1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

POINT MARCHÉS-Dopée par Microsoft, Wall Street revient en force (actualisé)
Reuters26/10/2018 à 00:03

    NEW YORK, 26 octobre (Reuters) - Wall Street s'est envolée
jeudi, propulsée par Microsoft qui a aidé le Nasdaq à rebondir
et inscrire son plus gros gain depuis le 26 mars, après que
celui-ci eut subi la veille sa plus forte perte depuis 2011 et
être entré en phase de correction.
    Le Dow et le S&P-500 sont par ailleurs revenus en territoire
positif sur l'ensemble de l'année.
    La Bourse a également bénéficié de rachats à bon compte
après la tempête de mercredi, qui a effacé les gains annuels du
Dow et du S&P et qui est revenue pour le Nasdaq à se retrouver
en phase de correction pure et simple.
    L'indice Dow Jones  .DJI  a gagné 401,13 points (1,63%) à
24.984,55 points. Le S&P-500  .SPX , plus large, a pris 49,47
points (1,86%) à 2.705,57 points. Le Nasdaq Composite  .IXIC  a
avancé de 214,60 points (3,02%) à 7.323 points.
    "C'est un rebond à partir d'une situation survendue en
quelque sorte", a dit Robert Pavlik (SlateStone Wealth). "Il y a
peut-être aussi des rachats de découverts", ajoute-t-il.
    Il observe que les volumes ont été plus légers en phase
haussière qu'en période baissière, ce qui laisse penser que les
récents dégagements pourraient resurgir.
    Le volume a été de 9,2 milliards de titres échangés contre
9,6 milliards la veille et 11,44 milliards lors de la retraite
du 11 octobre. 
    Microsoft  MSFT.O  a pris 5,8%, après avoir battu mercredi
le consensus à la fois sur son chiffre d'affaires et sur son
bénéfice. Il a bien contribué, ainsi que les spécialistes des
semiconducteurs, au bond de 3,32% de l'indice des technologiques
 .SPLRCT , deuxième hausse sectorielle de la journée.
    Plusieurs entreprises, des secteurs les plus divers, ont
publié de solides résultats, apaisant quelque peu des
investisseurs qui trouvaient que la "saison" des résultats avait
eu un démarrage timide pour ensuite devenir franchement
décevante.
    En ajoutant à cela les répercussions sur les profits des
droits de douane et du ralentissement de la croissance chinoise,
la flambée des rendements obligataires italiens et les
prochaines élections américaines à mi-mandat, il n'en fallait
pas plus pour que Wall Street passe une très mauvaise journée
hier.
    Les dégagements ont abaissé la valorisation du S&P-500 à un
PER de 15,3, le plus faible depuis deux ans et demi, contre
15,8, selon des données Refinitiv.
    Les analystes ont réévalué leur prévision de croissance des
bénéfices du troisième trimestre, de 21,8% ces 10 derniers jours
à 23,6%. En revanche, celle du quatrième trimestre a été ramenée
de 19,9% à 19,4%, montrent des données de Refinitiv.
        
    VALEURS 
    Porté par les valeurs high tech, et notamment par Xilinx
 XLNX.O , qui a bondi de 15% sur de solides trimestriels,
l'indice des semiconducteurs de la Bourse de Philadephie  .SOX 
s'adjuge un gain de 2,34%.
    Trois poids lourds de la high tech ont publié leurs comptes
trimestriels après la clôture, Alphabet  GOOGL.O , Amazon.com
 AMZN.O  et Intel  INTC.O , avec des fortunes diverse.
    Alphabet a battu le consensus au niveau du bénéfice mais son
action reculait fortement en après-Bourse car le chiffre au
contraire s'est révélé inférieur aux attentes.  
    A l'inverse, Intel, qui a également battu le consensus,
s'envolait de plus de 6% en après-Bourse, tandis qu'Amazon
subissait le sort d'Alphabet, cédant 6% en après-Bourse, car son
chiffre d'affaires trimestriel a raté le consensus et ses
projections pour les fêtes de fin d'année ne sont pas non plus à
la hauteur des anticipations des analystes.  
 
    AMD  AMD.O , le concurrent d'Intel, a lâché 15,4% en raison
de ses prévisions jugées médiocres.
    Ailleurs, Ford  F.N , qui est à la peine en Chine, a
progressé de 9,9%, ayant publié mercredi un bénéfice en baisse
mais meilleur que prévu au titre du troisième trimestre.
 
    
    LES INDICATEURS DU JOUR 
    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté aux
Etats-Unis lors de la semaine au 20 octobre, à 215.000 contre
210.000 la semaine précédente, mais le nombre de personnes
recevant régulièrement des allocations est tombé à son plus bas
niveau depuis plus de 45 ans.  
    Les nouvelles commandes de biens d'équipement industriels
ont baissé en septembre aux Etats-Unis pour le deuxième mois
consécutif, suggérant une poursuite de la modération des
dépenses d'équipement au troisième trimestre.  
    Les promesses de ventes de logements anciens aux Etats-Unis
ont affiché une hausse inattendue en septembre par rapport à
août, un bon point pour le marché immobilier en difficulté, mais
elles baissent en rythme annuel pour le neuvième mois
consécutif.  
    Le déficit des échanges de biens des Etats-Unis s'est creusé
en septembre, l'augmentation des importations occultant le
rebond des exportations, montrent les statistiques publiées
jeudi par le département du Commerce.      
    
