Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Philips dévisse après un avertissement provoqué par des problèmes d'approvisionnement
information fournie par AOF12/01/2022 à 10:55


(AOF) - Plus forte baisse de l'indice néerlandais AEX, le titre Philips s'affaisse de 11,57% à 29,89 euros. Le groupe d'électronique spécialisé dans la santé et les produits de Soins personnels a prévenu que ses ventes pour le quatrième trimestre devraient s'élever à environ 4,9 milliards d'euros, soit environ 350 millions d'euros de moins que ses prévisions antérieures. Il avait déjà lancé un avertissement en octobre.

Il a mis en cause l'intensification de pénuries au niveau de la chaîne d'approvisionnement mondiale (principalement liées aux composants électroniques et à la capacité de transport), ainsi que le report d'installations d'équipements de clients. Les revenus seront en baisse de 10% à données comparables.

L'Ebita ajusté du groupe pour le trimestre devrait être d'environ 650 millions d'euros, soit environ 13 % du chiffre d'affaires, affecté par la baisse des ventes et la hausse des coûts d'approvisionnement.

Par conséquent, le chiffre d'affaires du groupe pour l'ensemble de l'année 2021 devrait s'élever à environ 17,2 milliards d'euros, en recul d'environ 1 % en données comparables. L'Ebita ajusté du groupe devrait, lui, s'élever à environ 2,1 milliards d'euros, soit approximativement 12 % des ventes. Il ciblait auparavant une croissance organique inférieure à 5% et une modeste amélioration de sa marge d'Ebita ajusté. Elle avait atteint 13,2% en 2020.

Les mauvaises nouvelles ne s'arrêtent pas là. Les charges de restructuration au quatrième trimestre devraient s'élever à 420 millions d'euros, soit 315 millions d'euros de plus que les charges annoncées précédemment, en raison d'une nouvelle augmentation de la provision pour les rappels d'appareils de traitement de l'apnée du sommeil.





AOF - EN SAVOIR PLUS

Electronique professionnel : marché sous tension

D’après le WSTS (World Semiconductor Trade Statistics), le marché mondial des semi-conducteurs devrait même croître de 8,4% en 2021 pour un marché sous tension extrême.

Excellentes perspectives

Alors que la demande augmente plus vite que la croissance mondiale, l’offre est, elle, très limitée. Trois acteurs dominent le secteur (le taïwanais TSMC, l’américain Intel et le coréen Samsung) alors qu'ils étaient plus de vingt en 2002. Les analystes prévoient qu'ils ne seront plus que deux à partir de 2023. Les Etats-Unis ne représentent plus que 12% de la production mondiale selon la Semiconductor Industry Association. Quant à l'Europe, elle ne pèse que 7%. Elle ambitionne de produire 20% des semi-conducteurs dans le monde d'ici à 2030. Seize pays, dont la France et l'Allemagne, vont s'unir pour développer les capacités de production.

TSMC (la Taiwan Semiconductor Manufacturing Company) est très bien positionné pour profiter de l'arrivée de la 5G et des objets connectés. « Fondeur », elle ne vend aucune puce sous sa marque, mais produit les composants pour le compte d'autres acteurs.








Le CES du Moyen-Orient
Encore assez méconnu par rapport au Consumer Electronics Show (CES), le Gitex (Gulf Information Technology Exhibition) de Dubaï existe pourtant depuis 1981 et attire environ 100.000 visiteurs par an. Même s'il souhaite concurrencer le CES de Las Vegas, et que la région est un marché très technophile, le Gitex demeure, malgré son internationalisation, encore un hub régional pour la technologie. Le CES permet de couvrir à la fois les Etats-Unis, l'Amérique du Nord et l'Europe, alors que le Gitex recouvre plutôt le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie du Sud. En 2021 cet événement avait lieu en même temps que l'Exposition universelle de Dubaï. La France a été le second pays le plus représenté, derrière l'Italie.

Valeurs associées

Euronext Amsterdam +2.29%
Euronext Paris +2.10%

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.