Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

PMI-La zone euro commence 2018 pied au plancher

Reuters05/02/2018 à 10:46
    5 février (Reuters) - Principaux résultats définitifs des 
enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat du secteur des 
services en Europe: 
     
    * ZONE EURO-LA CROISSANCE AU PLUS FORT DEPUIS PLUS DE 10 ANS 
    LONDRES - L'activité en zone euro a démarré l'année sur son 
rythme de croissance le plus rapide en plus de dix ans, grâce à 
une augmentation du nombre de nouveaux contrats malgré la plus 
forte hausse des prix pratiqués par les entreprises depuis près 
de sept ans, montrent les résultats définitifs de l'enquête IHS 
Markit auprès des directeurs d'achats publiés lundi. 
    La zone euro a affiché l'une des plus fortes croissances des 
grandes économies l'an dernier et les indicateurs avancées 
suggèrent que la dynamique se prolongera au moins quelques mois, 
une bonne nouvelle pour la Banque centrale européenne (BCE) qui 
cherche à sortir peu à peu de sa politique ultra-accommodante. 
    L'indice PMI composite définitif calculé par IHS Markit 
s'est élevé à 58,8 le mois dernier, contre 58,1 en décembre et 
58,6 en estimation préliminaire ("flash"). 
    Il est à son plus haut depuis juin 2006 et nettement 
au-dessus de 50, seuil séparant croissance et contraction de 
l'activité. 
    "La reprise est généralisée, ce qui renforce le potentiel 
d'une croissance plus auto-entretenue au fur et à mesure que la 
demande augmente sur l'ensemble de la zone euro", a déclaré 
Chris Williamson, chef économiste chez IHS Markit. 
    "Les données de l'enquête montrent donc que la zone euro a 
débuté 2018 sur une dynamique de croissance très forte et que 
les pressions sur les prix se renforcent en proportion. Si des 
chiffres aussi bons sont publiés dans les mois à venir, il 
faudra s'attendre à des responsables monétaires plus 'faucons'." 
    Bien que l'inflation reste loin de son objectif de près de 
2%, la BCE a réduit de moitié ses rachats d'actifs depuis 
janvier et elle pourrait mettre un terme à cette politique fin 
2018. 
    L'indice des prix à la production dans les services a 
augmenté à 54,8 en janvier, contre 53,2 en décembre, à son plus 
haut niveau depuis avril 2011.  
    Selon Chris Williamson, ce rapport mensuel donne à penser 
que la croissance au premier trimestre dans la zone euro sera de 
1,0%, ce qui serait le taux le plus soutenu depuis le deuxième 
trimestre 2010 et nettement plus fort que celui de 0,6% anticipé 
dans une enquête Reuters du mois dernier. 
    L'indice PMI des services, principal secteur d'activité de 
la zone euro, a bondi à 58,0 en janvier, à son pic depuis août 
2007, contre 57,6 en estimation flash et 56,6 en décembre. 
    La croissance des nouveaux contrats a atteint son rythme le 
plus rapide en plus de 10 ans, avec un indice à 57,3 contre 56,7 
en décembre. 
     
    * ALLEMAGNE-LA CROISSANCE DU PRIVÉ À UN PIC DEPUIS 2011 
    BERLIN - L'activité du secteur privé en Allemagne a connu en 
janvier sa plus forte croissance en près de sept ans, montrent 
les résultats définitifs de l'enquête Markit auprès des 
directeurs d'achats publiée lundi. 
    L'indice PMI composite, qui regroupe les secteurs 
manufacturier et des services, a grimpé à 59,0 le mois dernier 
dans la première économie d'Europe, après 58,9 en décembre. 
    Ce niveau est le plus haut depuis avril 2011 et il est 
légèrement supérieur à une première estimation qui donnait cet 
indice à 58,8. 
    L'indice des services s'est pour sa part élevé à 57,3 en 
janvier, là encore un pic depuis près de sept ans, après 55,8 en 
décembre, les entreprises du secteur continuant d'accumuler les 
commandes et d'embaucher. 
    Les pressions inflationnistes se sont accentuées en raison 
de la hausse des coûts, les entreprises du tertiaire ayant 
procédé à leurs plus fortes hausses de prix en neuf ans et demi. 
    Pour Phil Smith, économiste chez Markit, la croissance de 
l'économie allemande l'an dernier a été essentiellement tirée 
par le secteur manufacturier mais ces indices PMI du mois de 
janvier montrent que la situation est peut-être en train 
d'évoluer. 
    "Ce qu'il faut désormais pour que la croissance atteigne le 
palier suivant, c'est une économie plus dynamique dans le 
secteur des services, qui fait environ deux fois la taille de 
son homologue manufacturier, et c'est exactement ce que nous 
avons constaté en janvier avec la croissance (dans les services) 
qui a bondi à son niveau le plus élevé depuis début 2011", 
a-t-il dit. 
     