    LA SÉANCE EN EUROPE 
    Les Bourses européennes ont terminé en hausse pour la
plupart jeudi, le rebond entamé dès l'ouverture s'étant confirmé
avec une ouverture positive de Wall Street et malgré des
annonces diversement appréciées de la Banque centrale
européenne.
    Le CAC 40 parisien  .FCHI  a rebondi de 1,6% et le Dax
allemand  .GDAXI  a repris 1,03% mais le Footsie britannique
 .FTSE  n'a pu faire mieux que +0,59% et le SMI suisse  .SSMI  a
cédé 0,21%. La Bourse de Milan  .FBMIB  a pris 1,78% et celle de
Madrid  .IBEX  1,24%.
    L'indice EuroStoxx 50  .STOXX50E  a terminé en hausse de
1,09%, le FTSEurofirst 300  .FTEU3  de 0,5% et le Stoxx 600
 .STOXX  de 0,51%, après six séances consécutives de baisse.
    
    
    TAUX
    La hausse de Wall Street a permis aux rendements de remonter
à partir d'un plus bas de trois semaines, encore que la
fébrilité causée par l'instabilité de la Bourse paraît être un
élément de soutien du marché obligataire.
    Le rendement du 10 ans  US10YT=RR  est tombé à 3,09%
mercredi, au plus bas depuis le 3 octobre, avant de remonter à
3,14% jeudi.
    Le rendement a éprouvé une résistance technique autour de
3,09% à 3,13%, un plus haut de sept ans inscrit en mai qu'il
effaça le 9 octobre en atteignant 3,26%.
    L'adjudication de 31 milliards d'obligations à sept ans,
dernière tranche d'un refinancement de 108 milliards de dollars
cette semaine, n'a suscité qu'une faible demande des
souscripteurs directs, intervenants anonymes parmi lesquels
figurent certaines banques centrales et, pense-t-on, la Chine.
    Ils s'étaient pareillement faits discrets mercredi et mardi,
lorsque le Trésor avait adjugé pour 39 milliards de papier à
cinq ans et 38 milliards de notes à deux ans respectivement.
    
    CHANGES
    L'euro n'a guère profité des dernières déclarations de la
Banque centrale européenne (BCE), à l'occasion de sa réunion de
politique monétaire. 
    La BCE a laissé sa politique monétaire inchangée jeudi et
réaffirmé son intention de mettre fin à son programme
exceptionnel de soutien au crédit et aux marchés après décembre
en dépit de la dégradation des perspectives de croissance et des
turbulences liées à la politique budgétaire italienne.
 
    L'euro, qui était d'abord monté immédiatement après les
annonces de la BCE, a reflué "lorsque le président Mario Draghi
a mis en lumière les risques autour de l'Italie et du Brexit",
dit John Doyle (Tempus).
    La baisse de l'euro  EUR=  est le principal motif de la
hausse du dollar face à un panier de devises de référence
 .DXY , a-t-il observé, ajoutant que le mouvement a été amplifié
par le rebond de Wall Street.
    L'euro a touché 1,135 dollar, au plus bas depuis le 16 août,
et était en recul de 18 points de base sur la journée, tandis
que l'indice du dollar a inscrit un pic de deux mois de 96,732,
une hausse de 29 points de base sur l'ouverture.
  
    PETROLE
    Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi sur le
marché new-yorkais Nymex, s'alignant sur la remontée de Wall
Street après sa déroute de la veille.  
    
    
    A SUIVRE LE 26 OCTOBRE:   
    Publication, à 12h30 GMT, de la première estimation du PIB
des Etats-Unis au troisième trimestre (consensus: +3,3%). 
    Discours de Mario Draghi, le président de la Banque centrale
européenne (BCE), à la Banque nationale de Belgique à 14h00 GMT.
    Revue de la note souveraine de l'italie par Standard &
Poor's dans la soirée.  

 (Caroline Valetkevitch, Amy Caren Daniel, Karen Brettell, Kate
Duguid, Collin Eaton
Wilfrid Exbrayat pour le service français
)
 
 

Valeurs associées

Index Ex -4.41%
Index Ex -4.44%
Index Ex -0.15%
SMI
Swiss EBS Stocks +0.53%
Euronext Paris +0.75%
DJ STOXX +0.38%
DJ STOXX +0.36%
DAX
XETRA +0.34%
NASDAQ -4.00%
NASDAQ -2.16%
NYSE -9.08%
Sibe +0.67%
NASDAQ -5.15%
NASDAQ -4.14%
NASDAQ -3.55%
FTSE Indices +0.57%
NASDAQ -1.60%
Afficher toutes les valeurs associées Réduire

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

53.89 +3.24%
14.014 +0.92%
CGG
0.9194 +9.98%
36.84 +4.66%
26.06 +0.73%

Les Risques en Bourse

Fermer