1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Paris revoit à la baisse ses prévisions de déficit public
Reuters11/12/2014 à 12:25

PARIS REVOIT À LA BAISSE SES PRÉVISIONS DE DÉFICIT PUBLIC

PARIS (Reuters) - Répétition du titre.

Le gouvernement français prévoit désormais un déficit public équivalent à 4,1% du produit intérieur brut fin 2015, 3,6% fin 2016 et 2,7% fin 2017, des prévisions plus favorables que la précédente trajectoire, a annoncé jeudi le ministère des Finances.

Il prévoyait auparavant de ramener le déficit à 4,3% du PIB fin 2015, après 4,4% fin 2014, puis 3,8% fin 2016 et 2,8% fin 2017.

Ces modifications font suite à l'annonce en octobre d'une réduction supplémentaire de 3,6 milliards d'euros du déficit public l'an prochain.

Le déficit public comprend les comptes de l'Etat, des collectivités territoriales et des administrations de sécurité sociale.

La France, qui s'était engagée à le ramener à la limite européenne de 3% du PIB fin 2015, a reporté cette échéance à fin 2017, soit après la prochaine élection présidentielle, en expliquant que la panne de croissance et la faible inflation rendait impossible la réalisation de cet objectif.

Le pays est toujours sous la menace d'une sanction de la Commission européenne pour non respect des règles budgétaires, ce qui constituerait une première pour un pays de la zone euro.

La Commission européenne a dit qu'elle rendrait son verdit sur la France début mars et qu'elle serait particulièrement attentive aux réformes structurelles menées dans le pays, notamment la loi sur la croissance et l'activité présentée mercredi par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron.

(Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

35 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Pathor
    12 décembre18:28

    Il faudrait surtout fermer l'ena ! et sciences po...

    Signaler un abus

  • mucius
    12 décembre14:19

    Il faudrait proposer à ces gros nuls d'énarques une mise en concurrence avec des cabinets privés et s'ils ne sont pas les meilleurs prévisionnistes, on devrait les virer. En Angleterre les prévisions sont réalisés par un cabinet privé qui n'est payé qu'au terme de la période s'il est bon. En france les "prévisions" sont politiques et donc sans valeur. Elles n'engagent donc que ceux qui les écoutent

    Signaler un abus

  • tropfort
    12 décembre09:44

    Quand Mosco dit "chaud", ils font rêver.. Quand il dit "froid", ils présentent un plan cata. Quels grands économistes !

    Signaler un abus

  • b.renie
    12 décembre06:52

    Prévisions prévisions ????????????????????

    Signaler un abus

  • M8252219
    11 décembre16:55

    EN ATTENDANT GODO--TVA SOCIALE tous les français et d'autres en bénéficient tous doivent participer à sont financement qui se fait sur le seul dos des salariés et des entreprises.Réduction de moitié du nombre des parlementaires plafonnement et fiscalisation de tous leurs revenus et avantages,suppression de tous les statuts spéciaux.retour au 39h pour TOUS,3jrs de délai de carence en arrêt maladie pour tous,retraite à 65 ans pour tous.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer