1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pécresse défend une "droite de la crédibilité" face à Wauquiez

Reuters22/02/2018 à 08:36
    PARIS, 22 février (Reuters) - La présidente de la région 
Île-de-France Valérie Pécresse s'est présentée jeudi en chef de 
file d'une droite de la crédibilité face à celle des "décibels" 
incarnée par Laurent Wauquiez, dont elle a jugé les propos 
"consternants".  
    Le président des Républicains Laurent Wauquiez a revendiqué 
mardi le droit de tenir des propos décapants, après la diffusion 
d'extraits au vitriol d'une intervention devant des étudiants 
d'une école de commerce, sans quasiment rien renier sur le fond, 
tout en se défendant de prendre modèle sur Donald Trump. 
  
    Evoquant Valérie Pécresse, il avait notamment déclaré,  
évoquant l'admission d'une étudiante littéraire en école de 
commerce : "C'est Valérie qui avait mis ça en place? Ah le 
nombre de conneries qu'elle peut faire".  
    La présidente de la région Île-de-France s'est exprimée 
publiquement jeudi pour la première fois depuis la diffusion de 
ces propos. 
    "J'ai été consternée par ces propos parce qu'ils divisent et 
ils affaiblissent la droite", a-t-elle déclaré sur RTL. "Je 
crois qu'on le voit très clairement aujourd'hui, il y a deux 
droites : il y a une droite des décibels et une droite de la 
crédibilité." 
    "J'aimerais bien moi aussi faire de l'humour sur les 
réformes que Wauquiez a fait au gouvernement mais 
malheureusement j'en ai bien cherché, j'en ai pas trouvé", 
a-t-elle ajouté. 
    Interrogée sur son maintien au sein des Républicains, elle a 
assuré: "Je suis libre", en référence à son mouvement (Libres 
!), rejoint notamment par le démissionnaire de LR Dominique 
Bussereau, président du département de la Charente-Maritime et 
proche d'Alain Juppé. 
    C'est un "mouvement associé", a déclaré Valérie Pécresse, 
"mais en même temps nous gardons notre liberté de parole et 
notre liberté de pensée". 
     
 
 (Julie Carriat, édité par Pierre Sérisier) 
 

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • a.guer
    22 février09:50

    sa "droite de la crédibilité", c'est en fait un programme de centre gauche

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer