Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pour la BCE, attirer les banquiers ne sera pas aisé

Reuters02/03/2014 à 16:53

LA BCE DOIT RECRUTER 770 SUPERVISEURS D'ICI NOVEMBRE POUR LE MSU

par Eva Taylor

FRANCFORT (Reuters) - Pour la Banque centrale européenne (BCE), attirer des banquiers chevronnés au sein de son Mécanisme de supervision unique (MSU) ne sera pas chose aisée dans la mesure où les salaires sont moins élevés que dans le secteur de la finance.

Faire de la BCE l'organisme unique de supervision bancaire est l'étape la plus ambitieuse vers l'intégration européenne depuis le lancement de la monnaie unique voici 15 ans.

Embaucher les bonnes personnes dès le départ est vital pour la réussite du projet et la BCE se repose beaucoup sur les autorités locales pour trouver les 770 superviseurs qu'il lui faut d'ici novembre.

Depuis le déclenchement de la crise financière, qui a mis au jour des carences criantes en matière de réglementation, les compétences requises pour être un bon superviseur ont changé, explique Julie Dickson, du Conseil de stabilité financière, organe de coordination de la réglementation financière au sein du Groupe des Vingt (G20).

"On attend dorénavant des superviseurs qu'ils aient des discussions solides avec les directeurs généraux et les conseils d'administration et qu'ils creusent des questions telles que la chaîne de succession des banques d'importance systémique et la culture du risque", explique-t-elle.

"Ces compétences étaient rares dans les organismes de supervision il y a quelques années", ajoute-t-elle.

La BCE s'est d'abord préoccupée de pouvoir aux postes les plus importants de la hiérarchie avant de s'occuper du reste, reste pour lequel elle reçoit des centaines de curriculum vitae.

La rémunération minimale des superviseurs de la BCE est de l'ordre de 55.000 euros par an. Elle peut atteindre 120.000 euros. La fiscalité européenne, avec un taux qui varie de 8% à 45%, est souvent inférieure à celle des Etats membres.

La rémunération moyenne de la Deutsche Bank en 2013 était de 120.000 euros environ et pour la banque suisse UBS elle se montait à un peu plus de 275.000 euros.

La BCE met également en place des procédures de façon à ce que tout emploi qu'un superviseur occuperait durant une période de deux ans au plus après avoir quitté la BCE n'aboutisse pas à un conflit d'intérêt avec ce que furent ses responsabilités au sein de la banque centrale.

Mélanger des experts de la supervision et des banquiers venant du secteur privé pourrait s'avérer une combinaison gagnante pour le MSU, pour autant que leur intégration soit faite avec soin, observe Dickson.

Un conflit "culturel" était ainsi patent au sein de l'Autorité des services financiers (FSA) britannique, remplacée en 2013, après 12 ans d'exercice, par un nouvel organisme. "Il y avait des tensions entre la culture du secteur public et la culture de la City", explique un ancien de la FSA, faisant référence au centre financier de la City de Londres.

De fait, l'arrivée de nouveaux venus du secteur privé provoque un certain malaise chez certains salariés de la BCE. "Vont-ils nous manger ou allons-nous les manger?", se demandait une source de la BCE.

(Avec Laura Noonan à Londres, Wilfrid Exbrayat pour le service français)


Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.