1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Paris: revient au contact des 5000Pts après le PIB US
Cercle Finance28/11/2018 à 15:17

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris (+0,3%) parvient laborieusement à revenir au contact des 5.000 points, les opérateurs s'inspirant des dernières déclarations de Donald Trump concernant la Chine (parfaitement symétriques à celle de la veille qui étaient lourdes de menaces envers Pékin).

L'Euro-Stoxx50 se hisse vers 3.180 et affiche un gain de +0,5%, comparable à celui anticipé à Wall Street en préouverture.

Peu de réaction sur les 'futures' à la lecture du chiffre du PIB américain: il ressort inchangé à +3,5% lors de la 2ème estimation.

Wall Street appréciera le hausse des profits (+10,3%) par rapport au 3ème trimestre 2017, du jamais vu depuis 2012 (par rapport à 2011). Wall Street appréciera un peu moins le recul des dépenses de consommation des ménages US de +4 à +3,6%.

Et encore moins la dégradation de la balance commerciale avec une chute de -4,4% des exportations face à une hausse de +9,2% des importations.

Donald Trump ne manquera pas de fustiger les pays qui accumulent des excédents au détriment des USA, et il a fait savoir qu'il avait l'industrie automobile allemande dans le collimateur, d'où la chute des valeurs automobiles à Francfort et Paris depuis 48H, et notamment des équipementiers (Faurecia lâche encore -5%), sur fond d'inquiétudes sur le commerce mondial.

Reste à découvrir les ventes de logements neufs et des stocks de pétrole. Autant de données qui seront communiquées dans l'après-midi sous nos latitudes.

Du côté des changes, l'euro reste faible aux alentours de 1,129/dollar. Le Brent recule, pour sa part, à 60,4 dollars (-0,9%).

Sur le plan microéconomique, Faurecia est non seulement victime des attaques de Trump mais est également pénalisé par des propos de Bernstein qui initie un suivi avec une opinion 'sous-performance' et un objectif de cours de 30 euros, mettant en avant en particulier l'exposition de l'équipementier automobile à son activité de sièges.

Kering est avisé que le parquet de Milan a clôturé son enquête portant sur une évasion fiscale présumée d'environ 1MdsE opérée par sa filiale Gucci. Goldman Sachs a abaissé sa recommandation à 'vendre' contre 'neutre' sur Danone (-2%).

Nexans annonce ce matin avoir remporté un contrat de 111 millions d'euros, portant sur l'interconnexion de la ville grecque de Lavrion et de l'île de Syros et attribué par l'opérateur indépendant de transport d'électricité ADMIE. Le titre est bien orienté après cette nouvelle : 1,5%.

Air France-KLM (-2%) annonce la création de BigBlank, 'start-up studio dont la mission est d'explorer l'ensemble des nouvelles tendances du secteur du voyage et de faire naître des entreprises porteuses de projets innovants et à fort potentiel de croissance'.

Safran indique que son assemblée générale des actionnaires, réunie mardi, a approuvé la fusion-absorption de Zodiac Aerospace par Safran à un taux de 99,88%. En conséquence, la fusion sera réalisée ce 1er décembre.

Le groupe PSA annonce ce mercredi entrer au capital de UAP Auto Union, un distributeur chinois de pièces de rechange pour l'automobile, une première étape vers une potentielle prise de participation plus importante au capital de l'entreprise.

Le bureau d'études Jefferies confirme son conseil d'achat sur l'action EDF au lendemain de l'annonce du plan énergétique à moyen terme du gouvernement français. L'objectif de cours est fixé à 17,5 euros.

UBS confirme également son conseil d'achat sur l'action du groupe à dominante électronucléaire EDF. L'objectif de cours à 12 mois est ajusté à la hausse de 16 à 17 euros, d'où un potentiel de hausse de plus de 15%.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer