Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pas de collusion avec la Russie, jugent les républicains de la Chambre

Reuters13/03/2018 à 07:54
 (Actualisé avec réactions, derniers paragraphes)
    par Patricia Zengerle
    WASHINGTON, 13 mars (Reuters) - Les membres républicains de
la commission du Renseignement de la Chambre des représentants
ont annoncé lundi que leur enquête sur le rôle de la Russie dans
l'élection présidentielle américaine de 2016 était terminée,
ajoutant n'avoir trouvé aucune collusion entre l'équipe de
campagne de Donald Trump et la Russie.
    Moscou a bien tenté de peser sur le scrutin en diffusant à
la fois de la propagande et des fausses informations via les
réseaux sociaux, ont ajouté les membres républicains de la
commission.
    Mais ils contestent les conclusions de la CIA, de la NSA et
du FBI disant que Moscou s'est efforcé d'aider Donald Trump,
dont la victoire le 8 novembre 2016 face à la démocrate Hillary
Clinton avait été une immense surprise.  
    "Nous en avons terminé avec la phase d'entretiens. Nous
sommes maintenant entrés dans la phase de première rédaction du
rapport", a dit à Reuters l'élu républicain Mike Conaway, qui a
mené l'enquête de la commission au cours de l'année écoulée.
    Adam Schiff, le principal représentant démocrate siégeant
dans cette commission, s'est dit en désaccord frontal avec cette
annonce, estimant qu'il était prématuré de parler de la fin de
l'enquête.
    La commission du Renseignement de la Chambre des
représentants est l'une des trois commissions parlementaires qui
enquêtent sur une possible ingérence de la Russie et une
éventuelle collusion avec l'équipe de campagne de Trump,
parallèlement aux investigations du procureur spécial Robert
Mueller.
    Les travaux de cette commission ont été fortement politisés
ces derniers mois : début février, Donald Trump avait autorisé
la publication d'une note confidentielle des membres
républicains de cette entité accusant le FBI et le ministère de
la Justice de parti pris à son encontre dans le cadre de
l'enquête sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle
de 2016.  
    Une semaine plus tard, le président américain avait refusé
d'autoriser la publication d'un document confidentiel rédigé par
des élus démocrates en réfutation du mémo républicain.
 
    
    L'ENJEU DE NOVEMBRE
    Les démocrates accusent la majorité républicaine de la
commission d'avoir biaisé l'enquête pour protéger le président
et les membres de son équipe de campagne, dont certains ont
plaidé coupable de conspiration contre les Etats-Unis et d'avoir
menti aux enquêteurs.  
    Moscou a nié les accusations d'ingérence dans l'élection
présidentielle américaine. 
    Donald Trump, qui a constamment répété qu'il n'y a eu aucune
collusion, a pris bonne note des conclusions de la commission.
    "La commission du Renseignement de la Chambre, après une
enquête approfondie longue de 14 mois, n'a trouvé aucune preuve
de collusion ou de coordination entre l'équipe de campagne de
Trump et la Russie pour influencer l'élection présidentielle de
2016", a-t-il tweeté en capitales d'imprimerie.
    
    Le démocrate Adam Schiff a affirmé pour sa part qu'il
existait des preuves "claires et écrasantes" de la justesse des
conclusions de agences du renseignement sur une volonté
manifeste de la Russie de favoriser la candidature de Trump au
détriment de Clinton.
    Il a noté par ailleurs que "sur toute sur une série de
pistes d'enquête, notre travail est inachevé, certaines
questions n'ayant fait l'objet que d'investigations partielles,
d'autres, comme celle impliquant des allégations crédibles de
blanchiment d'argent russe, ayant été pour l'essentiel
ignorées", dit-il.
    L'élu républicain Mike Conaway a pour sa part accusé
l'opposition démocrate d'avoir cherché à prolonger l'enquête
dans la seule optique des élections de mi-mandat, en novembre
prochain, à l'occasion desquelles la totalité des sièges de la
Chambre des représentants et le tiers du Sénat seront
renouvelés.

    <^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
donald trump    http://reut.rs/2GlUJ0l
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
 (Benoît Van Overstraeten et Henri-Pierre André pour le service
français)
 

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.