Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Pas d'avancée décisive sur la Grèce en vue à l'Eurogroupe

Reuters 11/05/2015 à 12:21

PAS D'AVANCÉE DÉCISIVE SUR LA GRÈCE EN VUE À L'EUROGROUPE

ATHENES (Reuters) - La réunion des ministres des Finances de la zone euro en fin de journée à Bruxelles ne devrait déboucher sur aucune avancée décisive malgré les progrès réalisés sur certains dossiers, a prévenu lundi le ministre grec, Yanis Varoufakis.

La pression sur Athènes est pourtant de nouveau montée ces derniers jours, d'autant que le pays est censé rembourser mardi 750 millions d'euros au Fonds monétaire international (FMI).

Le gouvernement d'Alexis Tsipras affirme vouloir éviter une nouvelle crise financière et n'avoir aucun "plan B" mais il n'entend pas pour autant renoncer à ses "lignes rouges" sur les retraites ou la réforme du marché du travail.

Pour Yanis Varoufakis, un compromis susceptible de réduire les contraintes financières est plus probable dans les jours à venir. "La probabilité n'est pas exclue", a-t-il dit à la radio Sto Kokkino lundi avant de partir pour Bruxelles, ajoutant toutefois que "les messages qui nous parviennent montrent que cela sera difficile".

Il a déclaré que les positions des deux camps s'étaient rapprochées sur de nombreux points.

"Je crois que la solution sera trouvée dans les prochains jours, pas nécessairement aujourd'hui. Nous ferons tout notre possible pour parvenir à un allégement (des tensions en terme de liquidités) aujourd'hui", a-t-il assuré.

Plusieurs responsables de la zone euro ont exclu la conclusion d'un accord lundi et précisé que le communiqué final de l'Eurogroupe ne devrait pas suffire à justifier que la Banque centrale européenne (BCE) relève le plafond qu'elle impose aux émissions de bons du Trésor grec, la principale source de liquidités de d'Athènes pour l'instant.

L'Eurogroupe "doit pouvoir être positif pour montrer que quelque chose a changé dans les modalités de travail entre la Grèce, les institutions et les autres pays partenaires, que les choses ont avancé", a déclaré le ministre français des Finances, Michel Sapin.

LES MARCHÉS GRECS RESTENT NERVEUX

"Mais elles ne sont pas aujourd'hui suffisamment mûres pour permettre une conclusion de ce processus. Il y a encore besoin de travailler pour arriver au niveau nécessaire pour que les décisions des uns et des autres (...) puissent permettre de conclure", a-t-il réaffirmé lors d'un point de presse.

Prié de dire à quelle échéance un accord était envisageable, Michel Sapin a répondu : "Nous avons besoin de quelques jours à quelques semaines."

Athènes continue d'affirmer que le remboursement au FMI mardi aura bien lieu, même si certains membres de Syriza, le parti d'Alexis Tsipras, comme le président de l'Assemblée nationale, Nikos Filis, expliquent qu'il dépendra de l'issue de l'Eurogroupe.

Le non-remboursement de l'échéance de mardi ne conduirait pas automatiquement les agences de notation à constater un défaut de la Grèce sur sa dette mais il ne manquerait pas de relancer le débat sur la nécessité d'une nouvelle restructuration de la dette, voire d'un "Grexit", une sortie d'Athènes de la zone euro.

"Un défaut sur le FMI aurait des implications majeures et augmenterait la probabilité d'une sortie", dit Peter Schaffrik, responsable de la stratégie taux européenne de la banque RBC. "L'information clé, que personne ne semble détenir, c'est combien d'argent il leur reste."

Selon un sondage Marc publié lundi par le quotidien Ton Syntakton, 76,9% des Grecs veulent que leur pays reste dans la zone euro, 19,2% seulement d'entre eux préférant un retour à la drachme.

Pour Jean Arthuis, président de la commission des budgets au Parlement européen, interrogé par le quotidien Libération, "il ne faut pas se faire d'illusion sur la capacité qu'auront les Grecs -- et d'autres pays d'ailleurs -- à rembourser. Ce qui est en train de se passer est une restructuration implicite".

(George Georgiopoulos et Angeliki Koutantou, avec Yann Le Guernigou et Emmanuel Jarry à Paris, Marc Angrand pour le service français)

Mes listes

valeur

dernier

var.

1.675 -61.89%
3.66 0.00%
1.49745 0.00%
1.9 -2.06%
126.12 -0.17%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.