Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Partouche : les comptes annuels de nouveau fortement dégradés par la crise sanitaire
information fournie par AOF26/01/2022 à 18:30

(AOF) - Partouche a dévoilé mercredi soir ses résultats au titre de son exercice 2020-2021 (clos fin octobre). Ainsi, l’exploitant de casinos et d’hôtels a accusé une perte nette (part du groupe) de 51,9 millions d’euros, à comparer avec une perte nette de 17,4 millions d’euros lors de l’exercice 2019-2020. Pour sa part, l’Ebitda s’élève à 13 millions d’euros (-74,7%), soit une marge de 5,1 % du chiffre d’affaires (contre 14,9% un an plus tôt). Enfin, le chiffre d'affaires (déjà publié) ressort à 255,7 millions d'euros (-25,6%).

L'exercice 2020-2021 a été très fortement marqué par la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19, qui a contraint le groupe à arrêter l'essentiel de ses activités sur une période un peu plus longue que le premier semestre de l'exercice.

Cela a représenté, sauf exceptions, environ 6,5 mois de fermeture pour tous les casinos du groupe sur l'exercice 2020-2021, contre une durée cumulée de fermeture des établissements de l'ordre de 3 mois au cours de l'exercice précédent.

Le groupe souligne que l'activité s'est redressée sur la deuxième partie de l'exercice.

Concernant ses perspectives, le groupe entend reprendre ses investissements sur le parc existant. Ainsi, le casino d'Hyères sera partiellement rénové, comme prévu dans sa DSP, d'ici à 2024 ; et des réaménagements sont prévus pour les casinos de Saint Amand-les-Eaux, Forges-les-Eaux, La Tour-de-Salvagny, Annemasse, Palavas et La Grande Motte.

Le prochain rendez-vous pour Partouche sera la publication du chiffre d'affaires du premier trimestre 2021-2022 (novembre à janvier), le 8 mars prochain.

AOF - EN SAVOIR PLUS

Hôtellerie & Loisirs : de nouvelles attentes des voyageurs

Le secteur a subi une chute de 74% des arrivées de touristes dans le monde en 2020 d’après l'Organisation mondiale du tourisme (OMT). A 500 millions, ces arrivées sont tombées à leur niveau du début des années 1990.

Au niveau mondial le secteur a perdu 1.300 milliards de dollars l’an passé suite à la pandémie de Covid-19. Un retour à la normale est prévu pour 2023, notamment sous l’effet de la vaccination, avec une évolution des exigences.

Poursuite de la croissance pour les grands hôteliers mondiaux

En 2020, le parc hôtelier des grands opérateurs a progressé d’après le cabinet MKG, à l'exception de celui de l’indien Oyo et de l’américain Wyndham. La contraction de 54,3% de son parc fait passer Oyo du deuxième au neuvième rang, du fait de son repli en Chine (-75 %). En revanche les trois grands groupes chinois (Jin Jiang, Huazhu, et BTH), qui figurent dans les dix premiers opérateurs mondiaux, ont poursuivi leur expansion. Leur marché domestique, en phase de reprise dès 2020, affiche des besoins considérables.

Jin Jiang, qui détient notamment le français Louvre Hotels Group, a repris sa place de numéro deux mondial. Quant au leader mondial, l’américain Marriott International, la croissance de son parc a dépassé 3 %, de même que pour Accor, et elle a quasiment atteint 5% pour Hilton.

Cette expansion s’explique par le modèle économique des grands opérateurs et par l'appétit des investisseurs, confiants dans les perspectives à moyen et long terme du secteur.

Emergence d’un nouveau tourisme

Le tourisme de proximité, qui a le moins pâti de la crise sanitaire, devrait en sortir renforcé. A contrario les voyage d'affaires devraient demeurer pénalisés à court-terme pour des raisons sanitaires et du fait des réductions de coûts des entreprises autorisées par de nouveaux outils (Teams, Zoom…).

Les attentes des voyageurs ont évolué. Ils sont plus sensibles à la flexibilité (possibilités d’annulation, dates de départ modulables,…). Plusieurs tour-opérateurs estiment que les prix devraient croître pour prendre en compte l e s coûts écologiques et un rééquilibrage des salaires. Ils pensent que les opérateurs offrant une expérience différentiante devraient être les grands gagnants de cette crise.

Valeurs associées

Euronext Paris +0.52%

1 commentaire

  • 26 janvier18:48

    le contraire m'aurait etonné :))


Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.