Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PORTRAIT-Ferrand, le soutien de la première heure aux territoires

Reuters17/05/2017 à 16:13
    * Un artisan de l'ombre de la victoire d'Emmanuel Macron 
    * Secrétaire général du mouvement En Marche ! 
    * Ancien directeur général des Mutuelles de Bretagne 
 
    par Emmanuel Jarry 
    PARIS, 17 mai (Reuters) - Soutien de la première heure 
d'Emmanuel Macron et artisan de l'ombre de sa victoire 
présidentielle, Richard Ferrand a fait longtemps figure de 
Premier ministre potentiel et hérite finalement du ministère de 
la Cohésion et des Territoires. 
    Ce député socialiste, élu dans la foulée de la victoire de 
François Hollande en 2012, s'est greffé sur la cellule souche 
d'En Marche ! quand pratiquement personne n'osait parier sur les 
chances de l'ex-ministre de l'Economie et son mouvement. 
    Dans ce noyau dur surtout constitué de trentenaires et de 
quadras, il faisait à 54 ans figure d'aîné, avec l'économiste 
Jean Pisani-Ferry. Longtemps discret, il est devenu l'un des  
hommes de confiance du candidat Macron et un de ses principaux 
porte-parole, tout en restant d'un abord facile. 
    C'est lui aussi qui, en tant que secrétaire général d'En 
Marche !, a tenu la boutique de cette start-up devenue en un an 
une véritable machine de guerre pour la conquête de l'Elysée. 
    Interface entre les politiques et le mouvement, il avait 
aussi l'oeil sur son animation territoriale et sur les travaux 
de la commission d'investiture pour les législatives. 
    Un membre de l'équipe de campagne décrit un homme qui a "les 
pieds sur terre", capable de décider rapidement. 
    "Je ne suis pas un collaborateur d'Emmanuel Macron, je suis 
un compagnon de marche. Je n'aliène jamais ma liberté de lui 
dire ce que je pense", confiait récemment Richard Ferrand. 
    Ce fils d'un plâtrier et d'une mère employée de commerce est 
un peu le condensé du renouvellement qu'Emmanuel Macron entend 
promouvoir, à la fois ancré dans la société civile et dans une 
expérience politique de terrain. 
     
    "FLAIR POLITIQUE" 
    Ce grand fumeur, marié et père de trois enfants, tenté un 
temps par le journalisme ou le métier d'avocat, a fait de son 
propre aveu des études erratiques : baccalauréat en Allemagne, 
hypokhâgne à Toulouse, deug de droit et d'allemand à Paris. 
    Le jeune homme, dont l'éducation politique a été complétée 
par le père d'un ami, militant du PSU de Michel Rocard, adhère 
au Parti socialiste en 1980 par admiration pour le futur 
président François Mitterrand. 
    "J'étais un mitterrandolâtre précoce", confie-t-il, tout en 
avouant avoir alors été "plus un auditeur libre qu'un militant" 
et n'avoir jamais mis les pied au siège parisien du PS. 
    Il est recruté en 1991 au cabinet de Kofi Yamgnane, 
secrétaire d'Etat à l'intégration de François Hollande, qui lui 
met le pied à l'étrier et l'envoie en mission dans le Finistère, 
où il commence une carrière d'élu local. 
    Parallèlement, il prend en 1998 la direction générale des 
Mutuelles de Bretagne, qu'il conservera jusqu'à son élection à 
l'Assemblée nationale en juin 2012. 
    Quand Emmanuel Macron est nommé ministre de l'Economie à la 
place d'Arnaud Montebourg, à la fin de l'été 2014, Richard 
Ferrand, qui s'inquiète des conséquences de réformes envisagées 
sur le monde rural, va le voir à Bercy. Il se voit alors confier 
un rapport sur les professions réglementées. 
    Leur complicité naissante se renforcera et se muera en 
amitié lors du long débat parlementaire sur la loi Macron sur 
l'activité et la croissance, dont le député est rapporteur. 
    Richard Ferrand, qui a été proche de Henri Emmanuelli, puis 
de la maire de Lille Martine Aubry, saute le pas début 2016. 
    "Un beau jour Emmanuel Macron me dit : 'je vais lancer un 
mouvement, je l'appellerai sans doute En Marche. Qu'est-ce que 
tu en penses ?'", raconte-t-il. "Je lui ai dit : 'je marche'." 
    Interrogé récemment par Ouest-France, Kofi Yamgnane, sévère, 
jugeait son ex-conseiller "très ambitieux" et l'accusait d'avoir 
"trahi idéologiquement le PS" par opportunisme. Tout en 
reconnaissant son "flair politique". 
 
 (Edité par Yves Clarisse) 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.