    * FRANCE-LA CROISSANCE DES SERVICES TOUJOURS SOLIDE 
    PARIS - La croissance de l'activité dans les services a 
conservé un rythme soutenu en janvier en France, bien que 
légèrement en deçà du pic de six ans et demi enregistré en 
novembre, portée par une progression des nouveaux contrats d'une 
ampleur inédite depuis mai 2011, selon les résultats définitifs 
de l'enquête mensuelle d'IHS Markit auprès des directeurs 
d'achats publiée lundi. 
    L'indice d'activité des services s'est établi à 59,2 le mois 
dernier, à peine supérieur à son niveau de 59,1 du mois de 
décembre et très légèrement en retrait par rapport à sa première 
estimation de 59,3 publiée le 24 janvier.   
    Il affiche ainsi sa deuxième meilleure marque depuis mai 
2011, derrière le pic de 60,4 enregistré en novembre, et se 
maintient pour le dix-neuvième mois consécutif au-dessus du 
seuil de 50 qui distingue croissance et contraction de 
l'activité. 
    L'indice composite, qui associe des éléments de l'indice des 
services et de celui du secteur manufacturier - dont la 
croissance de l'activité est restée robuste en janvier 
  - est quant à lui resté stable à 59,6 le mois 
dernier.  
    Il s'inscrit lui aussi légèrement en deçà de son estimation 
"flash" de 59,7 et, tout comme l'indice des services, dépasse le 
seuil de 50 depuis juillet 2016.   
     
    GB-NET RALENTISSEMENT DANS LES SERVICES EN JANVIER 
    LONDRES - L'économie britannique a connu en janvier un net 
coup d'arrêt, qui contraste avec les performances de ses 
voisins, montre l'étude IHS Markit/CIPS auprès des directeurs 
d'achats publiée lundi. 
    L'indice PMI des services, principal secteur d'activité du 
pays, est tombé à un creux de 16 mois à 53,0, après 54,2 en 
décembre. 
    Ce résultat est dans le bas de la fourchette des prévisions 
des économistes interrogés par Reuters. 
    Avec les résultats inférieurs aux attentes des secteurs 
manufacturier et de la construction publiés la semaine dernière, 
cette étude donne à penser que la Grande-Bretagne, qui se 
prépare à sortir de l'Union européenne en mars 2019, a connu en 
janvier sa plus faible croissance économique depuis les semaines 
qui ont suivi le vote en faveur du Brexit en juin 2016. 
    Les entreprises ont avancé comme explications les 
non-renouvellements de contrats, les conditions météorologiques 
défavorables mais aussi les incertitudes entourant l'issue des 
négociations sur le Brexit. 
    Ce ralentissement économique, s'il se confirme, pourrait 
remettre en cause le scénario envisagé d'une hausse de taux de 
la part de la Banque d'Angleterre dans les prochains mois. 
     
    * ITALIE-L'ACTIVITÉ DES SERVICES RESTE DYNAMIQUE 
    ROME - Le secteur des services en Italie a connu en janvier 
sa plus forte croissance en 10 ans et demi, montrent les 
résultats de l'enquête mensuelle auprès des directeurs d'achats 
publiée lundi. 
    L'indice PMI de cette enquête Markit/ADACI s'est élevé à 
57,7 le mois dernier contre 55,4 en décembre. Il est ainsi 
au-dessus de 50 pour un 20e mois consécutif. 
    La croissance des nouveaux contrats a légèrement décéléré 
par rapport au plus haut de 11 ans et demi atteint en décembre, 
tout en restant solide avec un sous-indice à 57,3 contre 58,0 le 
mois précédent. 
    L'indice composite a bondi à 59,0 en janvier contre 56,5 le 
mois précédent. 
     
    * ESPAGNE-PLUS FORTE CROISSANCE DES SERVICES EN SIX MOIS 
    MADRID - Le secteur espagnol des services, qui représente la 
moitié du PIB, a connu en janvier son rythme de croissance le 
plus rapide en six mois, montre l'enquête mensuelle d'IHS Markit 
auprès des directeurs d'achats publiée lundi. 
    L'indice PMI Markit des services a atteint 56,9 le mois 
dernier, contre 54,6 en décembre, s'étant maintenu au-dessus de 
la barre de 50 qui distingue croissance et contraction depuis 
octobre 2013.  
    "La croissance des services espagnols s'est accélérée début 
2018 et semble sur la bonne voie pour afficher encore une bonne 
performance au premier trimestre. Les entreprises ont su tirer 
parti de la nouvelle amélioration de l'environnement économique 
pour augmenter le nombre de leurs nouveaux contrats", a dit 
Andrew Harker, directeur associé chez IHS Markit. 
    Les entreprises ont relevé leurs prix de vente au rythme le 
plus soutenu depuis 11 ans à la faveur d'une augmentation de la 
demande, a-t-il ajouté. 
    L'indice des nouveaux contrats à atteint 57,7, son plus haut 
niveau depuis septembre, contre 55,6 en décembre. 
     
    * IRLANDE-LA CROISSANCE DES SERVICES RALENTIT UN PEU 
    DUBLIN - Le secteur des services en Irlande a conservé en 
janvier un rythme de croissance élevé malgré un léger 
ralentissement par rapport au mois précédent en raison d'une 
décélération des nouveaux contrats à l'exportation, montre 
l'étude Investec auprès des directeurs d'achats publiée lundi. 
    L'indice PMI des services s'est établi à 59,8 le mois 
dernier contre 60,4 en décembre. 
    Le sous-indice mesurant les nouveaux contrats à 
l'exportation a reculé à 56,2 après 57,5 en décembre et les 
entreprises ont signalé une hausse de leurs coûts. 
    L'indice des nouveaux contrats dans leur ensemble a en 
revanche grimpé à un plus haut de trois mois. 
 
 (Bureaux européens de Reuters) 
  
 
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.