fonds ?
Les principaux risques du fonds sont les suivants : risque actions, risque lié à la gestion discrétionnaire, risque de perte en capital, risque lié à l'investissement dans des pays émergents, risque lié à l'investissement dans des petites et/ou moyennes capitalisations, risque lié à l'investissement dans des instruments dérivés et/ou titres intégrant des dérivés, risque de taux, risque de crédit, risque de change et risque de contrepartie. Les risques cités ci-dessus ne sont pas limitatifs. Pour plus d'information, nous vous invitons à vous référer au DICI et au prospectus du fonds.

Mentions légales : ce fonds est géré par Covéa Finance, société de gestion de portefeuille agréée par l'Autorité des marchés financiers sous le numéro 97-007, constituée sous forme de société par actions simplifiée au capital de 7 114 644 euros, immatriculée au RCS Paris sous le numéro B 407 625 607, ayant son siège social au 8-12 rue Boissy d'Anglas 75008 Paris. Ce document est produit à titre indicatif et ne peut être considéré comme une offre de vente ou un conseil en investissement. Il ne constitue pas la base d'un engagement de quelque nature que ce soit et pourra faire l'objet de changements sans préavis de notre part. Toute reproduction ou diffusion de tout ou partie du présent document devra faire l'objet d'une autorisation préalable de Covéa Finance. Ce document ne se substitue pas au DICI. Avant toute souscription, vous devez vous référer aux derniers DICI consultables sur le site Internet de Covéa Finance : www.covea-finance.fr, sur lesquels figurent la stratégie d'investissement et les risques associés aux fonds. 
L'indicateur synthétique de risque et de rendement (SRRI) classe votre fonds sur une échelle de risque allant de 1 à 7. Il est déterminé en fonction du niveau de volatilité annualisée de l'OPC. 
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Elles ne sont pas constantes dans le temps.
Les OPCVM et FIA ne bénéficient d'aucune garantie ni protection. Il se peut donc que le capital initialement investi ne soit pas intégralement restitué.
Document non contractuel
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer