Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

PIAGGIO & C

2.124EUR
-0.48% 
Ouverture théorique 2.658

IT0003073266 PIA

MIL données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    2.138

  • clôture veille

    2.134

  • + haut

    2.140

  • + bas

    2.110

  • volume

    890 585

  • valorisation

    761 MEUR

  • capital échangé

    0.25%

  • dernier échange

    25.05.18 / 17:35:22

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter PIAGGIO & C à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter PIAGGIO & C à mes listes

    Fermer

Peugeot Scooters renoue avec la croissance

Reuters06/03/2017 à 18:53

PEUGEOT SCOOTERS RENOUE AVEC LA CROISSANCE

par Gilbert Reilhac et Gilles Guillaume

STRASBOURG/GENEVE (Reuters) - Peugeot Scooters, qui fut il y a plus de cent ans le premier constructeur au monde d'un deux-roues motorisé, a renoué avec la croissance et réduit ses pertes deux ans après la vente par PSA de 51% du capital au groupe indien Mahindra.

Fruit des restructurations menées depuis une dizaine d'années, dont le transfert des produits d'entrée de gamme dans une coentreprise créée avec Qinjqi en Chine, cette embellie résulte aussi d'une stratégie de montée en gamme et d'internationalisation, explique le directeur général du fabricant de deux roues, Frédéric Fabre, dans un entretien à Reuters.

Les volumes sont en hausse de 6% en 2016, avec 65.500 scooters vendus, tandis que le chiffre d'affaires - qui n'est pas publié mais tourne autour de 100 millions d'euros, selon des sources syndicales - est en progression de 10%.

"Nous continuons à tabler sur une croissance de 5% à 10% en volume pour 2017", poursuit Frédéric Fabre. "Notre part de marché en Europe sur le segment haut de gamme, celui de 125 cc et plus, est passée de 4,8% à 5,2% entre 2015 et 2016. C'est un niveau historique pour Peugeot Scooters."

Sur les petites cylindrées de 50 cc, la part de marché en Europe est restée stable à 14,1%. Du coup, le poids de ces modèles, qui constituaient traditionnellement 80% des ventes de Peugeot Scooters, a continué de baisser et ne représentait plus que 63% l'an dernier.

"Nous devrions être à environ 55% en 2017 et à l'horizon 2018, nous aurons inversé le rapport, c'est-à-dire que nous prévoyons de vendre davantage de fortes cylindrées", ajoute Frédéric Fabre, à la tête de l'entreprise depuis 2013.

MANDEURE REPASSERAIT LA BARRE DES 10.000 UNITÉS

Cette révolution, qui s'inscrit dans le plan stratégique 2016-2018 défini avec Mahindra, doit contribuer à rétablir l'équilibre financier de l'entreprise qui perd de l'argent chaque année depuis 2000.

"Nous avons stoppé l'hémorragie en 2013-2014 et les pertes ont été divisées par plus que deux", poursuit le DG de Peugeot Scooters. Le plan fixe un Ebitda à l'équilibre pour 2018.

La montée en gamme doit aussi assurer le plan de charge de l'usine de Mandeure, dans le Doubs. Elle ne produit plus qu'environ 10% des volumes, mais concentre, avec 400 salariés, la Recherche & Développement et la production des gros modèles: Satelis, Citystar et l'imposant Metropolis de 400 cc.

La production du site, où pas moins de 1.500 personnes travaillaient encore il y a quinze ans, devrait effacer en 2017 la baisse de 7% enregistrée l'an dernier, pour atteindre 10.900 engins contre 9.744 unités produites en 2016.

Ces prévisions laissent dubitatifs Dorian Chognard, secrétaire du syndicat CGT. "L'an dernier, on nous avait annoncé 14.500 unités, puis c'était revenu à 11.000", observe-t-il.

Le marché du deux roues a explosé dans les années 2000 en France et en Europe grâce à une demande de clients urbains voulant s'affranchir de la congestion automobile, mais n'a ensuite cessé de baisser à partir de 2008. Toujours trusté par les Japonais, l'allemand BMW et l'italien Piaggio, il reprend depuis quelques années des couleurs mais reste très concurrentiel.

Pour tenter de faire la différence, Peugeot Scooters présentera à Genève plusieurs nouveautés: un Métropolis à freinage ABS et warning automatique lors des freinages d'urgence et un scooter premium à grandes roues, le Belville, en partie conçu en France mais produit en Chine. Suivra un nouveau GT (Grand tourisme) l'an prochain à Mandeure.

La stratégie d'internationalisation a été marquée par le retour de la marque sur le marché vietnamien avec un millier de scooters écoulés sur les deux derniers mois de 2016. Peugeot espère en vendre 5.000 en 2017, sur un marché premium de 300.000 véhicules. A terme, l'Europe ne devrait plus peser que 50% des ventes, contre 80% jusqu'en 2015.

Aux syndicats qui regrettent de ne pas voir davantage de retombées du partenariat avec Mahindra, Frédéric Fabre répond que le groupe indien a confié à Peugeot Scooters le design de ses deux roues, jusqu'ici sous-traité en Italie, et la commercialisation en Europe des scooters électriques GenZe - troisième nouveauté à partir de mardi sur le stand Peugeot à Genève - produits actuellement par Mahindra aux Etats-Unis.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Valeurs associées

-0.48%
+0.83%
BMW
-0.06%

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.