Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Plastic Omnium finalise l'acquisition de Varroc à un prix révisé à la baisse
information fournie par AOF07/10/2022 à 08:39

(AOF) - Plastic Omnium a finalisé avec Varroc Engineering Limited l’acquisition de son activité d'éclairage automobile, Varroc Lighting Systems (VLS) pour une valeur d'entreprise de 520 millions d’euros, revue à la baisse de 80 millions d’euros pour tenir compte d’un environnement de marché dégradé, lié à l’inflation et aux perturbations de la chaîne logistique. VLS sera consolidé dans les comptes de Plastic Omnium à compter du 7 Octobre 2022.

Varroc Lighting Systems (VLS), fournisseur de premier rang de systèmes d'éclairage automobile avec un chiffre d'affaires d'environ 0,8 milliard d'euros en 2021 s'intégrera dans la nouvelle activité Lighting du Groupe avec les activités d'AMLS. Cette nouvelle division représente environ 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires pro forma en 2021, 7000 employés et 11 usines à travers le monde.

L'équipementier automobile a identifié, pour VLS, les leviers de développement et de retour à une rentabilité en ligne avec les standards du groupe dans un horizon de 24 à 36 mois. L'objectif de cette nouvelle activité Lighting est d'atteindre un chiffre d'affaires économique supérieur à 1,5 milliard d'euros d'ici 2027.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Points clés

- 27 ème équipementier automobile de « rang 1 » né en 1946, numéro 1 mondial des pièces de carrosserie, des systèmes de carburant et de la modularisation ;

- Ventes de 8 Mds€ réparties entre lPO industries pour 73 % et PO Modules ;

- Chiffre d’affaires majoritairement en Europe (53 %), Amérique du nord (26 %), Asie (23 % dont 16 % pour la Chine) ;

- Modèle d'affaires « PO Way » : indépendance, capacité d'autofinancement, investissements de captation de la croissance des marchés, innovation, intégration des collaborateurs ;

- Capital contrôlé à 59,4 % par la famille fondatrice Burelle et accueillant l’état français (1,54 %);

- Bilan sain et renforcé avec un ratio dette sur capitaux propres de 41 %, un effet de levier de 1,1 et 2,7 Mds€ de liquidités.

Enjeux

- Stratégie « Shaping the future of mobility »: focus sur l’hydrogène avec un objectif 2030 de 3 Mds€ et de place de numéro 1 mondial de la fabrication des piles à combustibles, des réservoirs et systèmes intégrés / déploiement de l’industrie 4.0, transformation des process et réduction des coûts de 200 M€ à fin 2022 via le plan « Omega » ;

- Stratégie d’innovation fondée sur 2 centres de R&D:
 lancement d’une nouvelle branche, spécialisée dans la mobilité hydrogène / avancées dans l’électrification, via les partenariats (Airbus, Alstom, AVL, McPhy, Yundai...) / écosystème d'innovation et investissements via les fonds APVentures et Aster ;

- Stratégie environnementale « Act for climate » visant la neutralité carbone pour 2025 : écoconception et recyclage des déchets / programmes d’efficacité de réduction de consommation d’énergie / préservation de la biodiversité / conception de pièces légères et plus aérodynamiques (5 à 17 % de ZEV dans les revenus 2025) ;

- Stratégie mobilité hydrogène : concrétisation des 100 projets en cours, via EKPO Fuel Celle technogies, détenu à 40 % aux côtés de l’allemand Elringklinger, et autres partenariats…

- Poursuite des ouvertures de sites industriels : 4 en 2021, 2 en 2022 et 2 en 2023-24.

Défis

- Dépendance des ventes à Volkswagen (26 % du chiffre d’affaires), Stellantis (17%) et Daimler (11%);

- Flexibilisation accrue face à la pénurie de semi-conducteurs ;

- Poursuite des gains de marché dans les véhicules automobiles (8 % des ventes en 2021) ;

- Objectifs 2022 : surperformance des ventes par rapport au marché, amélioration de la marge opérationnelle entre 5 et 6 % et autofinancement libre minimal de 250 M€ ;

- Dividende 2021 de 0,28 €, soit un taux de 38 %.

Des négociations avec les constructeurs

En moyenne, les équipementiers représentent entre 60 à 85 % du prix de revient de fabrication d'un véhicule. Selon la Fédération des industries des équipements pour véhicules (Fiev) les négociations sont très tendues avec les constructeurs concernant la répercussion de l'augmentation des coûts. Les hausses de prix portent à la fois sur les composants électroniques, les matières premières, telles que l'acier, le nickel, le lithium ou le palladium, l'énergie et les transports. Les équipementiers négocient principalement avec Stellantis et Renault pour mettre en place des indices permettant de répercuter les hausses. Ils parient aussi sur l'innovation, la différenciation, la montée en gamme et l'internationalisation.

Valeurs associées

Euronext Paris -1.21%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.