Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Philips : des perspectives décevantes, mais à relativiser
information fournie par AOF24/01/2022 à 16:58

(AOF) - Moins de 2 semaines après son avertissement sur ses résultats 2021, provoqué par des problèmes d'approvisionnement, Philips a indiqué viser cette année une croissance de ses ventes située entre 3% et 5% en données comparables et une amélioration de 40 à 90 points de base sa marge d'Ebita ajusté. En Bourse, l'action n'échappe pas la correction des marchés européens, perdant 4,70% à 28,015 euros. UBS souligne que ces objectifs sont inférieurs de 1% au consensus sur les revenus et de 6% pour l'Ebita.

" Bien que la révision à la baisse du consensus soit significative, nous pensons que les investisseurs étaient préoccupés par le fait qu'elle aurait pu être beaucoup plus importante étant donné l'incertitude entourant l'avertissement initial du 12 janvier, depuis lequel les actions ont perdu 13% ", commente l'analyste.

Le groupe d'électronique spécialisé dans la santé et les produits de Soins personnels prévoit un début d'année marqué par une baisse des ventes comparables, suivie d'une reprise et d'un solide second semestre.

Il sera en effet confronté en ce début 2022 à une base de comparaison défavorable et à des vents contraires liés au Covid-19 et aux défis de la chaîne d'approvisionnement. Philips souffrira également des rappels d'appareils de traitement de l'apnée du sommeil.

Philips Respironics a produit un total d'environ 1,5 million de kits de réparation et d'appareils de remplacement - dont environ 750 000 ont atteint les clients - et vise à terminer le programme de réparation et de remplacement au quatrième trimestre 2022.

En 2021, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 17,16 milliards d'euros, en repli de 1% en données comparables. L'Ebita ajusté a reculé de 9,8% à 2,5 milliards d'euros, faisant ressortir une marge de 12%, en repli de 1,2 point. Cette dégradation de la rentabilité s'explique par la baisse des ventes et les difficultés au niveau de la chaîne d'approvisionnement, partiellement compensés par les mesures de productivité.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Electronique professionnel : marché sous tension

D’après le WSTS (World Semiconductor Trade Statistics), le marché mondial des semi-conducteurs devrait même croître de 8,4% en 2021 pour un marché sous tension extrême.

Excellentes perspectives

Alors que la demande augmente plus vite que la croissance mondiale, l’offre est, elle, très limitée. Trois acteurs dominent le secteur (le taïwanais TSMC, l’américain Intel et le coréen Samsung) alors qu'ils étaient plus de vingt en 2002. Les analystes prévoient qu'ils ne seront plus que deux à partir de 2023. Les Etats-Unis ne représentent plus que 12% de la production mondiale selon la Semiconductor Industry Association. Quant à l'Europe, elle ne pèse que 7%. Elle ambitionne de produire 20% des semi-conducteurs dans le monde d'ici à 2030. Seize pays, dont la France et l'Allemagne, vont s'unir pour développer les capacités de production.

TSMC (la Taiwan Semiconductor Manufacturing Company) est très bien positionné pour profiter de l'arrivée de la 5G et des objets connectés. « Fondeur », elle ne vend aucune puce sous sa marque, mais produit les composants pour le compte d'autres acteurs.

Le CES du Moyen-Orient

Encore assez méconnu par rapport au Consumer Electronics Show (CES), le Gitex (Gulf Information Technology Exhibition) de Dubaï existe pourtant depuis 1981 et attire environ 100.000 visiteurs par an. Même s'il souhaite concurrencer le CES de Las Vegas, et que la région est un marché très technophile, le Gitex demeure, malgré son internationalisation, encore un hub régional pour la technologie. Le CES permet de couvrir à la fois les Etats-Unis, l'Amérique du Nord et l'Europe, alors que le Gitex recouvre plutôt le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie du Sud. En 2021 cet événement avait lieu en même temps que l'Exposition universelle de Dubaï. La France a été le second pays le plus représenté, derrière l'Italie.

Valeurs associées

Euronext Amsterdam +0.17%
Euronext Paris +2.10%

Cette analyse a été élaborée par AOF et diffusée par BOURSORAMA le 24/01/2022 à 16:58:00.

Agissant exclusivement en qualité de canal de diffusion, BOURSORAMA n'a participé en aucune manière à son élaboration ni exercé aucun pouvoir discrétionnaire quant à sa sélection. Les informations contenues dans cette analyse ont été retranscrites « en l'état », sans déclaration ni garantie d'aucune sorte. Les opinions ou estimations qui y sont exprimées sont celles de ses auteurs et ne sauraient refléter le point de vue de BOURSORAMA. Sous réserves des lois applicables, ni l'information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne sauraient engager la responsabilité BOURSORAMA. Le contenu de l'analyse mis à disposition par BOURSORAMA est fourni uniquement à titre d'information et n'a pas de valeur contractuelle. Il constitue ainsi une simple aide à la décision dont l'utilisateur conserve l'absolue maîtrise.

BOURSORAMA est un établissement de crédit de droit français agréé par l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (« ACPR ») et par l'Autorité des Marchés Financiers (« AMF ») en qualité de Prestataire de services d'investissement et sous la surveillance prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »).

Conformément à la réglementation en vigueur, BOURSORAMA établit et maintient opérationnelle une politique de gestion des conflits d'intérêts et met en place des mesures administratives et organisationnelles afin de prévenir, identifier et gérer les situations de conflits d'intérêts eu égard aux recommandations d'investissement diffusées. Ces règles contiennent notamment des dispositions relatives aux opérations financières personnelles afin de s'assurer que les collaborateurs de BOURSORAMA ne sont pas dans une situation de conflits d'intérêts lorsque Boursorama diffuse des recommandations d'investissement.

Le lecteur est informé que BOURSORAMA n'a aucun conflit d'intérêt pouvant affecter l'objectivité des analyses diffusées. A ce titre, le lecteur est informé qu'il n'existe pas de lien direct entre les analyses diffusées et les rémunérations variables des collaborateurs de BOURSORAMA. De même, il n'existe pas de liens financiers ou capitalistiques entre BOURSORAMA et les émetteurs concernés, en dehors des engagements contractuels pouvant régir la fourniture du service de diffusion.

Il est rappelé que les entités du groupe Société Générale, auquel appartient BOURSORAMA, peuvent procéder à des transactions sur les instruments financiers mentionnés dans cette analyse, détenir des participations dans les sociétés émettrices de ces instruments financiers, agir en tant que teneur de marché, conseiller, courtier, ou banquier de ces instruments, ou être représentées au conseil d'administration de ces sociétés. Ces circonstances ne peuvent en aucune manière affecter l'objectivité des analyses diffusées par BOURSORAMA.

0 commentaire

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.