1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Privilèges : la fin des logements de complaisance ?
Le Point17/09/2015 à 07:19

Ce jeudi 17 septembre, tous les syndicats ont appelé les personnels de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (APHP) à une journée de grève, la cinquième depuis le début de printemps. Ils s'opposent au plan concocté par Martin Hirsch, le directeur de l'APHP, qui entend réorganiser le temps de travail pour sauver 4 000 postes. Tandis que le mouvement semble s'essouffler, une bonne nouvelle attend prochainement les infirmières de tous les grands hôpitaux de France.

L'APHP est propriétaire d'environ 10 000 logements, dont environ un quart est occupé par des personnes qui n'y travaillent pas ou n'y travaillent plus depuis fort longtemps. Les appartements sont loués à des prix très attractifs : des loyers divisés par quatre par rapport au prix du marché pour des produits souvent situés au coeur de la capitale. Ainsi, un ancien haut cadre de la Ville de Paris, qui a officié un temps à l'APHP, a conservé l'usage d'un neuf pièces situé dans le 5e arrondissement pour à peine plus de 2 000 euros par mois.

Abolition des privilèges

Martin Hirsch souhaite récupérer ces logements pour les mettre à disposition de membres du personnel soignant dont les rémunérations ne leur permettent pas toujours, et de loin, d'habiter près de leur lieu de travail. Problème : les locataires qui les occupent sans raison valable sont protégés, comme tous les autres, par des lois très protectrices, parmi lesquelles la fameuse loi Alur. Impossible,...

Lire la suite sur Le Point.fr

5 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bearnhar
    17 septembre10:54

    Le plan propose de sauver 4000 postes, et les syndicats s'y opposent, j'adore...Ces personnels sont les premiers à se plaindre du capharnum suite aux 35h, ils sont en burnout, et malgré cela ils sont opposés à tout, faut toucher à rien, ils ne seraient pas un peu ma-sos ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

13.904 +0.13%
51.63 -1.09%
37.28 +5.91%
2.247 -12.64%
26.07 +0.77%

Les Risques en Bourse

Fermer