Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pire séance depuis décembre pour les actions européennes
Reuters11/05/2021 à 18:43

PIRE SÉANCE DEPUIS DÉCEMBRE POUR LES BOURSES EUROPÉENNES

PIRE SÉANCE DEPUIS DÉCEMBRE POUR LES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les actions européennes ont subi mardi leur plus forte baisse depuis décembre dans le sillage du repli marqué de Wall Street, les craintes d'un retour de l'inflation susceptible de conduire à une remontée prématurée des taux d'intérêt ayant fait un retour en force.

À Paris, le CAC 40 a perdu 1,86% (118,6 points) à 6.267,39 points. A Londres, le FTSE 100 a reculé de 2,59% et à Francfort, le Dax a abandonné 1,82%.

L'indice EuroStoxx 50 a terminé sur un repli de 1,92%, le FTSEurofirst 300 de 2,12% et le Stoxx 600 de 1,97%, sa plus forte baisse en pourcentage sur une séance depuis le 21 décembre.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le rouge, le Dow Jones cédant 1,29%, le Standard & Poor's 500 0,98% et le Nasdaq Composite 0,4%.

A la veille de la publication des chiffres mensuels des prix à la consommation aux Etats-Unis, de nouveaux signes d'accélération de l'inflation en Chine et les records inscrits par les prix du cuivre et du minerai de fer ont alimenté les spéculations sur le risque de voir les grandes banques centrales contraintes de resserrer plus rapidement qu'anticipé leur politique monétaire en réduisant leurs achats sur les marchés.

En Europe, François Villeroy de Galhau, membre du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), a assuré que celle-ci poursuivrait ces achats au moins jusqu'en mars 2022, soulignant que "toute hypothèse de réduction du volume de nos achats d'ici là (...) est purement spéculative".

VALEURS

Le repli n'a épargné aucun des grands secteurs de la cote européenne mais la plus forte baisse du jour est pour celui du transport et des loisirs, dont l'indice Stoxx a perdu 5,73%, avec entre autres la chute de 7,4% d'IAG, la maison mère de British Airways et Iberia, après le lancement d'une émission d'obligations convertibles de 800 millions d'euros.

Le compartiment des hautes technologies, lui, a cédé 1,99%. A Paris, Capgemini a perdu 2,65%, Dassault Systèmes 0,54%.

La plus forte baisse du CAC 40 à Paris est pour Renault (-6,44%) après la perte annuelle record de Nissan.

Alstom a abandonné 2,84% après ses résultats, plombés par une nouvelle provision liée au rachat de Bombardier Transport.

LES INDICATEURS DU JOUR

En Chine, les prix à la production, en hausse de 6,8% sur un an, affichent leur plus forte progression depuis trois ans et demi.

En Allemagne, l'indice ZEW du sentiment des investisseurs a progressé plus qu'attendu, remontant à 84,4 après 70,7 en avril.

CHANGES

Le dollar, pénalisé par les inquiétudes liées à l'inflation américaine, cède de nouveau du terrain face aux autres grandes devises (-0,20%) et a touché un nouveau plus bas de deux mois et demi.

L'euro, qui profite entre autres de la bonne surprise de l'indice ZEW allemand, s'apprécie de plus de 0,3% face au billet vert et il est remonté au-dessus de 1,2170.

TAUX

Les craintes inflationnistes favorisent la remontée des rendements des bons du Trésor américain, à 1,6217% pour celui des titres à dix ans, qui affiche désormais trois séances consécutives de hausse.

Les écarts avec les rendements des titres indexés sur l'inflation suggèrent que le marché anticipe une inflation à 2,5% en moyenne sur les années à venir.

En zone euro, le rendement du Bund à dix ans a pris cinq points de base sur la journée à -0,161% après un pic en séance à -0,152%, son plus haut niveau depuis 14 mois.

PÉTROLE

Le marché pétrolier, après avoir passé la majeure partie de la journée dans le rouge, a trouvé un soutien dans le rapport mensuel de l'Opep, l'organisation ayant revu à la hausse sa prévision de demande mondiale et confirmé tabler sur une reprise soutenue.

Le Brent gagne 0,2% à 68,46 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,29% à 65,11 dollars. Ils étaient auparavant tombés respectivement à 67,13 et 63,68 dollars.

(Marc Angrand)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer