1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Plaidoyer pour l'investissement en actions
Le Revenu27/01/2016 à 10:19

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (© Fotolia)

La théorie économique enseigne que les individus sont risquophobes par nature, ce qui en principe devrait les détourner d’une gestion active de leurs patrimoines. Pourtant, depuis quelques décennies on observe un recours croissant à la délégation de la gestion d’une partie des richesses cumulées à des tiers professionnels. Mais en France cette délégation ne se traduit pas suffisamment par l’investissement en actions cotées susceptibles d’apporter un surplus de performance.

Outre cette «aversion naturelle» à la prise de risques, le manque d’incitations correctes – notamment fiscales et réglementaires – explique probablement l’allocation sous-optimale des patrimoines financiers des ménages français, qui ne permet pas de participer suffisamment aux bienfaits de la croissance.

Des (dés)-incitations qui nuisent à la valorisation des portefeuilles

Sur une durée d’un quart de siècle, en volume la richesse financière des ménages américains se serait accrue, en moyenne annuelle, à un taux de l’ordre de 2% supérieur à celle des Français. Compte tenu de cet écart, et aux taux de croissance constatés, les ménages américains voient doubler leur patrimoine tous les 10-12 ans, contre 15-17 ans pour les Français…

D’où vient alors cet écart de performance en faveur du patrimoine des ménages américains ? Deux éléments structurels semblent expliquer environ les deux tiers de l’écart

Lire la suite sur le revenu.com

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • cdecker
    27 janvier11:25

    C exactement ce que tout le monde attend un'cac à 3000 pts, on sait maintenant grosso modo que ça krach tous les 8 ans, baisse pdt 1 an et demi, et puis ça regonfle, faut être patient et avoir des liquidités tous les 8 ans

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer