Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Plongeon des marchés actions chinois suite au durcissement réglementaire de Pékin
information fournie par TrackInsight02/08/2021 à 14:10

Semaine du 26 au 31 Juillet 2021 Les actions chinoises ont dévissé cette semaine, effaçant des centaines de milliards de dollars de...

Semaine du 26 au 31 Juillet 2021

Les actions chinoises ont dévissé cette semaine, effaçant des centaines de milliards de dollars de capitalisation boursière, sous l'effet d'une nouvelle offensive réglementaire de Pékin à l'encontre de plusieurs secteurs industriels.

Meituan, le géant chinois des livraisons de plats à domicile, a ainsi chuté de 21% sur la semaine, après que les autorités ont imposé de nouvelles mesures visant à améliorer les conditions de travail des livreurs. De nouvelles règles ont aussi été édictées dans le domaine de l'éducation privée. Les valeurs spécialisées dans ce secteur n'ont dorénavant plus la possibilité de lever des capitaux en bourse, ni d'accueillir des actionnaires étrangers. Le leader en la matière, New Oriental Education & Technology Group Inc, a perdu 26% de sa valeur sur la semaine. Tencent a plongé de 8.51% après que le leader mondial de l'internet a suspendu l'enregistrement de nouveaux utilisateurs sur son application phare WeChat, afin de se conformer aux nouvelles lois édictées par le régime.

Ces différentes mesures ont ébranlé les investisseurs étrangers et fait plonger l'indice Shanghai composite de -4.31% et le Hang Seng de Hong Kong de -4.98% sur la dernière semaine de juillet. Elles ont également impacté par ricochet les marchés américains.

Le S&P 500 a clôturé en baisse de -0.37%, bien que de nombreuses sociétés cotées aient publié des résultats au-dessus des attentes et que la Réserve Fédérale ait maintenu en l'état sa politique monétaire. Le Dow Jones Industrial Average a quasiment affiché la même performance hebdomadaire (-0.36%). Plus touché en raison de son exposition technologique, le Nasdaq a perdu -1.11%. Dans ce contexte particulier, les petites valeurs ont surclassé les grandes capitalisations (Russell 2000 en hausse de +0.75%). En Europe, le MSCI EMU a glissé de seulement -0.25%, malgré une nouvelle hausse des cas de Covid.

Les valeurs cycliques prisées

Les dernières données macros publiées ont plutôt été en deçà des attentes. Le PIB américain a enregistré une hausse de 6.5% au deuxième trimestre, alors qu'il était prévu en progression de 8.5%. Par ailleurs, les inscriptions hebdomadaires au chômage se sont établies à 400'000 la semaine dernière, légèrement au-dessus du consensus qui comptait sur un recul à 380'000. En revanche, les dépenses de consommation des ménages américains ont progressé de 1% en juin par rapport à mai (mois où elles avaient baissé de 0.1%), ce qui a permis de soutenir les secteurs cycliques tels que les matériaux de base (+2.78% en variation hebdomadaire), l'énergie (+1.59%, grâce au bond de +2.61% des prix du brut WTI, lui-même aidé par un dollar plus faible - EUR-USD en hausse de +0.80%), et les valeurs financières (+0.71%).

A l'opposé, les biens de consommation discrétionnaire ont lourdement chuté (-2.57%), dans le sillage d'Amazon (-9%), après que le groupe ait annoncé une moindre croissance dans les trimestres à venir. Les services de communication font également partie des perdants de la semaine (-0.96%), plombés par Facebook qui a lâché -3.65% après avoir parlé d'une éventuelle révision à la baisse de ses revenus publicitaires. Même tendance du côté des technologies de l'information : Apple et Microsoft ont décroché respectivement de -1.82% et -1.64% alors que leurs résultats, comme leurs revenus, ont pourtant dépassé les prévisions des analystes.

Rally obligataire toujours d'actualité

Les rendements des emprunts d'Etat ont continué à décliner pour la sixième semaine consécutive. Le rendement du 10 ans américain est ainsi tombé à +1.24%, soit son plus bas niveau depuis presque six mois. L'évolution est la même en Europe avec le Bund allemand de même échéance à -0.46%, et l'OAT française à -0.10%.

Cette orientation baissière des taux a de nouveau favorisé les obligations d'entreprise. Celles de notation "investissement" ont vu leur prix progresser de +0.20% sur le vieux continent et de +0.58% aux Etats-Unis. Les titres à haut rendement ont suivi une tendance identique (+0.15% en Europe, +0.08% outre-Atlantique). La dette émergente a fait plus que compenser la perte de la semaine passée, en prenant +0.81% (en devises locales), aidée en cela par la faiblesse du billet vert (indice dollar à 92.09, soit une dépréciation hebdomadaire de -0.88%). Cette moindre attirance pour la devise américaine a également soutenu le métal jaune. L'once d'or est remontée à $1'814.18 (prix spot), générant un gain de +0.67% sur la semaine.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.