1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Plus de 6 000 euros de prime pour les médecins généralistes
Le Parisien27/04/2015 à 15:59

Plus de 6 000 euros de prime pour les médecins généralistes

On le sait désormais, les antibiotiques «c'est pas automatique». Les médecins ont semble-t-il si bien compris la leçon qu'ils ont reçu en 2014 des primes de l'Assurance maladie bien plus avantageuses que l'an passé. Ce lundi, la Sécu s'en félicite en annonçant que les professionnels ont touché environ 4 200 euros au titre de la «rémunération sur objectifs», notamment dans le suivi des patients diabétiques ou le recul des antibiotiques prescrits. La somme est plus rondelette encore pour les généralistes, les plus concernés (51 526), qui ont perçu 6 264 euros en moyenne, contre 5 774 euros en 2013.

Cette rémunération sur objectifs, ROSP, a été introduite en 2012 en complément du traditionnel paiement à l'acte des médecins, afin d'améliorer la prise en charge de certains malades ou les prescriptions. Octroyée en complément du traditionnel paiement à l'acte, elle va concerner quelque 89 000 médecins, toutes spécialités confondues, pour un montant moyen de 4 215 euros qui vient d'être versé au titre de l'année 2014.

L'Assurance maladie a dépensé 376 millions d'euros pour 2014

Au total, l'Assurance maladie a déboursé 376 millions d'euros pour 2014, une dépense en hausse par rapport à 2012 et 2013 - respectivement de 294,4 millions et 351,9 millions - mais qui traduit une «évolution positive des indicateurs de santé publique, d'efficience et de modernisation du cabinet».

Concernant les antibiotiques par exemple, la réduction de leur consommation est un enjeu majeur. En novembre dernier, l'agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) a tiré la sonnette d'alarme sur une hausse «préoccupante» de la consommation d'antibiotiques en France depuis 2010 alors qu'elle avait baissé auparavant de manière significative. Un rapport faisait état d'une baisse globale de 10,7% de 2000 à 2013 à la suite de plusieurs campagnes d'information («les antibiotiques, c'est pas automatique») mais relève «une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

15 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • charleco
    27 avril18:12

    Tous les moyens sont bons pour dépenser nos impôts.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

5629.86 +1.13%
10.965 +1.43%
16.31 -0.97%
22.935 +2.71%
2.593 +3.35%

Les Risques en Bourse

Fermer