Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Paris : renversement de tendance intraday, et moyen-terme ?
Cercle Finance31/07/2020 à 18:59

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris (-1,43% à 4.783) finit au plus bas du jour, de la semaine et surtout, du mois de juillet.

Le CAC40 inscrit même sa pire clôture depuis le 1er juin et enfonce le support des 4.815 du 15 juin (cassure de mauvais augure), avec des volumes une nouvelle fois plus étoffés, autour de 4,45MdsE.

La perte semble moins lourde que jeudi mais les pertes par rapport au plus haut du jour va faire des dégâts: le CAC40 a ricoché en milieu de matinée sous 4.900Pts après l'annonce d'un PIB à -13,8% au 2ème trimestre et a reperdu 120Pts dans la foulée... un contre-pied qui fait mal, et qui aggrave la perte annuelle, à -20%.

C'est Wall Street qui douche les places européennes : le Dow Jones lâche -1% à mi-séance, le S&P500 -0,6%.

Le Nasdaq qui surnageait grâce aux 'GAFA' (+1,5% à l'ouverture grâce à Apple avec +6,5% à 410$ qui pulvérise un nouveau record absolu) passe à son tour négatif (depuis 18H30) avec -0,1%.

Côté 'stats' US, le bilan du jour est mitigé: l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan a été mesuré à 72,5 points au mois de juillet, alors que les économistes l'anticipaient en moyenne à 73 points.

S'il est légèrement décevant, l'indice 'UMich' est surtout en baisse notable par rapport à son niveau affiché au titre du mois de juin. Il s'élevait alors à 78,1 points.

Les dépenses des ménages ont augmenté de 5,6% au mois de juin, selon le Département du Commerce, niveau proche du consensus de +5,5%.

De leur côté, leurs revenus ont reculé de 1,1% dans l'intervalle alors que le consensus de marché en attendait un tassement plus modeste de 0,3%.

Le Dollar n'en souffre pas trop et il parvient rebondir de +0,5% vers 1,1780/E alors qu'il semblait bien parti ce matin pour inscrire sa 14ème séance de repli sur une série de 15.

L'Or connait une nouvelle flambée de +2,4% vers 1.990$, un nouveau record absolu, les 2.000$ sont à portée immédiate ce soir.

Du côté des statistiques européennes du jour, le PIB de la France en volume a chuté de 13,8% au 2ème trimestre 2020, selon l'Insee, après -5,9% au premier trimestre, avec l'arrêt des activités 'non essentielles' dans le contexte du confinement mis en place entre mi-mars et début mai.

Les dépenses de consommation des ménages ont plongé (-11%) ainsi que la FBCF (-17,8%) et les dépenses de consommation des administrations publiques (-8%). Au total, la demande intérieure finale hors stocks a contribué pour -12 points à l'évolution du PIB.

Sur un an, les prix à la consommation en France augmenteraient de +0,8% en juillet 2020, accélérant ainsi franchement après +0,2% le mois précédent, selon l'estimation provisoire réalisée en fin de mois par l'Insee. Cette accélération résulterait d'un rebond des produits manufacturés, en lien avec le décalage des soldes d'été, et d'une moindre baisse des prix de l'énergie. En revanche, les prix de l'alimentation et - dans une moindre mesure - des services et du tabac, ralentiraient.

Sur l'ensemble du deuxième trimestre 2020, les dépenses de consommation des ménages en France en biens baissent très nettement (-7,1% après -6,8% au premier trimestre), selon les données de l'Insee. Pour le seul mois de juin toutefois, les dépenses de consommation des ménages en biens dépassent leur niveau de février (+2,3% en volume par rapport à février) après leur fort repli durant la période de confinement.

Dans l'actualité des valeurs, Renault (-7,9% vers 20E) poursuit la correction consécutive à l'annonce de 7,3MdsE de pertes au S1.

Vinci (-6,2%, gros repli dans l'après-midi) publie un résultat net part du groupe en perte de 294 millions d'euros au titre des six premiers mois de 2020, contre un profit de 1.359 millions un an auparavant, et une marge de résultat opérationnel sur activité (ROPA) en chute de 9,1 points à 1,4% du CA.

Legrand (-5,6%) annonce au titre du premier semestre 2020 un résultat net part du groupe en baisse de 31,2% à 285,7 millions d'euros et un résultat opérationnel ajusté en retrait de 25% à 496,9 millions, soit 17,5% des ventes, une marge en recul de trois points.

Engie (+4%) dévoile au titre du premier semestre 2020 un résultat net récurrent part du groupe divisé par deux à 0,7 milliard d'euros et un résultat opérationnel courant (ROC) en baisse de 30,8% (-29,3% en organique) à 2,2 milliards.

L'EBITDA s'établit à 4,5 milliards d'euros, en recul de 15,8% en brut et de 14% en organique, pour un chiffre d'affaires de 27,4 milliards, en baisse de 9,3% en brut et de 8,8% en organique, baisse due notamment à la crise de la Covid-19 et au climat chaud.

Le chiffre d'affaires semestriel du Groupe L'Oréal (-0,5%) atteint 13,07 milliards d'euros, soit - 11,7 % à données publiées au 30 juin 2020. À données comparables, c'est-à-dire à structure et taux de change identiques, l'évolution du chiffre d'affaires du groupe ressort à - 11,7 %. La marge brute, à 9 564 millions d'euros, s'inscrit à 73,1 % du chiffre d'affaires. Elle est stable par rapport au premier semestre 2019.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4885.13 -0.98%
1.18325 -0.37%
33.045 -2.35%
13.302 -1.29%
44.94 -0.40%

Les Risques en Bourse

Fermer