Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Pour les banques, 2021 sera une année à haut risque, prévient SP
information fournie par Reuters17/11/2020 à 11:40

PARIS, 17 novembre (Reuters) - L'année 2021 pourrait être la plus difficile depuis 2009 pour le secteur bancaire, le retrait progressif des mesures d'urgence prises par les Etats depuis le début de la crise du coronavirus risquant d'exacerber des risques que la reprise économique attendue ne suffira pas à dissiper, estime S&P Global Ratings dans une étude publiée mardi.

L'agence rappelle que les notes de crédit du secteur affichent pour l'instant un biais clairement négatif puisque pour un tiers environ des établissements qu'elle suit, elle sont dans une perspective négative, qui implique un risque de dégradation.

S&P Global a pris au total 236 décisions sur des notes de banques depuis le début de la pandémie, dont environ 23% d'abaissements et 76% de révisions à la baisse des perspectives.

Or, explique l'agence, "le retour des systèmes bancaires dans le monde aux niveaux d'avant le COVID-19 sera lent, incertain et très variable selon les zones géographiques".

Dans certains pays, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France, le retour au niveau d'avant-crise pourrait ainsi attendre 2023.

Parmi les principales menaces à court terme, S&P évoque entre autres celle d'une hausse des défaillances d'entreprises et celle de dégâts plus lourds qu'anticipé dans le secteur immobilier.

Et l'agence souligne le rôle délicat des autorités monétaires et budgétaire, entre le risque de laisser les banques porter seules un lourd fardeau de créances et celui de favoriser "l'aléa moral", c'est-à-dire d'inciter les établissements de crédit à assouplir les critères d'octroi de crédit ou à sous-évaluer les risques.

S&P ne prévoit en outre pas de modification de l'environnement de taux d'intérêt, dont le niveau historiquement faible continuera de peser sur les marges d'intérêt, obligeant les banques à prendre des initiatives.

"Celles qui seront en mesure d'entreprendre des changements structurels, parmi lesquels la réduction des coûts et la numérisation, souffriront moins", explique l'étude, ajoutant qu'une rentabilité "médiocre" favorise un nouveau cycle de consolidation, notamment en Europe.

Concernant les banques françaises, S&P Global Ratings estime que "les fondamentaux restent sains" mais note que le plan de relance du gouvernement implique "une hausse supplémentaire de l'endettement souverain comme de celui d'une partie des ménages et de nombreuses entreprises".

"Cela pourrait augmenter leur vulnérabilité si la reprise économique prend du retard, ce qui mettrait à l'épreuve la résilience des banques et leur bilan", ajoute-t-elle.

(Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

Euronext Paris +1.98%
Euronext Paris +1.06%
Euronext Paris +0.02%
Euronext Paris 0.00%

Cette analyse a été élaborée par Reuters et diffusée par BOURSORAMA le 17/11/2020 à 11:40:35.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.